Couverture du journal du 23/09/2022 Consulter le journal

Electricité cet hiver : le gouvernement demande des mesures à EDF

Y aura-t-il assez d'électricité cet hiver ? Le gouvernement a demandé vendredi à EDF de prendre des mesures pour améliorer la sécurité d'approvisionnement, après l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, faisant craindre des...

Electricité cet hiver : le gouvernement demande des mesures à EDF (Crédit photo : © LOIC VENANCE)

Y aura-t-il assez d’électricité cet hiver ? Le gouvernement a demandé vendredi à EDF de prendre des mesures pour améliorer la sécurité d’approvisionnement, après l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, faisant craindre des tensions avec l’arrivée de la saison froide.

La centrale nucléaire de Chooz en mai 2017 (Crédit photo : © FRANCOIS LO PRESTI)

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili « a demandé à EDF de prendre toutes les mesures pertinentes pour renforcer à court terme la sécurité d’approvisionnement, ainsi que de mener un audit indépendant sur la maîtrise industrielle et l’optimisation des arrêts de réacteurs, afin de renforcer la disponibilité du parc nucléaire français à moyen terme », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy en mars 2019 à Charleville-Mézières (Crédit photo : © FRANCOIS NASCIMBENI)

« Nous mobilisons depuis plusieurs mois – avec un renforcement depuis hier (jeudi) – toutes nos ressources et nos collaborateurs pour assurer la fourniture d’électricité à nos clients aux mois de janvier et de février 2022 », a réagi une porte-parole d’EDF.

Le groupe avait annoncé mercredi soir avoir décidé d’arrêter les deux réacteurs nucléaires de Chooz (Ardennes) « par mesure de précaution », et de prolonger l’arrêt des deux réacteurs de la centrale de Civaux (Vienne), après la détection de défauts à proximité de soudures des tuyauteries du circuit d’injection de sécurité de celle-ci.

Avec ces quatre réacteurs, les plus puissants du parc, la France comptera au total ce week-end 16 réacteurs arrêtés sur 56.

Avant même la révélation de ces problèmes, le gestionnaire du réseau électrique RTE prévoyait un hiver sous « vigilance particulière » pour la France, qui dépend à près de 70% du nucléaire pour produire son électricité. La crise sanitaire a en effet bousculé le calendrier de maintenance des réacteurs.

Barbara Pompili, qui a reçu le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy vendredi, lui a donc demandé « de mettre en œuvre tous les moyens pertinents pour accroître la disponibilité des moyens de production d’EDF ».

RTE a estimé vendredi que la sécurité d’approvisionnement était « bien assurée la semaine prochaine » et doit mettre à jour vers la fin de l’année ses prévisions pour janvier. Outre le recours à l’importation des pays voisins, plusieurs leviers restent aussi mobilisables, de l’arrêt de la consommation d’industriels gros consommateurs d’électricité à une légère baisse de la tension sur le réseau.

EDF indiquait aussi jeudi avoir effectué « des réoptimisations du planning d’arrêt nucléaire » et pouvoir également « compter sur une bonne disponibilité du parc hydraulique ».

– Usine à l’arrêt –

La ministre a par ailleurs « demandé à l’entreprise de mener un audit indépendant sur la maitrise industrielle des arrêts de réacteurs », avec un point d’étape attendu avant mi-mars, a fait savoir le ministère.

Le gouvernement avait déjà regretté l’arrêt de 30% du parc nucléaire français à fin novembre. La ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher avait suggéré de « relever notre niveau d’exigence pour la disponibilité du parc », estimant que « nous pouvons collectivement faire mieux ».

La décision surprise d’EDF d’arrêter des réacteurs supplémentaires a eu d’autres conséquences immédiates, sur les cours de l’électricité. Déjà en forte hausse depuis des semaines, dans le sillage de cours du gaz portés par la reprise économique mondiale, ils ont atteint de nouveaux sommets vendredi.

Les cours de l’électricité pour livraison l’an prochain en France s’approchaient des 300 euros le mégawattheure sur le marché de gros. La barre des 100 euros en France avait été franchie pour la première fois au mois de septembre et les prix n’ont cessé de grimper depuis.

Si les particuliers et les petites entreprises sont protégés par la limitation de la hausse à 4% du tarif réglementé l’an prochain, décidée par le gouvernement, les industriels sont inquiets malgré d’autres mesures qui leur sont destinées.

Le Comité de liaison des entreprises consommatrices d’électricité (CLEEE) a ainsi appelé « les pouvoirs publics à suspendre immédiatement les cotations sur les marchés à terme et à mettre en place en urgence un prix administré ». Des industriels devront sinon décider d' »arrêt des chaînes de production, ou, quand ils le peuvent, de délocalisation ».

C’est déjà le cas pour l’usine Nyrstar d’Auby (Nord), dernière à fabriquer du zinc en France avec 300 salariés: elle sera mise à l’arrêt le 2 janvier pour au moins deux mois, ont annoncé vendredi la CGT et la direction.

jmi/ak/bt

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques