Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

La Bourse de Paris encore tourmentée par l’inflation (-1,27%)

La Bourse de Paris a terminé en fort repli de 1,27% vendredi, toujours préoccupée par l'évolution de l'inflation qui fait craindre un durcissement plus fort qu'anticipé des...

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a terminé en fort repli de 1,27% vendredi, toujours préoccupée par l’évolution de l’inflation qui fait craindre un durcissement plus fort qu’anticipé des politiques monétaires des banques centrales. 

L’indice vedette CAC 40 a cédé 89,95 points à 7.011,60 points, au lendemain d’une baisse de 0,41%.

Sur la semaine, il enregistre une petite hausse de 0,87% grâce à ses trois premières séances en progression.

L’accélération de l’inflation aux États-Unis (+7,5% sur un an, rythme le plus élevé depuis 1982) a renforcé les craintes que les banques centrales retirent leur soutien monétaire au marché plus tôt et de manière plus forte qu’anticipé. 

Le patron de la Réserve fédérale de St Louis, James Bullard, s’est dit convaincu jeudi de la nécessité d’augmenter les taux directeurs de la banque centrale américaine de 50 points de base en mars, soit le double de ce qui est communément appliqué, pour parvenir à une hausse de 100 points de base, soit 1%, d’ici juillet.

Une grande partie des analystes prévoient désormais jusqu’à sept hausses de taux de la banque centrale américaine cette année dont la première en mars. Et certains craignent même que la Fed n’attende pas sa prochaine réunion de mi-mars pour opérer un premier relèvement.

Après les dernières déclarations des banques centrales, les taux obligataires sont nettement remontés, le rendement des emprunts d’État américains à dix ans a franchi jeudi le seuil des 2%, pour la première fois depuis juin 2019. Il valait 2,05% vendredi. Le taux souverain français pour la même échéance était à 0,76%, au plus haut depuis novembre 2018.

L’action EDF a perdu 2,39% à 8,40 euros. Le groupe a comme prévu abaissé sa prévision de production nucléaire en France pour l’année prochaine, après l’avoir déjà fait pour 2022, en raison des problèmes de corrosion et d’un programme de maintenance chargé.

L’opérateur boursier paneuropéen Euronext, qui a connu en 2021 la « meilleure année » de son histoire, a toutefois reculé de 2,60% à 82,50 euros, les investisseurs étant déçus d’une légère augmentation des coûts.

Confronté à des difficultés financières et chahuté en Bourse, le géant informatique Atosd a annoncé une simplification de sa gouvernance autour de trois lignes de métier dans l’espoir « d’accélérer son retour à la croissance ». L’action est montée de 4,28% à 33,40 euros.

jvi/fs/LyS

Euronext CAC40

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques