Les Echos Judiciaires Girondins - Accueil Publiez votre annonce legale en ligne !
Mot(s)-clé : Rechercher !
 Accueil    Actualités 

Environnement

Les Echos Judiciaires du 31 octobre 2014
S'inscrire gratuitement | Se connecter

 
 

 

Tribune libre : Les Usa et la puberté

Les travaux récents de médecins français laissent apparaître d’étranges similitudes dans le comportement de l’adolescent hexagonal et celui du yankee ordinaire. Une immaturité prolongée qui pourrait être responsable des maux présents du Nouveau Monde. Mais il semble que les Américains aspirent désormais à l’âge adulte. Ce sera douloureux.

Les économistes ont-ils une raison de s’intéresser aux travaux des endocrinologues ? En temps ordinaire, pas vraiment. Mais voici l’exception : l’association Rhône-Alpes de cette corporation a récemment organisé un symposium fort instructif, sur le thème « Les ados ont les glandes ». Les parents qui endurent en ce moment la cohabitation avec un mâle de l’espèce adolescente reconnaitront aisément les symptômes rapportés par le quotidien suisse, Le Temps : « Un râle rauque à fréquence aléatoire qui sort de la bouche, une surabondance de cheveux sur la tête obstruant généralement la visibilité, une silhouette en forme de S (genoux pliés, dos avachi, tête pendante) ». Pour les besoins de sa croissance, il peut « avaler quatre pizzas micro-ondées à 17h30 », alors que la vue d’une seule d’entre elles, à n’importe quelle heure, coupe l’appétit au commun des sapiens. Comme « la puberté est une période d’inondation hormonale », selon les propos du professeur Charles Sultan, l’ado est très préoccupé par les questions sexuelles. Bon, jusqu’ici, on demeure en terrain connu. Mais pourquoi l’ado se passionne-t-il pour « Jackass », cette série télévisée (américaine) dont les héros s’attaquent à des défis d’un crétinisme confondant ? Parce que son cerveau n’est pas fini, disent les spécialistes. Avec, en prime, la surdose de testostérone qui accroît l’impulsivité, « vous obtenez un individu prêt à relever des défis consistant à descendre les escaliers de son immeuble en surf ». Ouah ! Autant dire que si vous croyez avoir tout vu avec votre énergumène aux prises avec la puberté, vous risquez de déchanter. L’article s’achève sur une question qui intéresse l’économiste : pourquoi l’ado veut-il généralement aller aux Etats-Unis ? « C’est un mystère pour la science », répond le journaliste, par prudence ou plutôt par ironie. Car il n’y a rien de mystérieux : un pays qui érige le narcissisme en principe philosophique, qui brûle sa testostérone dans des guerres sans motif avouable et dans un affairisme obsessionnel, un pays qui défend des positions délirantes contre le reste du monde, sous l’argument imparable qu’il est l’élu de Dieu, un pays qui considère comme un métèque quiconque ne vit pas sous la bannière étoilée, ce pays-là est incontestablement le paradis rêvé des ados. Faute de disposer de la moindre compétence en endocrinologie, on ne pourra conclure ici que le cerveau des Américains, comme celui des adolescents européens, « n’est pas fini ». Mais enfin, ce pourrait être un intéressant sujet d’étude, si les conclusions permettaient de comprendre pourquoi nos cousins du Nouveau-Monde sont si « différents ».

De la démesure à l’outrance

En tout cas, le contexte actuel semble faire mûrir l’opinion publique américaine et ainsi favoriser son passage à l’âge adulte, au sens où on l’entend dans la vieille Europe. Il faut admettre que les States ont depuis leur naissance accompli des prouesses, l’américanisme ne connaissant pas de frein psychologique à la démesure. C’est au même processus que l’on doit les pyramides égyptiennes, la Muraille de Chine ou le Palais de Versailles, vestiges matériels qui continuent de nous éblouir, dès lors que l’on accepte d’oublier au prix de quelles souffrances ils ont été édifiés. Mais la frontière est ténue entre la démesure et l’outrance, surtout lorsque les options retenues ne se révèlent pas pertinentes à l’aune de l’Histoire. Et qu’elles ne laissent à la postérité que des tours d’argile dans des champs de ruines. Le modèle de l’American way of life a longtemps été porteur d’une impressionnante dynamique aux Etats-Unis et de fortes espérances partout ailleurs dans le monde. Puis de fausses notes sont venues polluer la belle partition, selon le scénario immémorial des passions humaines : les aspirations légitimes à la prospérité ont fait place à l’avidité sans retenue ; le business a adopté des pratiques mafieuses ; le pouvoir politique s’est gravement compromis avec les milieux d’argent au mépris de l’intérêt général -tant sur le plan intérieur qu’international. Reconnaissons-le : ces dérives ne sont pas nouvelles. Mais longtemps, les Américains les ont acceptées comme un moindre mal, convaincus que le système leur permettrait un jour d’accéder plus près du manche que de la cognée. Aujourd’hui, ces illusions sont mortes, au constat de la franche collusion du pouvoir et de « Wall Street », qui récompense le brigandage financier et condamne le pékin à la misère à perpétuité. Un document des services fiscaux US, paru en fin d’année dernière et curieusement exhumé ces derniers jours, met en relief l’enrichissement phénoménal des 400 familles américaines les plus fortunées, sur les quinze dernières années, période pendant laquelle leur imposition moyenne n’a cessé de décliner. Principalement constitué de plus-values, le revenu moyen du club des 400 (presque 100 000 dollars… par jour) relève donc d’opérations en capital, c’est-à-dire de la spéculation. Voilà qui éclaire parfaitement la réalité d’une économie qui ne tire sa substance, depuis de longues années, que du casino aux mains des croupiers de la finance. L’économie réelle, celle qui produit les biens dont les gens ont besoin, a été décimée -ainsi que les emplois qui vont avec : pas assez rentable, tout juste bonne pour les pays en voie de développement. La fin de la puberté promet d’être très orageuse chez l’Oncle Sam…


Jean-Jacques JUGIE



© Les Echos Judiciaires Girondins - Journal N° 5653 du 12/03/2010. Tout droit révervé.

A lire également dans Environnement



201999
ANNONCES EN LIGNE
 
Les Journaux
 
 
  LE DERNIER JOURNAL DU 31/10/2014
  RECHERCHE AVANCÉE
 
Actualités
  Economie
  Environnement
  Droit
  Vie des professions
  High-tech
  Loisirs / culture
  Santé
  Ventes au tribunal
  Le mardi de l'immobilier
  Le vendredi de l'emploi
  Gironde actualités
  Social
  Chroniques du barreau
  Carnet
  Collectivités
  Les cahiers pratiques du barreau
  Ventes devant avoir lieu au tgi de libourne
  Ventes devant avoir lieu au tgi de bordeaux
  Résultats des ventes du tgi de bordeaux
  Résultats des ventes du tgi de libourne
  Billet d'humeur
  Tribune libre
  Chronique des notaires de gironde
  Concours
  Le commissaire aux comptes
  L'emploi et l'immobilier en août
  Fiscalité
  Finance
  Nécrologie
  Entreprises
  Actu fiscale en bref
  Sortir
  Interview
  S'abonner au journal
 
Annonces Légales
  Ventes au tribunal
  Appels d'offres / Avis d'enquète
  Constitutions
  Modifications
  Fonds de commerce
  Régimes Matrimoniaux
  Tribunal de Grande Instance
  Tribunal de Commerce
  Avis
  Marché Public
  Diffuser une annonce
 
Le Journal
  C'EST MA PREMIÈRE VISITE
  LES ECHOS JUDICIAIRES GIRONDINS
  ANNONCES LÉGALES
  PUBLICITÉ
  ABONNEMENT
  ESPACE PERSONNEL
  NEWSLETTER
  CONTACTEZ-NOUS
 
Autres Publications
  LA VIE ECONOMIQUE
  LES ANNONCES LANDAISES
La Une du dernier journal du 31/10/2014 | Créer un compte | Créer une Alerte | Espace Personnel | Mentions légales | Plan du site | Contact |
© Les Echos Judiciaires Girondins - Réalisation : n / Agence Conseil Internet