Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

A Montpellier, Mélenchon cogne contre une situation sociale « caricaturale »

"On me dit caricatural, oui, parce que la situation est caricaturale": Jean-Luc Mélenchon a brocardé les inégalités et "profiteurs de crise", dimanche devant quelque 8.000 sympathisants à Montpellier, exposant son...

Jean-Luc Mélenchon lors du meeting de La France Insoumise (LFI) à Montpellier, le 13 février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Pascal GUYOT)

« On me dit caricatural, oui, parce que la situation est caricaturale »: Jean-Luc Mélenchon a brocardé les inégalités et « profiteurs de crise », dimanche devant quelque 8.000 sympathisants à Montpellier, exposant son plan pour un gouvernement « par les besoins ».

(Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Ysis PERCQ)

Comme à chaque meeting de l’Insoumis, plusieurs membres du parlement de l’Union populaire ont fait l’introduction en racontant leurs luttes, qui contre la « casse de l’hôpital public », qui contre la « police violente », qui contre « l’inaction climatique ».

Jean-Luc Melenchon, lors de son meeting à Montpellier le 13 février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Pascal GUYOT)

Avec ces prises de parole, Jean-Luc Mélenchon a notamment vanté plusieurs « prises » hautement symboliques pour la gauche, comme la « gilet jaune » bousculée à Nice en 2019 Geneviève Legay, la militante pour le climat Alma Dufour et l’ancienne cheffe des Jeunes écologistes Claire Lejeune.

Jean-Luc Mélenchon lors du meeting de La France Insoumise à Montpellier, le 13 février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Pascal GUYOT)

« Nous sommes riches de toutes ces luttes qui ont concerné des millions de citoyens », s’est exclamé la présidente du Parlement de campagne, Aurélie Trouvé, ancienne porte-parole d’Attac.

Surprise cette fois-ci, un clip que le rappeur camerounais Valsero a envoyé spontanément aux Insoumis a été diffusé, pour donner de la vie aux 8.000 personnes venues remplir, selon LFI, une Arena Sud de France sans âme. « Ils présentent Mélenchon comme un gauchiste sans lucidité, pour qu’à la fin Macron bénéficie du vote des Français », scande-t-il, appelant à voter pour le tribun.

– « Classe d’assistés » –

Celui-ci, en tête d’une gauche éparpillée dans les sondages mais à plusieurs points d’intentions de vote du second tour, a ensuite livré un discours centré sur les inégalités, thème fédérateur à même d’activer le vote utile.

« Eux, ils ont gouverné par la marchandise, nous allons gouverner par les besoins », a-t-il clamé.

« Eux », ce sont « la classe d’assistés » que sont selon lui les « capitalistes français »: « Le déficit de l’Etat, c’est 140 milliards d’euros. Il est égal aux sommes qu’on a données au capital cette année » via le CICE, le crédit impôt-recherche, la suppression de l’ISF et autres gestes en direction des entreprises, a-t-il affirmé.

M. Mélenchon a longuement décrit, souvent avec ironie et jubilation, ce qu’il appelle les « profiteurs de crise », les détenteurs des grandes fortunes: « Les milliardaires français sont au nombre de 109, et ne pensez pas que ça va augmenter au point qu’il y en ait 68 millions! »

Il a égrené d’autres chiffres, suscitant des exclamations courroucées du public: « Les milliardaires français ont gagné en 19 mois 236 milliards d’euros, c’est-à-dire 12 milliards par mois, 414 millions par jour, 17 millions par heure, 287.000 euros par minute, 4.790 par seconde ».

Et il a donné en exemple les paies parmi les moins élevées: « aide à domicile/aide-ménagère en moyenne 680 euros par mois, agent d’entretien 766 euros par mois, caissier 859 euros par mois… »

Pour Jean-Luc Mélenchon, ce qui est « accumulé à un endroit n’est pas distribué à d’autres. On me dit +vous êtes caricatural+, oui, parce que la situation est caricaturale ».

Il a présenté ses solutions, notamment la création d’un million d’emplois publics, la taxation à 100% de la partie d’un héritage dépassant 12 millions d’euros, une allocation jeunes étudiants de 1.065 euros ou encore l’investissement de 200 milliards d’euros dans la « bifurcation écologique ».

Il a conclu: « Si vous voulez, dans deux mois, le SMIC est à 1.400 euros par mois. Si vous voulez pas, votez Macron ».

bap/ib/dlm

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques