Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Accident de chasse mortel: l’adolescente mise en cause déférée mardi

L'adolescente de 17 ans, auteure présumée du tir qui a tué une randonneuse samedi lors d'une battue aux sangliers dans le Cantal, sera déférée mardi au tribunal...

Un chasseur en novembre 2021 dans le Lot (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Valentine CHAPUIS)

L’adolescente de 17 ans, auteure présumée du tir qui a tué une randonneuse samedi lors d’une battue aux sangliers dans le Cantal, sera déférée mardi au tribunal d’Aurillac, a indiqué lundi le procureur.

La jeune fille avait été placée en garde à vue dimanche dans l’enquête ouverte pour homicide involontaire. Une information judiciaire doit être ouverte mardi, qui « s’attachera notamment à déterminer les positions et moments de tirs » lors de la battue, selon le parquet.

« Les auditions des témoins des faits et des chasseurs ayant participé à la battue ont mis en évidence que plusieurs coups de feu avaient été tirés dans le cadre de cette chasse », a relevé le procureur d’Aurillac Paolo Giambiasi dans un communiqué de presse.

Une autopsie du corps de la victime aura lieu mardi matin.

Samedi après-midi, sur la commune de Cassaniouze, dans le sud du département, une femme de 25 ans a été touchée par un tir « en partie haute du corps, au niveau gauche ». « Consciente dans un premier temps », elle décédait sur place « malgré les premiers secours prodigués notamment par l’homme avec lequel elle se promenait », a précisé le magistrat.

« Immédiatement après le coup de feu », l’adolescente de 17 ans s’est présentée comme l’auteure du tir. En état de choc, elle a d’abord été hospitalisée avant d’être entendue par les enquêteurs dimanche.

Produisant un permis de chasse en règle, elle a expliqué aux gendarmes avoir visé un sanglier, tiré, puis entendu le cri d’un homme au niveau d’un sentier où elle s’est alors rendue.

Cet accident mortel a relancé le débat sur la chasse en pleine campagne présidentielle, des candidats appelant à interdire sa pratique le week-end et durant les vacances.

« C’est un drame qui interroge », a déclaré lundi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, en marge d’un déplacement à Tarbes.

« Il faut prendre en compte le poids de la responsabilité qu’on met sur des épaules un peu jeunes. Il ne faut pas tomber dans la surenchère démagogique mais aussi regarder comment une fille si jeune peut se retrouver avec une arme dans les bras. »

Interrogée sur l’instauration possible de jours sans chasse, la ministre a rappelé que « cela existe »: « il faut réfléchir à comment mieux concilier les chasseurs et tous les usagers de la nature. Il faut regarder ça territoire par territoire », a-t-elle dit.

ppy-fpp/ag/or

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques