Les Echos Judiciaires Girondins - Accueil Publiez votre annonce legale en ligne !
Mot(s)-clé : Rechercher !
 Accueil    Actualités 

Economie

Les Echos Judiciaires du 24 octobre 2014
S'inscrire gratuitement | Se connecter

 
 

 

Le mécénat local au secours de la culture…


Des collectivités locales explorent la voie du mécénat privé pour financer leurs propres projets culturels ou ceux de la société civile. Mais attention, cette ressource d’appoint ne peut compenser la baisse des subventions publiques, alertent les professionnels.


Mécénat : suivez le guide. L’Observatoire des politiques culturelles publie un « Guide du mécénat culturel territorial, diversifier les ressources pour l’art et la culture », aux éditions Territorial, cet automne. Très concret, il présente le cadre et les leviers d’action dont disposent les collectivités locales pour agir dans ce domaine.



L’afflux des inscriptions a contraint les organisateurs à déplacer le lieu de la manifestation. Le « mécénat culturel territorial » : c’était le thème de la rencontre organisée le 19 septembre, à Paris, par l’Observatoire des politiques culturelles, organisme qui émane du ministère de la Culture. Les débats ont réuni acteurs privés et publics de différents échelons territoriaux, qui expérimentent dans le domaine du mécénat culturel, au niveau local. Ce dernier est déjà une réalité, d’après les études menées par l’association Admical, qui regroupe les entreprises qui pratiquent le mécénat. « De façon globale, le mécénat d’entreprises est essentiellement territorial, basé sur les PME », remarque Charlotte Dekoker, responsable de communication d’Admical. Et ce principe se vérifie aussi dans le domaine culturel. Le mécénat peut alors prendre différentes formes : financier, mais également dit, de « compétences ». Par ailleurs, même dans le champ culturel, « les entreprises se tournent de plus en plus vers des projets avec des dimensions sociales », ajoute Charlotte Dekoker. Exemple : un mécène d’un théâtre en Provence a acheté des décors réalisés par des entreprises d’insertion.

Reims expérimente

Au-delà de ces exemples réconfortants, trouver un mécène dans le domaine culturel relève souvent de l’exploit, témoignent volontiers les intéressés. Courir après les mécènes, « c’est du temps, c’est un métier », remarque Marianne Camus-Bouziane, consultante en mécénat, qui plaide pour la création de postes pour la recherche de fonds dans le secteur public. Car, tendance nouvelle, les pouvoirs publics, à tous les niveaux territoriaux, sont de plus en plus impliqués dans cette démarche, et ce, de diverses manières. Traditionnellement, « les collectivités territoriales sont vues par les artistes plus comme des bailleurs de fonds que comme des capteurs de fonds », note Marianne Camus-Bouziane. Mais la dégradation des finances publiques a ouvert la porte à d’autres procédures. « Nous pratiquons à la fois la recherche de fonds et l’accompagnement de porteurs de projets », explique Laura Exposito Del Rio, chef de la mission mécénat à la municipalité de Reims. Cette mairie fait figure de pionnière dans le domaine du mécénat culturel : en son sein, quatre personnes se consacrent exclusivement à la recherche de fonds privés, pour contribuer à financer ses propres projets culturels. Depuis deux ans, 700 000 euros ont été recueillis auprès de 67 mécènes et 120 conventions signées, d’après la mairie. « Le programme est de lier culture et économie. Il y a une véritable volonté politique », précise Laura Exposito Del Rio. Tout a démarré avec le 8ème centenaire de la cathédrale de la ville. « Il y avait 400 000 euros à rechercher en six mois », se souvient la jeune chef de mission, embauchée pour l’occasion. « Les premières entreprises qui ont été mécènes ont été légitimées par la démarche. L’événement leur donnait un ancrage fort dans le territoire, mais rayonnait aussi au-delà, au niveau national. Cela a permis de fédérer », poursuit-elle.

Tentatives de l’Etat

Pour Laura Exposito Del Rio, « les villes sont une merveilleuse échelle pour ce travail. On a tout ce qu’il faut pour réussir, les contacts avec les citoyens, les entreprises et le monde culturel… on n’a plus qu’à fusionner tout cela ». D’autres structures publiques ont entamé une réflexion et tenté d’élaborer des stratégies en matière de mécénat, dont les effets mériteraient d’être évalués de façon globale. Un dispositif du ministère de la Culture prévoit la signature de conventions entre les DRAC (Direction générale des affaires culturelles), et les chambres de commerce, par exemple, supposées se doter d’un correspondant mécénat. Véronique Cottenceau est chargée de la communication et correspondante mécénat à la Drac de Languedoc-Roussillon. « Le dispositif souffre encore de méconnaissance et d’idées reçues », reconnaît cette professionnelle, qui est là pour « être le médiateur, être à l’écoute des porteurs de projets et des entreprises, les faire se rencontrer ». Véronique Cottenceau discute aussi avec les notaires, les experts comptables… et les collectivités locales. « Sur un département, nous avons réussi à créer une fondation territoriale, pour aider les projets de patrimoine, de danse, de théâtre », illustre-t-elle. La fondation bénéficie du soutien de 35 entreprises (des PME surtout), et dispose de 250 000 euros pour lancer des appels à projets.

Et les individus ?

Par ailleurs, il n’y a pas que les entreprises qui donnent, rappelle Aurélie Perreten, directrice adjointe de l’Association française des fundraisers (AFF), qui se charge de collecter des fonds pour les causes générales. D’après elle, les individus seraient plutôt bien disposés à donner à des structures culturelles qui leur sont proches, ou qu’ils fréquentent. Exemple, à Meaux, le musée de la grande guerre n’a pas mené de stratégie de mécénat auprès des particuliers. Or, « on constate beaucoup de dons spontanés, car il y a un attachement », note Aurélie Perreten. Autre exemple, tel conservatoire de musique, qui reçoit les legs des anciens professeurs. Cyril Coste, inspecteur patrimonial chez l’assureur Axa, observe pour sa part « une tendance dans la société civile fortunée, qui souhaite donner plus de sens à son patrimoine ». Exemple : un millionnaire a créé une fondation archéologique, consacrée à un village du Vaucluse, qui atteste de la sédentarisation de la population en Europe. Au total, la gestion privée représente 12 000 personnes et pèse 15 milliards d’euros. Pour la diriger vers le mécénat, il y a une « médiation philanthropique à opérer. Il faut développer les ingénieries nécessaires. C’est un marché de l’épargne à part entière », ajoute Cyril Coste. Bref, des pistes existent. Toutefois, « il faut faire attention à ces attentes par rapport au mécénat. Le pourcentage moyen qu’il apporte est de 5% dans les structures, alors que les coupes de subventions peuvent aller jusqu’à 20%. Cela ne peut pas les remplacer, il faut diversifier les ressources », alerte Aurélie Perreten.



Anne d’AUBREE



© Les Echos Judiciaires Girondins - Journal N° 5924 du 16/10/2012. Tout droit révervé.

A lire également dans Economie



201524
ANNONCES EN LIGNE
 
Les Journaux
 
 
  LE DERNIER JOURNAL DU 24/10/2014
  RECHERCHE AVANCÉE
 
Actualités
  Economie
  Environnement
  Droit
  Vie des professions
  High-tech
  Loisirs / culture
  Santé
  Ventes au tribunal
  Le mardi de l'immobilier
  Le vendredi de l'emploi
  Gironde actualités
  Social
  Chroniques du barreau
  Carnet
  Collectivités
  Les cahiers pratiques du barreau
  Ventes devant avoir lieu au tgi de libourne
  Ventes devant avoir lieu au tgi de bordeaux
  Résultats des ventes du tgi de bordeaux
  Résultats des ventes du tgi de libourne
  Billet d'humeur
  Tribune libre
  Chronique des notaires de gironde
  Concours
  Le commissaire aux comptes
  L'emploi et l'immobilier en août
  Fiscalité
  Finance
  Nécrologie
  Entreprises
  Actu fiscale en bref
  Sortir
  Interview
  S'abonner au journal
 
Annonces Légales
  Ventes au tribunal
  Appels d'offres / Avis d'enquète
  Constitutions
  Modifications
  Fonds de commerce
  Location Gérance
  Tribunal de Grande Instance
  Déclarations d'absence
  Marché Public
  Diffuser une annonce
 
Le Journal
  C'EST MA PREMIÈRE VISITE
  LES ECHOS JUDICIAIRES GIRONDINS
  ANNONCES LÉGALES
  PUBLICITÉ
  ABONNEMENT
  ESPACE PERSONNEL
  NEWSLETTER
  CONTACTEZ-NOUS
 
Autres Publications
  LA VIE ECONOMIQUE
  LES ANNONCES LANDAISES
La Une du dernier journal du 24/10/2014 | Créer un compte | Créer une Alerte | Espace Personnel | Mentions légales | Plan du site | Contact |
© Les Echos Judiciaires Girondins - Réalisation : n / Agence Conseil Internet