Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Crash de la Germanwings: la justice française met fin à l’enquête sans poursuites

Sept ans après le crash d'un avion de la compagnie allemande Germanwings dans les Alpes, qui avait fait 150 morts, la justice française a clôturé l'enquête sans lancer de poursuite, considérant...

Un sauveteur hélitreuillé sur le site du crash de l'avion de la Germanwings, dans les Alpes, le 26 mars 2015 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT)

Sept ans après le crash d’un avion de la compagnie allemande Germanwings dans les Alpes, qui avait fait 150 morts, la justice française a clôturé l’enquête sans lancer de poursuite, considérant le geste « suicidaire » du copilote comme imprévisible.

Une photo d’Andreas Lubitz, le copilote de la Germanwings qui a fait écraser son appareil, projeté lors d’une conférence de presse à Berlin, le 24 mars 2017 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Tobias SCHWARZ)

Le 24 mars 2015, à bord du vol 4U9525 reliant Barcelone (nord-est de l’Espagne) à Düsseldorf (ouest de l’Allemagne), Andreas Lubitz, copilote de 27 ans sous antidépresseurs, avait profité de l’absence momentanée dans le cockpit du commandant de bord pour projeter l’Airbus A320 contre une montagne des Hautes-Alpes.

Des gendarmes français fouillent les débris de l’avion de la Germanwings qui s’est écrasé dans les Alpes, le 26 mars 2015 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Anne-Christine POUJOULAT)

Le crash avait provoqué la mort des 144 passagers originaires de 19 pays, en majorité des Allemands (72) et des Espagnols (50), et de six membres d’équipage dont M. Lubitz.

L’enquête qui avait été ouverte contre X pour « homicides involontaires par personne physique et par personne morale » vient d’être clôturée, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Marseille. 

Conformément aux réquisitions, un non-lieu a été rendu le 21 février par les « vice-présidents chargés de l’instruction du pôle accidents collectifs du tribunal judiciaire de Marseille », selon l’ordonnance consultée par l’AFP.

Les juges ont en effet considéré que « le geste d’Andreas Lubitz n’était pas prévisible, en ce que son intention suicidaire n’était connue de personne. Dès lors, personne ne pouvait agir en amont afin d’éviter l’acte du 24 mars 2015 », a expliqué le parquet de Marseille à la presse. 

« Aucune faute caractérisée, ni aucune violation délibérée d’une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement ne pouvait être reprochée à la Germanwings, à la Lufthansa (maison mère de Germanwings) ou à ses dirigeants ou employés », écrivent les juges dans leur ordonnance. Ni même aux médecins ayant pu connaître la situation médicale d’Andreas Lubitz dans les mois qui ont précédé le crash.

« Si Andreas Lubitz a pu multiplier les arrêts de travail dans les mois qui ont précédé le crash, les motifs n’étaient pas portés à la connaissance de l’employeur et les deux derniers arrêts de travail qui couvraient la date du crash, n’ont pas été transmis par Andreas Lubitz à son employeur, d’où sa présence dans le cockpit », peut-on encore lire dans l’ordonnance.

– « Inconcevable » –

Il était « rapidement » apparu que le copilote souffrait, « depuis les années 2008-2009 de troubles psychiatriques qui avaient notamment entraîné la suspension de sa formation de pilote de ligne », mais le suivi médical avait conclu à une rémission en 2009 et Andreas Lubitz avait pu achever sa formation, rappellent les juges qui ont mené l’enquête.

« Cette décision est extrêmement décevante mais malheureusement entérine ce qui a été dit depuis le début, y compris par la Lufthansa, que son geste était imprévisible », a déploré auprès de l’AFP Me Sophie Thonon-Wesfreid, avocate de familles de victimes.

« Il est inconcevable pour les familles qu’une personne aussi atteinte, n’ait pas attiré l’attention de la Lufthansa », a ajouté l’avocate pointant la lourde responsabilité des pilotes qui « tiennent entre leurs mains la vie de centaines de personnes ». « A partir du moment où on a un doute, on doit mettre la personne en retrait ».

Persuadé qu’il était en train de perdre la vue, ce que les analyses n’ont en rien confirmé, il avait consulté 41 médecins dans les cinq années précédentes, dont plusieurs psychiatres.

La justice allemande avait elle clôturé son enquête dès janvier 2017 et renoncé également à engager des poursuites en écartant notamment les soupçons de négligence des médecins qui l’avaient examiné et qui n’auraient pas fait part de ses troubles dépressifs à son employeur.

Depuis 2016 les familles peuvent monter à pied au col de Mariaud, à 1.500 mètres d’altitude, et se recueillir face du site du crash sur une plateforme, où a été dressée une sépulture de cinq mètres de diamètre, renfermant des souvenirs personnels des familles.

est/san/iw/dch   

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques