Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Publicité

Brevets : la France toujours aussi innovante

Économie 14 avril 2017

Selon le dernier rapport de l’Office européen des brevets (OEB), la France est le deuxième pays européen à avoir déposé le plus de demandes de brevet, l’an dernier. En réponse aux 160 000 demandes enregistrées au total, le nombre de brevets délivrés par l’organisme a connu, en 2016, une hausse de 40 %.

Avec près de 10 500 demandes de brevet européen déposées en 2016, la France reste bien placée en matière d’innovation. Elle se classe en deuxième position des pays européens et en quatrième place au niveau mondial (derrière les Etats-Unis, l’Allemagne et le Japon), selon le rapport d’activité 2016 de l’Office européen des brevets (OEB), présenté à Bruxelles, le 7 mars dernier. On peut toutefois noter un léger recul (- 2,5 %) par rapport à 2015, causé par un affaiblissement des demandes dans des secteurs tels que l’informatique et la communication numérique. Cependant, l’Hexagone représente, comme l’an passé, 7 % du total des demandes déposées auprès de l’OEB, grâce à la forte progression connue les deux années précédentes. En rapportant le nombre de demandes à la taille de la population nationale, la France se maintient à la dixième place avec 157 demandes par million d’habitants. Dans ce classement, largement dominé par la Suisse avec 892 demandes, l’Allemagne figure en sixième position avec 311 demandes. La moyenne des pays membres de l’UE est de 122 demandes par million d’habitants.

On note toutefois que le nombre de brevets délivrés à la France a bondi de 29,6 %, avec 7 032 délivrances (sur un total de 96 000). Ces chiffres constituent un bon indice de la puissance industrielle d’un pays et de sa capacité d’innovation.

Les demandes françaises tirées par le secteur du transport

Porté par le dynamisme des entreprises automobiles, le secteur du transport est le premier demandeur de brevets en France, avec à lui seul 1 023 demandes déposées. En tête de ces entreprises, on retrouve l’équipementier automobile Valeo (premier déposant français) qui devance les constructeurs Renault et PSA.

Il est aussi intéressant de noter comme spécificité tricolore, la forte présence des instituts de recherche parmi les principaux demandeurs de brevets. Ainsi, on retrouve le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à la deuxième place des demandeurs français, suivi par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en sixième position et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), à la 15ème place. Un palmarès qui démontre un renforcement du lien entre le monde de la recherche et celui de l’industrie.

Au niveau de la localisation, c’est logiquement la région Ile-de-France qui rassemble la majorité des demandes françaises (67,6 %, soit 7 090) grâce à son poids économique et à sa forte concentration de sièges de grands groupes et de start-up. C’est d’ailleurs la deuxième région européenne, juste derrière la Bavière (Allemagne). Au niveau national, les régions Auvergne-Rhône-Alpes (1 205 demandes) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (381) complètent le podium, très loin derrière l’Ile-de-France.

L’Asie, toujours plus présente

Au niveau international, les pays européens rassemblent près de la moitié des demandes adressées à l’OEB, devant les Etats-Unis (25 %), qui dominent toujours dans le secteur de l’informatique. Vient ensuite le continent asiatique, représenté par le Japon (13 %), puis la Chine qui signe avec la Corée du Sud une forte percée dans le classement (respectivement, + 25 % et + 6 % des demandes). Les entreprises Huawei, Samsung et LG occupent d’ailleurs de la deuxième à la quatrième place des principales demandeuses de brevets, derrière le groupe néerlandais Philips, encore leader en 2016.

Pour le président de l’OEB, Benoît Battistelli, « les résultats 2016 confirment l’attractivité de l’Europe, qui reste l’un des leaders mondiaux en matière d’innovation ». « Dans un environnement politique et économique en constante évolution, les entreprises du monde entier ont maintenu leur demande de protection des brevets en Europe. Alors que nous constatons une croissance impressionnante de demandes émanant d’Asie, les entreprises européennes ont maintenu leur rôle de moteur de l’innovation et de la croissance sur le marché européen », souligne-t-il.

L’année 2017 marquera sans doute un grand tournant, avec l’arrivée du brevet unitaire européen qui devrait être une véritable opportunité pour les PME. Ce nouveau brevet apportera une grande simplification procédurale avec une seule démarche nécessaire pour être protégé dans 25 pays européens. De plus, ce nouvel outil devrait se traduire par une baisse significative du coût pour le demandeur, d’au moins 70 %.

Raphaël AUDEMA

Autres actualités

Newsletter 79852 Annonces en ligne 100% des annonces du département Déposer une annonce légale

Les journaux

Actualités

Annonces légales

Déposer une annonce Légale en ligne !

  • Devis immédiat
  • Attestation de publication immédiate par e-mail
  • Relecture par nos services
  • Système de paiement sécurisé par carte bancaire
Publicité
Publicité