Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

A Clichy-sous-Bois, les commerces vitrines de la rénovation urbaine

Il était une référence dans la région. Des vedettes de la télé y venaient même faire des animations. Mais le centre commercial du Chêne-Pointu est devenu "un enfer", en déclin comme une partie de ce quartier de Clichy-sous-Bois. Il est...

Le centre commercial du Chêne-Pointu est devenu "un enfer", en déclin comme une partie de ce quartier de Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Philippe LOPEZ)

Il était une référence dans la région. Des vedettes de la télé y venaient même faire des animations. Mais le centre commercial du Chêne-Pointu est devenu « un enfer », en déclin comme une partie de ce quartier de Clichy-sous-Bois. Il est désormais un « enjeu majeur » de la rénovation urbaine. 

La résidence « Le Chene Pointu » à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, le 9 février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – THOMAS COEX)

« C’était beau avant. On a eu tout le monde ici: Pierre Tchernia, Michel Drucker, Sim. Il y avait un fleuriste, un aquariophile, une boucherie chevaline », raconte Olivier Klein, 55 ans, enfant du quartier devenu maire de cette ville de Seine-Saint-Denis, où le centre commercial avait été construit dans les années 1970.

Mais les rêves d’autoroute qui devaient renforcer l’attractivité du quartier densément peuplé se sont évaporés dans les années 1980, et avec eux l’éclat des 4.000 m2 de la galerie marchande. 

Quarante ans plus tard et l’implantation non loin de supermarchés, seuls un café, des épiceries et une douzaine de commerces vivotent encore sous les néons et le carrelage blanchâtre du centre, construit en partie sous les barres aux façades calamiteuses.  

« Avec la fermeture du magasin de vêtements discount et les départs de professionnels de santé, on a perdu 20-25% de notre activité », déplore le pharmacien Christian Moafo. 

Ce manque à gagner a été accentué, selon les commerçants interrogés, par le départ de centaines de personnes lié à l’opération de requalification des copropriétés dégradées. Entamé en 2015, ce programme titanesque aujourd’hui piloté par l’établissement public foncier d’Ile-de-France prévoit la destruction d’une dizaine de bâtiments et la construction de plus de 1.300 logements. 

« Je vis un enfer », assure M. Moafo. A chaque orage, le pharmacien dit redouter que les fuites n’inondent son local. « Je rêve de voir les bulldozers détruire le centre ». Ils devraient arriver en 2026.

– Boulangerie, coiffeur, café –

D’ici là, des jalons se posent. Il s’agit de choisir les commerces du nouveau Chêne-Pointu, chevilles ouvrières de la métamorphose censée désenclaver le quartier et réduire les obstacles à la mixité sociale. Ils seront répartis au rez-de-chaussée de nouveaux immeubles. 

Les candidats ont jusqu’à fin mai pour présenter un dossier avant une présélection d’ici juillet et l’examen de leur situation financière, indique Isabelle Labaye de Immobilière 3F, le bailleur en charge du transfert et de l’accompagnement des commerces. S’agissant des commerces envisagés, « on reste dans le basique » avec une boulangerie, un coiffeur, un café. « Le but est de créer une zone commerçante pour donner de la vie et créer du lien. L’enjeu est énorme pour les habitants », explique-t-elle. 

Mais comment combiner le « panier moyen » de la population actuelle avec la « montée en gamme » souhaitée par la mairie ? 

La Cour des comptes relevait en 2019 « un phénomène de déprise économique et commerciale » dans les quartiers prioritaires de la ville tels que celui de Clichy-sous-Bois, et ce malgré dix ans de programmes de rénovation, impuissants à embellir durablement l’image de ces territoires. Dans ces quartiers, le taux de pauvreté est de 42%, trois fois plus élevé qu’ailleurs, et le taux de chômage de 22,5%, selon des données gouvernementales.  

– Rue de l’Avenir –

Le Chêne-Pointu entend donc initier un cercle vertueux. « Refaire la ville c’est s’intéresser à l’école, aux mobilités, à l’emploi, et à l’accès aux commerces », résume M. Klein.

Dans la rue de l’Avenir, la Poste servira de « locomotive d’attractivité » tout comme le futur conservatoire, une gare du Grand Paris toute proche, et, espère la mairie, des moyennes surfaces de type Aldi et Lidl avec qui des discussions sont en cours.  

Si la mairie dit n’avoir pas les moyens financiers pour draguer les commerces, elle a une ambition: « avoir la capacité d’être plus sexy » et d' »empêcher qu’un kebab moche soit remplacé par un kebab moche ». 

Cela passera par un accompagnement dans la présentation des vitrines, par la présence de médiateurs commerciaux et de « gardiens très en lien avec les commerces », selon I3F. 

Tous les commerçants actuels ne pourront s’aligner sur les nouveaux loyers. Le pharmacien du quartier voisin tout juste réhabilité confirme que son loyer a plus que doublé depuis la rénovation. 

Mais pour certains professionnels du Chêne-Pointu, « on en a tellement marre d’être ici, c’est tellement toxique qu’on ne réfléchit même pas à cette problématique des loyers », dit M. Moafo. « On prie juste pour qu’il n’y ait pas de retard » dans les travaux. 

al/lbx/mpm

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques