Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Des employés de plus de 50 cafés Starbucks aux Etats-Unis cherchent à se syndiquer

Des employés de plus de 50 cafés Starbucks cherchent à rejoindre l'organisation à l'origine de l'âpre bataille qui a mené à la création du premier syndicat au sein d'un établissement géré par la chaîne aux...

Une employée de Starbucks, Gianna Reeve, lors d'un rassemblement à Seattle le 25 janvier 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Jason Redmond)

Des employés de plus de 50 cafés Starbucks cherchent à rejoindre l’organisation à l’origine de l’âpre bataille qui a mené à la création du premier syndicat au sein d’un établissement géré par la chaîne aux Etats-Unis, a annoncé lundi Starbucks Workers United (SWU).

Des affichettes lors d’un rassemblement de soutien aux employés de deux cafés Starbucks souhaitant se syndiquer, le 25 janvier 2022 à Seattle, aux Etats-Unis (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Jason Redmond)

La victoire du syndicat en décembre dans deux cafés de Buffalo, ville à la frontière avec le Canada, a suscité l’enthousiasme. 

Avant même l’annonce des résultats, les employés de trois autres établissements de la zone de Buffalo ainsi que d’un café en Arizona avaient demandé à pouvoir organiser des votes en vue de rejoindre le SWU. Les élections, par correspondance, y sont en cours.

D’autres magasins ont ensuite rejoint le mouvement: 32 ont déjà déposé un dossier auprès de l’agence américaine en charge du droit du travail (NLRB) et 16 autres prévoient de le faire, a détaillé SWU lundi en soulignant qu’ils sont répartis dans 19 Etats. 

« Notre mouvement ne fait que grandir », a commenté le syndicat sur son compte Twitter.

L’organisation fait cet état des lieux au premier jour de négociations entre la direction et les employés des deux magasins syndiqués à Buffalo.

Conformément à la loi américaine, le groupe a l’obligation de « négocier de bonne foi » mais pas forcément d’aboutir à une convention salariale. 

L’entreprise, qui avait mobilisé de grands moyens pour tenter de dissuader la création d’un premier syndicat, assure qu’elle veut « écouter et apprendre » de ses employés.

« Le succès de Starbucks – passé, présent et futur – repose sur la façon dont nous nous travaillons avec nos partenaires »,  a déclaré une porte-parole à l’AFP. 

Le groupe dit vouloir respecter le droit de ses salariés à se syndiquer et suivre les règles du NLRB mais aussi mettre en avant les relations directes avec ses employés.

« Nous sommes impatients de négocier pour obtenir un contrat dont nous pouvons tous être fiers », a affirmé de son côté Michelle Eisen, manager au café d’Elmwood à Buffalo et une des meneuses de la syndicalisation, dans le communiqué.

« Nous appelons aussi Starbucks à mettre fin à sa guerre contre les syndicats. On ne peut pas s’assoir à la table des négociations et négocier de bonne foi tout en essayant activement et agressivement de décourager » les autres employés cherchant à se syndiquer à travers le pays, a-t-elle ajouté.

jum/ube

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques