Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Australie: Google condamné à verser des dommages et intérêts à un élu diffamé

La cour fédérale australienne a ordonné lundi à Google de verser plus de 466.000 euros à un homme politique australien qui avait été diffamé dans des...

Un juge australien a estimé que Google, propriétaire de YouTube, était responsable du préjudice causé à John Barilaro à partir de décembre 2020 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Kirill KUDRYAVTSEV)

La cour fédérale australienne a ordonné lundi à Google de verser plus de 466.000 euros à un homme politique australien qui avait été diffamé dans des vidéos d’un humoriste hébergées sur YouTube.

En 2020, John Barilaro était vice-Premier ministre de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud quand il a été la cible d’un humoriste australien, connu sous le pseudonyme de « friendlyjordies ». Dans des vidéos diffusées sur YouTube, il l’accusait de corruption en imitant son accent italien.   

Devant le tribunal, cet ancien haut responsable politique s’est écroulé en visionnant l’une d’elles, tournée par l’humoriste dans une luxueuse maison que l’élu possédait et qu’il louait sur AirBnB.

« Je suis traumatisé par tout ça », a déclaré M. Barilaro en livrant son témoignage devant la cour.

Fin 2021, il avait conclu un accord avec « friendlyjordies », dont le véritable nom est Jordan Shanks. L’humoriste a ainsi présenté ses excuses et accepté de modifier les vidéos, qui ont été visionnées plus d’un million de fois sur YouTube.

Le juge Steven Rares a estimé que Google, propriétaire de YouTube, était responsable du préjudice causé à M. Barilaro à partir de décembre 2020, date à laquelle les avocats de l’homme politique ont écrit au géant américain pour lui demander de retirer les vidéos offensantes. Le magistrat a condamné Google à verser des dommages et intérêts.

Selon lui, ces vidéos ont poussé M. Barilaro à quitter prématurément ses fonctions publiques — il a démissionné du parlement en octobre 2020 — « et l’ont considérablement traumatisé ». 

M. Rares a également estimé que M. Shanks « avait eu besoin de YouTube pour diffuser son poison » et que Google était prêt à se joindre à l’humoriste « pour gagner des revenus dans le cadre de son modèle économique ». 

Google a été contacté par l’AFP pour répondre à une demande de commentaire.

mmc/arb/smw/juf/ybl

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques