Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Publicité

La Gironde attire

Immobilier/Urbanisme/Logement 24 février 2017

Le prix de l’immobilier ne cesse de grimper en Gironde. Bordeaux, bientôt à deux heures de Paris avec la LGV, attire sans arrêt les investisseurs…

Les prix des transactions immobilières mouture 2016 dévoilés par la Chambre des notaires de la Gironde le 15 février dernier confirment la très forte attractivité d’une grande partie du département. « La Gironde reste loin devant dans l’envolée des prix », devait confirmer la présidente de la Chambre des notaires du département, Véronique Pata-Lavigne. Résultat : l’envolée des prix devrait se poursuivre. Le dernier baromètre des notaires, qui recense les prix des transactions effectivement réalisées entre novembre 2015 et novembre 2016, enregistre une hausse moyenne dans le département de 6,4 % pour les maisons anciennes et 4,7 % pour les appartements anciens, alors que le neuf reste stable à un niveau élevé. Rien de surprenant à ce que les plus fortes hausses se concentrent sur l’agglomération bordelaise. En tête de liste, Bordeaux centre ville, Bègles, Villenave, Blanquefort ou encore Mérignac et Pessac.

7,5 % de Parisiens

Localement, sur les 10 dernières années, l’augmentation des prix atteint le chiffre record de 24 % en Gironde pour l’ancien. Le prix moyen d’une maison ancienne dans le département se monte à 222 000 euros, et le prix au mètre carré d’un appartement ancien en Gironde atteint désormais 2 770 euros. Sur Bordeaux, il faut compter avec +40 % en dix ans. LGV oblige, 7,5 % des acheteurs viennent de la région parisienne…

Année record

Une tendance forte qui vient s’inscrire dans un mouvement national. En effet, selon les chiffres publiés en janvier dernier par Notaires de France, « l’année 2016 a été très dynamique sur le plan de l’activité. La remontée des ventes sur un an glissant s’est faite progressivement pour atteindre, à l’été 2016, des niveaux aussi importants qu’aux précédents pics de 2006 et début 2012 ». Le nombre de transactions réalisées à l’échelon national au cours des douze derniers mois est estimé à 843 000, soit une hausse de 9 % sur un an. Les conditions du marché ont été dopées par plusieurs facteurs : l’attractivité des taux d’intérêt, une relative stabilité des prix dans les grandes villes, le succès du dispositif Pinel pour les investisseurs dans le neuf, ainsi que celui du prêt à taux zéro. La bonne tenue du marché, tient donc, selon les professionnels, à l’augmentation du pouvoir d’achat immobilier liée à la solvabilité générée par la baisse des taux et des prix. Entre 2008 et 2016, le pouvoir d’achat immobilier des Français a grimpé de 29 %. Selon une étude du Crédit Foncier, en huit ans, les mensualités des Français ont reculé de 22 %, soit une économie de 140 euros par mois, et leur capacité d’endettement a progressé de 35 %.

 

Entretien avec Me Fabrice Gauthier, notaire, spécialiste de l’immobilier et de la construction.

« La tendance se confirme sur les premiers mois de 2017 »

EJG : Le marché immobilier en Gironde est au beau fixe…

FG : Le marché immobilier girondin se porte très bien. C’est un excellent millésime 2016 et la tendance se confirme sur les premiers mois de 2017 avec des prix qui s’accélèrent.

EJG : Bordeaux attire de plus en plus…

FG : Quand on regarde les prix en Gironde et plus particulièrement sur Bordeaux Métropole, on se rend compte que la ville fait office de pôle d’attraction. Elle se situe au troisième rang des grandes métropoles régionales derrière Nice et Lyon. Il y a 20 ans, nous étions au 19e rang. Nous estimons que Bordeaux affichera une démographie positive jusqu’en 2030. Le marché devrait donc continuer à se développer.

EJG : Parmi les nouveaux arrivants, on compte de nombreux Franciliens…

FG : Il faut voir trois sous-groupes dans les Franciliens : des gens aisés qui viennent prendre chez nous leur retraite car la Côte d’Azur est trop chère, des retraités plus modestes en recherche de racines et enfin les jeunes couples qui ont des enfants en bas âge et qui recherchent la qualité de vie.

EJG : Sur l’agglomération bordelaise, le marché se tend…

FG : Il arrive chaque année sur Bordeaux Métropole 15 000 à 18 000 personnes. Il faut loger cette population et le parc existant ne suffit pas. L’offre faible a pour conséquence de tendre le marché.

EJG : Il y a la France des propriétaires et les autres…

FG : Les notaires ne font pas de politique, mais ils constatent les fractures de la société française… En France, la moitié de la population est propriétaire et se réjouit de la montée des prix de l’immobilier. Les autres 50 % qui rêvent d’accéder à la propriété voient le train s’éloigner sans pouvoir monter dedans. Les professionnels et les pouvoirs publics sont toujours en recherche d’équilibre, notamment entre la création de logements sociaux et des investisseurs pour lesquels il faut des incitations fiscales. N’oublions pas que la filière représente 500 000 emplois… 

Propos recueillis par Eric Moreau 

 

Autres actualités

Newsletter 76189 Annonces en ligne 100% des annonces du département Déposer une annonce légale

Les journaux

Actualités

Annonces légales

Déposer une annonce Légale en ligne !

  • Devis immédiat
  • Attestation de publication immédiate par e-mail
  • Relecture par nos services
  • Système de paiement sécurisé par carte bancaire
Publicité
Publicité