Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Publicité

Le cinéma : loisir favori des français

Économie 16 juin 2017

Les Français et notamment les jeunes, battent tous les records de fréquentation des salles obscures, d’après le dernier rapport du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Une exception française. 

Avec 213 millions d’entrées en 2016, le cinéma connaît son deuxième plus haut niveau de fréquentation depuis 50 ans, d’après le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Ce dernier a rendu publics les chiffres de l’activité du cinéma en France en 2016, le 11 mai dernier. Avec ses 213 millions d’entrées l’an dernier, soit 3,8 % de plus qu’en 2015, la France affiche le plus important taux de fréquentation en Europe, très loin devant le Royaume-Uni (168 millions d’entrées), l’Allemagne (121 millions) ou encore l’Italie (112 millions). C’est que les Français demeurent les spectateurs les plus assidus d’Europe : ils vont au cinéma 3,3 fois par an en moyenne, une pratique rendue possible par les 5 842 salles de cinéma présentes dans l’Hexagone, le parc le plus important d’Europe. Au total, 42 millions de spectateurs se sont rendus dans les salles obscures en 2016, soit 68 % des Français. Chaque ménage consacre, chaque année, un budget d’une cinquantaine d’euros à ce loisir, pratiqué en général le week-end.

Et ce loisir est largement diffusé dans la société, même s’il existe des différences entre les générations, et les catégories socio-professionnelles. Bonne nouvelle, le cinéma demeure un loisir très répandu chez les jeunes : plus de huit sur dix des moins de 25 ans vont au cinéma au moins une fois par an. Mais les plus gros consommateurs de cinéma sont les 15 à 19 ans : ils s’y rendent en moyenne 6,5 fois par an, légèrement plus que les 50 à 59 ans, six fois par an. La tranche des 35 à 49 ans est celle qui fréquente le moins les salles obscures (3,8 fois par an). Par ailleurs, le cinéma n’est pas réservé à une élite : en terme de catégorie socio-professionnelle, les spectateurs se partagent entre 26,4 % de CSP+, 23,8 % de CSP-, et 49,7 % d’inactifs, catégorie constituée, pour plus de la moitié, par les élèves et les étudiants.

D’après le communiqué du CNC, l’une des clés de la fréquentation record de cette année réside dans « une offre de films particulièrement diversifiée (plus de 7 700 films projetés dont 716 inédits) ». En l’absence de titres ayant réalisé plus de 5 millions d’entrées, les dix films les plus performants ont totalisé 19,1 % des entrées annuelles en 2016, soit le niveau de concentration le plus bas observé sur la décennie. Toutefois, certains films ont retenu davantage l’attention des spectateurs : les cinq films qui ont réalisé le plus d’entrées en concentrent à eux seuls environ 20 millions, avec « Zootopie », film américain qui a fait 4,78 millions d’entrées, « Les Tuches 2 », film français, (4,60 millions d’entrées), « Vaiana, la légende du bout du monde », film américain, (4,53 millions d’entrées), « Rogue one : a star wars Story », film américain (3,93 millions d’entrées) ou encore « The revenant » autre film américain (3,85 millions d’entrées).

Succès des comédies françaises

Bref, les films américains se taillent la part du lion, avec 111 millions d’entrées (+7,2 % par rapport à 2015), soit une part de marché de 52,9 %. Ce résultat est largement supérieur à la moyenne observée sur les dix dernières années (96,2 millions). Les films français, quant à eux, ont cumulé 75,1 millions d’entrées (+4,2 % par rapport à 2015), soit une part de marché de 35,8 %. Ce niveau est cependant inférieur à la moyenne des dix dernières années, note le CNC.

Par genre, c’est la comédie qui attire traditionnellement le plus les spectateurs, une tradition confortée par une offre de films particulièrement riche cette année. Résultat, la comédie a capté 23,8 % des entrées en 2016, soit 45,9 millions, contre 18,4 % en 2015. Treize d’entre elles cumulent plus d’un million d’entrées (contre neuf en 2015) et six franchissent le seuil des deux millions (cinq en 2015). Et là, les films français se distinguent : ils réalisent une part croissante des entrées du genre, qui s’élève à 85,7 % en 2016, contre 80,3 % l’année précédente.

Anne d’AUBRÉE

Autres actualités

Newsletter 80687 Annonces en ligne 100% des annonces du département Déposer une annonce légale

Les journaux

Actualités

Annonces légales

Déposer une annonce Légale en ligne !

  • Devis immédiat
  • Attestation de publication immédiate par e-mail
  • Relecture par nos services
  • Système de paiement sécurisé par carte bancaire
Publicité
Publicité