Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Publicité

L’Union Européenne soutient les micro-entreprises

Économie 10 mars 2017

 

Initiative France renforce son soutien aux micro-entreprises. Une démarche permise par le soutien de la Banque européenne d’investissement, qui développe une politique en faveur du micro-crédit et des PME.  

Dix millions d’euros de garantie pour soutenir quelque 500 projets de micro-entreprises. C’était l’enjeu de l’accord de garantie signé entre Initiative France, réseau de financement et d’accompagnement à la création d’entreprises, et le FEI, Fonds européen d’investissement, bras de la BEI, Banque européenne d’investissement, le 9 février, à Paris.

À la base, cela fait trente ans qu’Initiative France accorde des prêts d’honneur – sans intérêts, ni garantie – à des entrepreneurs, leur permettant de disposer de capitaux et d’en obtenir plus facilement d’autres, auprès de réseaux bancaires. L’association, qui a accordé pour 150 millions d’euros de prêts d’honneur en 2015, va donc pouvoir en accorder pour 10 millions d’euros supplémentaires ces trois prochaines années, grâce à la garantie du FEI. Le dispositif s’applique à des types de prêts particuliers : ceux, entre 5 000 et 20 000 euros, qui concernent des projets d’entreprises qualifiés d’« initiative remarquable ». « Au-delà de leur impact économique, ils ont une valeur collective supérieure », explique Louis Schweitzer, président d’Initiative France. Exemples de ces entreprises qui ont déjà bénéficié du soutien de l’association : Happy Crulture qui commercialise des « snacks sains, crus, bio, le plus possible avec des produits locaux », explique sa fondatrice, Camille Prioli, venue témoigner lors de la signature de l’accord. Sa société a créé de l’emploi (six postes, en deux ans), mais son apport sociétal va au-delà : le choix de circuits courts et de produits à fort potentiel nutritionnel a un double impact, en termes de santé et d’environnement. Quant à l’entreprise de Florent Hayoun, Drive des Champs, qui met en relation producteurs agricoles franciliens et consommateurs, elle répond à un enjeu écologique, mais aussi d’insertion sociale par l’emploi. Parmi les huit personnes que le jeune entrepreneur fait travailler, figurent des personnes en situation de handicap, chargées de préparer les commandes.

Depuis son lancement en 2014, ce dispositif a permis à quelque 300 entrepreneurs d’obtenir 7,4 millions d’euros de prêts d’honneur et Louis Schweitzer voudrait porter ce chiffre à 200 entreprises soutenues chaque année. En complément, la garantie du FEI s’appliquera aussi à des projets portés par des profils particuliers d’entrepreneurs : des entrepreneurs étudiants et des personnes issues des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

« L’Europe n’est pas aussi populaire qu’elle devrait l’être »

En fait, l’accord signé le 9 février entre Initiative France et le FEI n’est pas une nouveauté : il prolonge et étend un dispositif comparable, en place depuis 2014. « L’Europe n’est pas aussi populaire qu’elle devrait l’être en France. En fait, nous ne tirons pas assez parti des opportunités qu’elle offre », explique Louis Schweitzer. En France, l’association qu’il préside n’est pas la seule à bénéficier de cette garantie européenne, nommée EaSI, qui s’applique au micro-financement, et qui est déployée dans le cadre du programme de l’Union Européenne pour l’emploi et l’innovation. L’Adie, Association pour le droit à l’initiative économique, a également bénéficié d’un accord de garantie EaSI, tout comme la NEF, Nouvelle économie financière, qui soutient des entreprises sociales.

Plus globalement, d’après les chiffres de la BEI, en 2016, l’UE a investi en France 9,3 milliards d’euros, – en partie dans le cadre du plan de relance dit Junker-, dont 1,3 milliard d’euros dans le soutien aux PME et à la micro-finance. « C’est l’une des clés pour remettre nos économies sur la voie d’une croissance inclusive », commente Pierre Moscovici, Commissaire européen pour les Affaires économiques et financières. Au total, d’après les chiffres de la BEI, celle-ci finance quelque 400 000 PME et TPE en France, qui emploient plus de 5 millions de personnes, via divers canaux. En plus des associations de micro-crédit ou de soutien à la création d’entreprise, il s’agit notamment de fonds d’amorçage, de banques privées, publiques – avec Bpifrance, mais également de structures régionales d’appui au développement d’entreprises. C’est ainsi que le Fonds de développement économique régional – le fonds Jeremie – bénéficie à deux régions, PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) et Languedoc Roussillon.

Anne d’AUBRÉE

Autres actualités

Newsletter 76094 Annonces en ligne 100% des annonces du département Déposer une annonce légale

Les journaux

Actualités

Annonces légales

Déposer une annonce Légale en ligne !

  • Devis immédiat
  • Attestation de publication immédiate par e-mail
  • Relecture par nos services
  • Système de paiement sécurisé par carte bancaire
Publicité
Publicité