Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

À Lorient, après le choc du contrat australien, les salariés de Naval Group reprennent espoir

"La Grèce nous a donné du baume au cœur" : trois mois après "le choc" du contrat rompu avec l'Australie, les salariés de Naval Group à Lorient se disent rassurés par les dernières commandes de...

Une frégate nouvelle génération en construction au chantier Naval Group, le 16 décembre 2021 à Lorient (Crédit photo : © Sebastien SALOM-GOMIS)

« La Grèce nous a donné du baume au cœur » : trois mois après « le choc » du contrat rompu avec l’Australie, les salariés de Naval Group à Lorient se disent rassurés par les dernières commandes de frégates par Athènes et la Marine française.

Des employés de Naval Group assistent à une cérémonie pour la mise sur cale de la première frégate nouvelle génération, le 16 décembre 2021 à Lorient (Crédit photo : © Sebastien SALOM-GOMIS)

« On était très contents d’avoir le programme australien. On était tous fiers de l’avoir. La perte de ce contrat, l’état d’esprit, c’était un choc pour nous », estime Vincent Raoul, 41 ans, jeune manager, heureux de pouvoir désormais tourner la page.

Une frégate FREMM en construction au chantier de Naval Group, le 16 décembre 2021 à Lorient (Crédit photo : © Sebastien SALOM-GOMIS)

Naval Group avait été sélectionné par Canberra pour la fourniture de douze sous-marins pour un montant global de 31 milliards d’euros, une commande qualifiée de « contrat du siècle ».

Des employés de Naval Group, le 16 décembre 2021 à Lorient (Crédit photo : © Sebastien SALOM-GOMIS)

Mais contre toute attente, l’Australie avait finalement conclu un partenariat avec les États-Unis en septembre.

Le PDG de Naval Group, Pierre-Éric Pommellet, le 16 décembre 2021 à Lorient (Crédit photo : © Sebastien SALOM-GOMIS)

Sur le gigantesque site des chantiers navals, véritable ville dans la ville à Lorient, avec ses rues, ses halls et bâtiments animés par le vacarme continu des machines et ses ouvriers s’affairant à découper et former les tôles, l’heure est de toute évidence aux célébrations.

– Des centaines d’emplois sécurisés –

Dans le grand hall de fabrication, baigné d’une lumière voilée, on célèbre la mise sur cale en grande pompe de la première frégate nouvelle génération.

Depuis l’étage, plusieurs dizaines de salariés, casques blancs de protection sur la tête, assistent à la cérémonie en présence de responsables de l’État, du ministère des Armées, du gouvernement grec et d’une dizaine de journalistes grecs.

Cinq de ces frégates de défense et d’intervention (FDI) de 4.500 tonnes, capables d’opérer de manière furtive en mer, pour accompagner des « navires précieux » comme les porte-avions, ou d’opérer dans la lutte antiterroriste, ont été commandées par l’État pour le compte de la Marine nationale, et trois par la Grèce.

Avec 45 jours d’autonomie, ces navires longs de 122 m sur 18 m de large, doivent venir épauler les « FREMM », les frégates multi-missions déjà en service et dont le dixième bâtiment doit être livré l’an prochain.

Selon Naval Group qui compte 17.000 salariés dans le monde, les huit commandes de frégates, avec une quatrième en option pour la Grèce, vont permettre de sécuriser quelque 1.300 emplois à Lorient ainsi qu’un millier d’emplois chez les sous-traitants.

Un million d’heures de travail de production et autant en conception seront nécessaires pour chaque unité, précise Naval Group.

L’accord entre la Grèce et la France, d’un montant de trois milliards d’euros, avait été signé le 28 septembre dans le cadre d’un « partenariat stratégique » en Méditerranée, permettant à Emmanuel Macron de vanter l’Europe de la défense.

« Maintenant on remonte avec le programme pour la Grèce. On a eu des informations, récemment où on était susceptible de perdre ce contrat, mais je ne le pense pas. Pas après la journée qui vient de se passer », souligne Vincent Raoul, qui compte 18 ans dans l’entreprise, essentiellement comme soudeur, interrogé dans un atelier.

– « Du baume au cœur » –

« Effectivement la Grèce nous a donné du baume au cœur. Et beaucoup d’espoir maintenant, pour maintenir une activité sur le site. On en a besoin, c’est nécessaire », renchérit Ludovic Kerhoas, 43 ans, responsable atelier coque.

Cette mise sur cale de la FDI est « un jalon important », selon les mots du PDG Pierre-Éric Pommellet qui s’est réjoui jeudi que les objectifs de Naval Group soient atteints pour 2021.

Le PDG a inauguré le premier des onze blocs du navire de défense, illuminé d’une lumière violette, et procédé à la mise sous tension symbolique du mât intégré et de son système de combat.

Yoann Malonda, 36 ans, ancien chaudronnier en reconversion, se réjouit aussi de ces nouvelles commandes.

« Ils sont en recherche de main d’œuvre, et indirectement j’en ai bénéficié », explique ce salarié nouvellement embauché en CDI qui travaille déjà sur les FDI.

« Ce sont quand même des bâtiments de surface de premier plan. Le monde entier a recours à notre savoir-faire. Forcément, quand on a ce type d’ensemble, on est hyper fiers », insiste Ludovic Kerhoas.

lg/et/mcl/

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques