Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Publicité

Portrait Emmanuel Macron : le plus jeune président de la République

happening 19 mai 2017

Elu le 7 mai avec 66,1% des suffrages, Emmanuel Macron, 39 ans, était encore inconnu il y a trois ans. L’homme aime séduire et convaincre ses interlocuteurs, même s’il peut parfois les brusquer en disant la vérité.

L

a scène se déroule à la gare routière de Bercy, à Paris, un matin de juillet 2016. Des dizaines de personnes s’apprêtent à monter dans un autocar pour partir en vacances. Soudain, une voiture se présente sur le parvis de la gare et un homme jeune en descend promptement. Celui qui n’est encore que ministre de l’Économie serre les mains des dirigeants de la compagnie d’autocars Ouibus, qui l’attendent depuis quelques minutes, puis il salue les voyageurs, les employés, les journalistes et les photographes. À chacun, Emmanuel Macron glisse un mot, regardant son interlocuteur droit dans les yeux, engageant un petit bout de conversation. Tous ceux qui, ces dernières années, ont eu l’occasion de rencontrer le président de la République élu ce dimanche, témoignent de l’attention qu’il leur a portée, même un court instant.

Durant la campagne électorale, on a vu maintes fois le candidat aller à la rencontre « des gens », qu’il s’agisse de ses partisans vêtus de tee-shirts colorés ou d’opposants acharnés, sans oublier bien sûr les ouvriers de Whirlpool, entre les deux tours de l’élection. C’est une attitude, une méthode Macron, une marque de fabrique.

De gauche et de droite, et européen

À seulement 39 ans, le plus jeune président de la République que la France ait jamais élu, sait déjà beaucoup de choses. Mais il veut encore apprendre, à chaque fois, en interrogeant ses interlocuteurs. Son parcours, forcément « fulgurant », se distingue de ceux des présidents élus sur le tard, après une interminable carrière de député, secrétaire d’État, ministre, chef de l’opposition ou de la majorité, à l’image de François Mitterrand ou Jacques Chirac, mais aussi Nicolas Sarkozy ou François Hollande.

Né de parents médecins à Amiens, en décembre 1977, des « bourgeois de province », comme on dit, Emmanuel Macron n’en coche pas moins toutes les cases de l’élite à la française : lycée Henri IV, Sciences-Po, ENA, Inspection des finances et puis l’itinéraire que l’on connaît, la commission Attali pour la « Libération de la croissance », la banque Rothschild, le secrétariat général de l’Elysée et enfin Bercy.

Le nouveau président ne cesse d’étonner. En 2015, François Hollande le jugeait encore « fidèle » et « loyal » à son égard. Par ailleurs, son mariage avec une femme âgée de 24 ans de plus que lui n’en finit pas de susciter des blagues de comptoir sur les matinales des radios. Le couple a pourtant exactement le même écart d’âge que Donald et Melania Trump, un fait qui provoque beaucoup moins de moqueries. La liaison entre Emmanuel et Brigitte Macron a même valu au nouveau locataire de l’Elysée d’être qualifié de « minorité sexuelle » par la juriste Marcela Iacub, volontiers provocatrice.

Sur le plan des idées, l’homme affiche également une certaine constance. Fervent défenseur de la croissance économique, prompt à embrasser les succès des Blablacar, Airbnb, Uber et autres Deliveroo, souvent à droite de la gauche, parfois à gauche de la droite, toujours européen, le nouveau président ne cache pas ses convictions. En juin 2016, au lendemain du Brexit, on le retrouve à une tribune, à Sciences-Po Paris, avec l’écologiste Daniel Cohn-Bendit et une proche de François Bayrou, la députée européenne Sylvie Goulard. Celle-ci attaque « l’absence de vision » européenne du gouvernement de Manuel Valls et s’insurge contre la suppression par le gouvernement des « classes bilangues », présentées comme « élitistes », qui permettent à des collégiens d’apprendre deux langues étrangères simultanément, notamment l’allemand. L’emportement ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Dans le programme d’En Marche !, la réintroduction de ces classes bilangues est prévue dès la rentrée 2017 et Sylvie Goulard est désormais présentée comme premier-ministrable…

Emmanuel Macron aime casser les codes, dire les choses comme il les pense, à rebours de la bienséance ou des habitudes. La liste est longue de ces écarts de langage qui ont pu choquer, mais aussi brouiller les lignes.

Une franchise
qui séduit

Bien qu’on l’ait entendu, plusieurs fois, déclamer des discours d’une densité, disons, discutable, l’homme revendique le « parler vrai », une expression théorisée par Michel Rocard, dont il fut proche. Les professions juridiques s’en souviennent. Fin 2014, au moment de la discussion de la loi qui porte son nom et par laquelle il souhaite une dérégulation des professions réglementées, le locataire de Bercy est la tête de turc des manifestations de notaires, qui le caricaturent – déjà – en banquier insensible et « VRP du CAC 40 ».

Un jour d’octobre 2015, le ministre de l’Économie remplace Christiane Taubira, garde des Sceaux, devant le « Congrès des avocats », qui rassemble 160 représentants des barreaux. Interpellé, Emmanuel Macron explique poliment les enjeux de sa loi. Puis il met les pieds dans le plat. « Un gigantesque marché du droit se développe sur Internet. Des sites permettent de saisir des tribunaux pour de faibles coûts. On délivre des documents juridiques dans des délais brefs à moindres coûts », indique-t-il à une profession qui ne cesse de protester contre la concurrence déloyale. Qu’on le veuille ou non, ajoute-t-il, « les réglementations que nous poserons seront toujours contournées, telles la loi Hadopi ou la ligne Maginot ». Dès lors, « le vrai risque, c’est que cette révolution se fasse sans vous », dit-il encore, avant de recueillir les applaudissements d’un public séduit par tant de franchise.

Olivier RAZEMON

Autres actualités

Newsletter 78603 Annonces en ligne 100% des annonces du département Déposer une annonce légale

Les journaux

Actualités

Annonces légales

Déposer une annonce Légale en ligne !

  • Devis immédiat
  • Attestation de publication immédiate par e-mail
  • Relecture par nos services
  • Système de paiement sécurisé par carte bancaire
Publicité
Publicité