Couverture du journal du 23/09/2022 Consulter le journal

A Marseille, Castex contraint de mettre de l’huile dans le moteur du grand plan

Attendu initialement aux quatre coins de la ville lundi et mardi pour illustrer les avancées du grand plan pour Marseille, Jean Castex s'est surtout employé à réduire les différends entre Etat, métropole et ville, concédant...

Jean Castex prononce un discours sur les transports de la métropole à Marseille le 14 décembre 2021 (Crédit photo : © Nicolas TUCAT)

Attendu initialement aux quatre coins de la ville lundi et mardi pour illustrer les avancées du grand plan pour Marseille, Jean Castex s’est surtout employé à réduire les différends entre Etat, métropole et ville, concédant au passage une importante rallonge pour les écoles.

Jean Castex et des élèves d’une école primaire de Marseille, le 14 décembre 2021 (Crédit photo : © Nicolas TUCAT)

De l’entourage du Premier ministre au maire PS Benoît Payan, chaque partie l’admet: ce plan « Marseille en grand », dévoilé début septembre par Emmanuel Macron, nécessite à tout instant de la « maïeutique ».

Jean Castex et le maire de Marseille Benoit Payan signent un protocole de rénovation de l’école, à côté du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer (g), à Marseille, le 14 décembre 2021 (Crédit photo : © Nicolas TUCAT)

Un accouchement de mesures pas toujours simple, comme l’a notamment prouvé la confirmation tardive, lundi soir, de la signature ce mardi matin des accords sur les écoles et les transports: « Quand on est parti de Paris on ne savait pas si ce serait finalisé », glisse un acteur de l’Etat.

Quant à Jean Castex qui, avec sa ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault avait d’abord prévu de papillonner sur le terrain pour brasser les sujets de rénovation urbaine, sécurité, transports, écoles ou santé, il a finalement consacré l’essentiel de son temps à rapprocher les positions de l’exécutif et des élus locaux.

« Vous savez, on parle fort, ça plaît aux Parisiens », a cabotiné mardi la présidente LR de la métropole Aix-Marseille-Provence Martine Vassal, évacuant dans cette pirouette le fond des crispations.

Car un regain de tension était apparu ces derniers jours, alors que le projet de loi 3DS à l’examen à l’Assemblée avait consacré une réforme de la gouvernance de la métropole que M. Payan avait immédiatement qualifiée de « farce » dans Le Monde. 

A son arrivée lundi matin, M. Castex s’est donc efforcé de calmer le jeu auprès du maire, tout en expliquant qu’il n’était pas question de revenir sur ce qui avait été voté la semaine passée. 

L’ambiance a sans doute aussi été apaisée par l’enveloppe bonus pour l’ambitieux chantier de rénovation de 174 écoles vétustes de la ville, portant la participation de l’Etat de 254 à 400 millions d’euros sur le total de 1,2 milliard.

Un geste « salué » comme « historique » mardi par un M. Payan emphatique lorsqu’il parle de « réécrire l’histoire de cette ville », après la visite d’une école en préfabriqués d’un quartier populaire de la Belle-de-Mai.

L’accord prévoit aussi la création d’une société détenue à parts égales par la ville et l’Etat, qui sera chargée de piloter ce programme, et dont la direction opérationnelle fait elle aussi l’objet d’âpres pourparlers.

– « Recoudre » Marseille –

Le Premier ministre a aussi dû mettre son casque bleu pour aligner la métropole Aix-Marseille et la mairie sur la question des transports, en rappelant l’engagement du chef de l’Etat à désenclaver avant tout les quartiers pauvres du nord de la ville. 

Et si Martine Vassal ne renie pas cet objectif, elle fait aussi valoir que d’autres projets ont été déjà initiés en direction du sud, et qu’il n’est pas question de mettre un mouchoir dessus.

« Malheureusement, il faut sept ans pour faire une ligne de tramway », a ainsi prévenu l’élue à l’adresse des plus empressés au sein de la municipalité. 

L’important est de « recoudre cette ville », a plaidé de son côté M. Payan, égratignant ceux qui « ont par leur inclinaison naturelle une tendance à vouloir continuer à développer les transports en commun là où parfois il n’y en a pas besoin ».

M. Castex a donc confirmé mardi l’aide d’un milliard d’euros de l’Etat pour améliorer les dessertes en formalisant dans le protocole signé « la priorité » accordée aux quartiers populaires. 

Remettant à plus tard des annonces envisagées sur la rénovation urbaine ou le dossier de la sécurité, le Premier ministre a surtout appelé les différents acteurs à trouver des voies d’entente.

« Je pense que ce que nos concitoyens attendent de nous, c’est que sur l’essentiel, sur ce qui impacte leur vie, nous sachions nous retrouver », a-t-il plaidé, en prenant l’exemple des chantiers des hôpitaux de Marseille qui ont réuni Etat et collectivités autour d’une même table.

« Quelle que soit la qualité de nos intentions, nous serons jugés sur la réalisation », a encore insisté Jean Castex.

est-jmt/ol/fio

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques