Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

La Bourse de Paris encore apeurée par l’inflation

La Bourse de Paris a reculé de 0,77% mercredi, tombant en fin de séance, le regard toujours fixé sur l'inflation et ses...

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a reculé de 0,77% mercredi, tombant en fin de séance, le regard toujours fixé sur l’inflation et ses conséquences sur l’activité économique. 

L’indice vedette CAC 40 a reculé de 49,91 points à 6.418,89 points. La veille, il avait déjà perdu 1,43%.

La cote parisienne a connu une nouvelle fois une séance volatile, reculant après avoir atteint de nouveau les 6.500 points avant l’ouverture des marchés américain.

« Les marchés sont nerveux encore aujourd’hui » avec « un contexte très perturbé et incertain », notent les analystes de Monocle gestion.  

Les marchés restent toujours suspendus à l’inflation, à ses conséquences sur l’activité économique, mais surtout aux répercussions du tournant monétaire restrictif pris par les banques centrales pour freiner la hausse des prix. 

Alors que la semaine passée a entraîné l’espoir d’une réponse moins forte des institutions, notamment la Réserve fédérale américaine, en raison d’un ralentissement de l’inflation sur mai, les nouvelles de la semaine ne confirment pas cette tendance. 

Les chiffres pour d’autres zones économiques, comme la zone euro, ont d’abord montré une accélération de l’inflation. 

De plus, aux États-Unis, la croissance du secteur manufacturier s’est accélérée en mai après plusieurs mois de ralentissement, les problèmes de logistique se résorbant partiellement, selon l’indice de la fédération professionnelle ISM publié mercredi. 

Toutefois, cette bonne nouvelle peut aussi en cacher une moins bonne. L’indicateur « a sapé la possibilité d’une pause dans le cycle de hausse des taux américains en septembre » selon l’analyste de CMC Markets Michael Hewson.

Le secteur automobile a enregistré la meilleure progression en Europe. Un dirigeant de Mercedes a estimé auprès de l’agence Bloomberg que le plus dur dans les pénuries de puces était passé et que la situation « n’avait rien à voir avec l’année précédente ».

Renault a gagné 2,49% à 26,19 euros, et Stellantis 1,58% à 14,15 euros, tout le secteur européen étant dynamique. Plastic Omnium a aussi pris 2,70% à 17,90 euros. 

fs/els/LyS

Euronext CAC40

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques