Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Apprentissage: en boucherie, chômage « zéro » mais « manque de bras »

"Le chômage est égal à zéro" mais "on manque de bras": à l'école professionnelle de la boucherie à Paris, des apprentis se décarcassent, avec la certitude de trouver un emploi à la...

Des jeunes participent au concours du meilleur apprenti boucher de France, le 20 février 2017 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - MARTIN BUREAU)

« Le chômage est égal à zéro » mais « on manque de bras »: à l’école professionnelle de la boucherie à Paris, des apprentis se décarcassent, avec la certitude de trouver un emploi à la clé, car « il y a du taf! ».

Le secteur de la boucherie a perdu 12% de ses effectifs entre 2003-2005 et 2017-2019 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Philippe HUGUEN)

Dans l’atelier, où la température avoisine les 8 ou 9 degrés, une trentaine de jeunes de 18 ans à la trentaine, en dernière année de brevet professionnel, s’affairent à la découpe d’agneaux. 

Pour ce seul cours, Pascal Pichon, formateur depuis 12 ans, et boucher depuis 42 ans compte « 12 agneaux et quatre demi-veaux ». L’école commande entre 1,5 et 2 tonnes de viande par semaine à des fournisseurs qui la récupèrent une fois préparée par les élèves.

« C’est un métier qui s’apprend par l’expérience », explique à l’AFP le formateur, en s’affairant dans l’atelier où la discipline règne – sécurité oblige. 

S’il reconnaît des « conditions contraignantes » comme le fait de travailler dans le froid ou les week-ends et jours fériés, il assure que c’est un secteur « où on va pouvoir s’éclater, gagner sa vie et plus que ça ».

Mais il s’inquiète d’un « manque de jeunes » pour compenser toutes les boutiques où « la génération qui sera à la retraite d’ici un à deux ans tient un peu la baraque ».

Le secteur, qui emploie quelque 90.000 personnes, selon la Dares, a perdu 12% de ses effectifs entre 2003-2005 et 2017-2019.

« On n’a pas le vivier », déplore aussi Thomas Weisz, le directeur général de cette école de boucherie, la plus ancienne en France, ouverte depuis 1927.

Plutôt qu’un boom de l’apprentissage, il fait état d’un « trou d’air ». A cause du Covid et faute d’informations métiers auprès des collégiens en 2020-2021, l’école n’accueille que quelque 320 élèves cette année contre 355 l’année précédente. 

Déjà titulaires d’un CAP, les élèves de l’atelier sont en 4e année. Ils alternent entre une semaine au CFA et deux en entreprise, pour l’essentiel en artisanat (80%).

– « Même pas peur! » –

« Ils ne forment pas des salariés, ils forment de futurs entrepreneurs », se félicite Eva Jollans, 30 ans, une des deux seules femmes dans l’atelier, qui s’est reconvertie après avoir exercé dans la joaillerie, car « il y avait du taf! ».

« On ne compte pas nos heures, donc tant qu’à faire, autant gagner sa croute après », poursuit-elle dans sa tenue d’école bleu marine à rayure, tablier blanc et casquette siglée « EPB ». « Pro-apprentissage », elle vante « une partie théorique super bien faite » et une complémentarité en entreprise, où elle gagne davantage que le Smic. 

Quant aux conditions de travail, « même pas peur! », lance-t-elle, notant que l’école compte 6% de femmes, taux qui progresse d’un point chaque année.

Vincent Scotto, qui se voit bien à la tête d’une boutique où les clients pourraient manger sur place, veut croire qu’avec le Covid, les Français « ont redécouvert les commerces de proximité » et la qualité. 

Le jeune homme tatoué a lui aussi eu une autre vie professionnelle comme soigneur équin, un métier qu’il appréciait mais qui « ne nourrit pas une famille ». Il voit dans la boucherie « un joli métier qui a de l’avenir ».

« Je suis allé en boucherie parce que j’aimais bien manger », rapporte aussi François Bonnesire après un passage en IUT génie civil où il en a eu « marre de faire des maths ». Le jeune de 23 ans, qui touche 1.500-2.000 euros, se voit grossiste et estime que l’apprentissage « permet de tout connaître ».

Après avoir « loupé » son Bac S en 2012, Valentin Chapuis, 28 ans, s’est pour sa part dirigé vers la charcuterie puis les pompes funèbres avant la boucherie. Il veut croire que l’image du boucher a évolué, alors que dans les métiers de bouche, « on a longtemps eu l’image de ceux qui n’étaient pas doués à l’école ».

Mais « on ne parle pas assez de ces métiers-là », déplore le directeur général, notant que les bons chiffres de l’apprentissage concernent les « niveaux supérieurs ». M. Weisz vante pourtant « 95% d’insertion en entreprise » dans les trois mois après la formation. Et des jeunes qui « réussissent très bien », des anciens élèves, revenant même quelques années après « en Porsche ou en Maserati »…

chl/bfa/dlm

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques