Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

La Bourse de Paris termine en nette hausse de 1,38%

La Bourse de Paris a nettement rebondi mardi (+1,38%) après deux séances de baisse, grâce à des investisseurs moins craintifs sur l'avancée du variant Omicron, mais guettant toujours les mesures envisagées...

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris, à La Défense, le 21 novembre 2019 (Crédit photo : © ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a nettement rebondi mardi (+1,38%) après deux séances de baisse, grâce à des investisseurs moins craintifs sur l’avancée du variant Omicron, mais guettant toujours les mesures envisagées par les gouvernements pour y faire face.

L’indice vedette CAC 40 a avancé de 94,89 points à 6.964,99 points. La veille, il avait perdu 0,82%. 

La cote parisienne a ouvert en nette hausse et après une faiblesse passagère en fin de matinée, a repris une progression linéaire. 

A la suite du regain de tension autour de la propagation d’Omicron lundi, les marchés ont été « soulagés » par l’absence de nouvelles mesures de restrictions au Royaume-Uni dans la soirée, explique à l’AFP Ilana Azuelos-Bossard, directrice adjointe de Kiplink Finance. 

Aux États-Unis aussi, le président Joe Biden a écarté des restrictions avant Noël, préférant miser sur des tests, des capacités de vaccination renforcées et des moyens supplémentaires pour les hôpitaux. Omicron est devenu dominant sur le territoire, représentant 73,2% des nouvelles infections au Covid-19 lors de la semaine qui s’est achevée le 18 décembre, selon les autorités sanitaires américaines.

« L’actualité sanitaire est revenue au premier plan », après les réunions des banques centrales la semaine passée, observe Mme Azuelos-Bossard. 

La gestionnaire de fonds souligne toutefois que le rebond reste fragile. « On cherche tous des informations pour en savoir plus sur Omicron. Il reste à voir la dangerosité et les mesures prises par les gouvernements. »

Par ailleurs, au Congrès, les discussions se poursuivent pour trouver une issue favorable au plan massif (1.750 milliards de dollars) de mesures sociales et environnementales du gouvernement Biden, que le sénateur modéré Joe Manchin, dont le soutien est crucial, refuse pour l’instant de voter. « Il reste un espoir », note Mme Azuelos-Bossard, alors que l’annonce de l’absence du soutien de M. Manchin avait contribué à la baisse des cours lundi. 

Bolloré ravi de l’offre de MSC

L’action du groupe de Vincent Bolloré a bondi de 11,54% à 4,83 euros après que l’armateur italo-suisse MSC lui a proposé de lui racheter ses activités de logistique en Afrique pour 5,7 milliards d’euros.

Vivendi, dont Vincent Bolloré est l’actionnaire principal, a gagné 4,49% à 11,75 euros, en haut du CAC 40.

Airbus pas inquiété

La compagnie aérienne Qatar Airways a annoncé lundi avoir entamé des poursuites contre Airbus devant la justice britannique pour régler leur contentieux concernant une dégradation de la surface des fuselages des A350. Le titre Airbus montait de 4,64% à 106,80 euros, dans l’élan du secteur aérien, soulagé de l’absence de mesure de restrictions, notamment aux États-Unis: Air France-KLM a aussi grimpé de 4,48% à 3,94 euros, Aéroports de Paris de 1,67% à 109,70 euros.

DBV s’effondre

La biotech DBV s’est effondrée de 37,71% à 3,05 euros après avoir fait part de son intention de démarrer une nouvelle étude pivotale de phase 3 sur le patch modifié Viaskin Peanut, contre l’allergie aux arachides chez les enfants aux États-Unis. Dans le même temps, elle a retiré la demande d’autorisation de mise sur le marché de ce produit auprès de l’Agence Européenne des Médicaments. 

Euronext CAC40

fs/mgi/nth

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques