Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Grève: retards mais pas de perturbation majeure à Paris-Charles de Gaulle

La grève de personnels de l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle a provoqué jeudi des retards sur les vols maintenus allant de 30 à 45 minutes en moyenne, mais les points de contrôle restaient fluides, malgré la présence de 700...

Un panneau informe les voyageurs d'un mouvement social pour réclamer des hausses de salaire, le 9 juin 2022 à l'aéroport CDG d Roissy (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Geoffroy Van der Hasselt)

La grève de personnels de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle a provoqué jeudi des retards sur les vols maintenus allant de 30 à 45 minutes en moyenne, mais les points de contrôle restaient fluides, malgré la présence de 700 à 800 manifestants réclamant des hausses de salaire.

Des personnels de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle manifestent pour des hausses de salaire, le 9 juin 2022 à Roissy, au nord de Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Geoffroy Van der Hasselt)

Les retards « devraient perdurer jusqu’à la fin de journée », a précisé le Groupe ADP qui s’est félicité d’avoir bien anticipé cette journée de grève, évitant ainsi de trop nombreux désagréments pour les voyageurs.

(Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Anouk RIONDET)

Mercredi, le gestionnaire du grand aéroport parisien avait annoncé l’annulation d’une centaine de vols jeudi matin, soit un quart du programme prévu, afin de limiter les perturbations du trafic.

Des personnels de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle manifestent pour des hausses de salaire, le 9 juin 2022 à Roissy, au nord de Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Geoffroy Van der Hasselt)

Deux pistes sur les quatre dont dispose l’aéroport ont dû être fermées entre 07H00 et 14H00 en raison du nombre important de pompiers grévistes qui empêchaient de respecter les normes de sécurité, a indiqué ADP.

Des personnels de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle manifestent pour des hausses de salaire, le 9 juin 2022 à Roissy, au nord de Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Geoffroy Van der Hasselt)

Dans le cortège des manifestants, appelés à se mobiliser devant le terminal 2E par sept organisations syndicales (CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa et SUD), le mot d’ordre était simple: 300 euros d’augmentation pour tous les salariés travaillant sur la plateforme de Roissy. Le cortège a ponctuellement engendré des blocages routiers, mais sans perturbation majeure.

« Si on n’augmente pas les salaires, personne ne viendra », a prévenu Yves Joulin, secrétaire général Unsa à Air France. 

Avec la reprise rapide du trafic aérien, les aéroports se retrouvent submergés et en sous-effectif pour gérer les flux de voyageurs après deux ans de crise liée au Covid-19 au cours desquels de nombreux salariés de l’aérien ont perdu leur emploi. 

Le groupe ADP, dont les salariés ont dû baisser leur rémunération pour traverser la crise, a assuré avoir prévu des négociations salariales avec les syndicats à partir du 14 juin.

« Ca fait deux ans qu’on est en sous-effectif, on est tout le temps sous pression et le salaire ne suit pas », a décrit Oumar Aw, salarié de Transdev Cargo, un sous-traitant d’Air France chargé de la manutention du fret.

« Dans le fret on n’a pas connu la crise, on a toujours travaillé », a ajouté son collègue, le délégué syndical CGT Hassan Echatoui. « Les masques livrés pendant la pandémie depuis la Chine, c’est nous », a-t-il insisté, dénonçant des salaires minables, « les plus bas de toute la plateforme ».

Parmi les salariés mobilisés, beaucoup sont issus de la sous-traitance qui a beaucoup souffert pendant la crise sanitaire. 

Les donneurs d’ordre comme Air France, dont l’activité a été quasiment réduite à zéro en mars 2020, ont d’abord cherché à faire des économies dans les contrats les liant à ces sociétés.

« On n’a eu aucune augmentation de salaire depuis cinq ans », s’est indigné Imad Dachroune, agent de piste chez 3S Alizia et délégué syndical SUD Aérien.

« Dans certaines entreprises comme chez AHP à Orly, il y a 80% d’intérimaires », a-t-il dénoncé. Il souligne aussi la dégradation des conditions de travail avec le retour brutal de l’activité: « Chez nous, la moitié des salariés (sur 155) sont en arrêt maladie ou en accident du travail. »

agu/liu/sp

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques