Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

De 2012 à 2022, comment « la finance » est passée sous les radars de la présidentielle

Adversaire de François Hollande lors de la campagne de 2012, "le monde de la finance" a, dix ans plus tard, presque disparu des discours des candidats à l'élection présidentielle. Et ce malgré les profits records réalisés...

François Hollande, alors candidat du parti socialiste à la présidentielle, lors de meeting du Bourget, le 22 janvier 2012, durant lequel il avait désigné la finance comme son "adversaire" (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - PATRICK KOVARIK)

Adversaire de François Hollande lors de la campagne de 2012, « le monde de la finance » a, dix ans plus tard, presque disparu des discours des candidats à l’élection présidentielle. Et ce malgré les profits records réalisés par les banques en pleine crise du Covid-19.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du débat d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, le 3 mai 2017 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – STRINGER)

Entre la promesse d’assouplir les conditions d’obtention de crédits immobiliers chez Eric Zemmour ou un plus grand contrôle et une hausse des taxes pour les banques chez Jean-Luc Mélenchon, plusieurs candidats ont fait des propositions pour le secteur, mais celles-ci sont rarement mises en avant et figurent peu dans le débat politique.

Le candidat de la France insoumise à la présidentielle 2022, Jean-Luc Mélenchon, lors d’un meeting de campagne, le 3 avril à Toulouse (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Matthieu RONDEL)

La finance n’est pas la seule absente, alors que la pandémie de Covid-19 et plus récemment la guerre en Ukraine ont relégué au second plan nombre de sujets.

Mais le contraste avec les précédentes campagnes présidentielles est saisissant. Comparé à 2012 surtout, quand le candidat du Parti socialiste, François Hollande, désignait « le monde de la finance » comme son « adversaire ».

Parmi ses promesses de campagnes de l’époque: la séparation des activités de banque d’affaires et de banque de détail, et une augmentation des taxes, dans la foulée de deux crises successives, celle des « subprimes » et de la dette.

Les banques « étaient accusées d’avoir pris des risques excessifs, en exposant les déposants et en forçant les Etats à intervenir pour les sauver », se souvient auprès de l’AFP Eric Dor, directeur des études économiques de l’IESEG School of Management à Paris et Lille.

« Beaucoup de temps s’est écoulé depuis », poursuit-il, précisant que la réforme promise avait finalement été largement vidée de son contenu originel une fois le candidat socialiste élu.

A l’époque, « il y avait aussi un affrontement gauche-droite plus traditionnel avec des positions idéologiques qui pouvaient s’attacher facilement sur ce sujet et sur ce secteur », complète Bruno Jeanbart, vice-président de l’institut OpinionWay.

– Ancien banquier –

En 2017, si le sujet est déjà moins prégnant dans la campagne, les adversaires d’Emmanuel Macron l’attaquent, entre autres, sur son profil d’ancien associé-gérant à la banque Rothschild.

Dépeint en représentant de la « finance », notamment par Marine Le Pen dans l’entre-deux tours, M. Macron se voit obligé de se défendre d’être « soumis aux banques ». 

Le candidat avait alors appelé à « ne jamais être caricatural », « parce que les banques, on les déteste jusqu’au jour où on a besoin d’elles pour se financer ».

Aujourd’hui, s’il demeure « des réminiscences » de son passé de banquier d’affaires, notamment avec la polémique sur le recours aux cabinets de conseil, en particulier McKinsey, explique Bruno Jeanbart, « c’est moins au coeur du débat ».

Les critiques « vont plus s’organiser autour de ce qu’il a fait comme président que sur ce qui s’est passé avant », explique-t-il.

– Éclipsé par le climat –

En 2022, plusieurs candidats, notamment à gauche, continuent de proposer une plus grande régulation du secteur financier: réelle séparation des banques d’affaires et de détail pour Jean-Luc Mélenchon, « malus prudentiel » (qui exigerait plus de réserves en capital, nldr) pour les établissements finançant les énergies fossiles pour Yannick Jadot, ou « réquisition des banques » et regroupement dans un monopole sous contrôle des salariés et de la population pour le candidat du NPA Philippe Poutou.

A droite et à l’extrême droite, outre la promesse d’Eric Zemmour sur les crédits immobiliers, Marine Le Pen souhaite la création d’un « fonds souverain français » pour augmenter la rémunération de l’épargne et l’orienter vers « des secteurs stratégiques et de l’innovation ». Quant à Valérie Pécresse, elle propose une « Banque nationale des jeunes » avec un remboursement des crédits différé, et une « Banque des Outre-mer ».

Emmanuel Macron est lui resté prudent sur le sujet de la finance.

Mais, par rapport à il y a dix ans, « l’indignation de l’opinion publique a été canalisée vers toutes les entreprises responsables d’émissions excessives de carbone, du réchauffement climatiques », affirme Eric Dor.

Dans ce cadre, les banques passent entre les gouttes malgré les accusations des ONG sur le financement des énergies fossiles, et ce alors que le secteur a enregistré des bénéfices historiques en 2021, comme dans le cas de la BNP Paribas, du Crédit Agricole ou de la Société Générale. 

Du point de vue de l’opinion publique, les grands groupes pétroliers « sont un peu les banques d’il y a dix ans », relève M. Dor.

ktr-bp/jbo/gk

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques