Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

La banque italienne BMPS, la plus vieille du monde, limoge son PDG

L'histoire tumultueuse de la banque italienne Monte dei Paschi di Siena (BMPS), la plus vieille de la planète, a connu lundi un nouvel épisode tendu, avec le limogeage de son...

La Monte Dei Paschi di Siena (BMPS) est la plus ancienne banque du monde (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - GIUSEPPE CACACE)

L’histoire tumultueuse de la banque italienne Monte dei Paschi di Siena (BMPS), la plus vieille de la planète, a connu lundi un nouvel épisode tendu, avec le limogeage de son PDG par les membres du conseil d’administration.

Plus vieil établissement financier du monde, la Monte est considérée comme l’un des maillons faibles du système bancaire italien (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – GIUSEPPE CACACE)

Après plusieurs jours de spéculations sur le départ imminent de Guido Bastianini, 63 ans, la banque a confirmé lundi sa révocation et son remplacement par Luigi Lovaglio, ancien patron de la banque Creval. La décision a été prise « à l’unanimité ».

Le siège de la banque italienne BMPS à Sienne le 2 juillet 2016 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – GIUSEPPE CACACE)

M. Bastianini a été poussé vers la sortie par l’Etat italien, principal actionnaire de la banque depuis son sauvetage public en 2017 et qui est en pleines négociations avec la Commission européenne sur le nouveau plan de relance de la BMPS.

Selon la presse italienne, le ministère de l’Economie souhaitait ainsi donner « un signal de discontinuité » en direction de Bruxelles, d’autant que la banque n’a pas réussi à atteindre tous les objectifs de son précédent plan.

Plusieurs personnalités du monde politique italien étaient intervenues publiquement en faveur de M. Bastianini qui avait été nommé en avril 2020 par le précédent gouvernement dirigé par Giuseppe Conte et qui passe pour un proche du Mouvement cinq étoiles (M5S, antisystème).

M. Bastianini pourra en tout cas se targuer d’avoir redressé les comptes de la banque, qui a publié lundi son meilleur bénéfice net en six ans, près de 310 millions d’euros sur l’exercice 2021.

Le nouveau PDG, Luigi Lovaglio, 66 ans, avait dirigé la banque régionale Creval pendant trois ans, jusqu’en juin 2021. Il avait démissionné de son poste après son rachat par le groupe français Crédit Agricole.

Auparavant, ce diplômé en économie et commerce de l’université de Bologne avait passé toute sa carrière chez UniCredit, actuellement deuxième banque italienne, qu’il avait rejointe en 1973 et où il a acquis une grande expérience en fusions-acquisitions.

Il intègre directement le conseil d’administration, grâce à la place laissée vacante par une représentante de l’Etat, qui a démissionné vendredi. Un geste rendu nécessaire dans la mesure où M. Bastianini reste membre du conseil d’administration, ce qui risque d’être une source de tensions.

– En quête de repreneur –

Les négociations avec Bruxelles avaient repris début décembre et portent sur la recapitalisation de la banque, de nouvelles réductions des coûts et une extension du délai accordé à l’Etat pour se désengager de la BMPS, qui a expiré à la fin de l’an dernier.

La banque a pris du retard sur son plan de restructuration négocié en 2017 avec la Commission européenne, notamment en matière de suppressions d’emplois et de renforcement de ses capitaux.

Autre revers, la BMPS n’a toujours pas trouvé de repreneur, ce qui aurait permis à l’Etat italien de se défaire de sa part de 64,2% avant la date butoir fixée par Bruxelles.

Rome et UniCredit avaient échoué en octobre à s’accorder sur un rachat par la banque d’une participation dans Monte dei Paschi. 

Faute d’acheteur, la banque a soumis à Bruxelles en décembre un nouveau plan stratégique qui prévoit une augmentation de capital de 2,5 milliards d’euros à réaliser en 2022.

Un plan de départs volontaires, dont l’ampleur n’a pas été chiffrée, devrait permettre d’économiser environ 275 millions d’euros par an.

À en croire la presse italienne, Bruxelles aurait jugé insuffisante la réduction des coûts proposée, d’où la recherche d’un successeur.

– Maillon faible –

Considérée comme le maillon faible du système bancaire italien, la BMPS continue ainsi à être un casse-tête pour le gouvernement de Mario Draghi.

Fondée en 1472 à Sienne en Toscane, dont elle est le pilier économique, la BMPS ne s’est jamais remise de l’acquisition désastreuse en 2007 de Banca Antonveneta, au double du prix estimé.

La banque a ensuite été éclaboussée par un scandale impliquant son équipe dirigeante, accusée de fraude et de malversations.

Mise à mal par la crise de la dette de la zone euro en 2008 et ployant sous une montagne de créances douteuses – des prêts risquant de ne jamais être remboursés –, la banque a accumulé de lourdes pertes.

L’Etat avait dû voler à son secours avec un sauvetage public qui a coûté 5,4 milliards d’euros aux contribuables italiens.

bh/ayv/

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques