Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

La forte inflation aux Etats-Unis n’est « pas tolérable », dit Janet Yellen à l’AFP

La flambée des prix aux Etats-Unis n'est "pas tolérable", reconnaît la secrétaire au Trésor Janet Yellen tout en louant la politique de Joe Biden. La ministre se tourne désormais vers...

Janet Yellen à la Maison Blanche le 8 février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Nicholas Kamm)

La flambée des prix aux Etats-Unis n’est « pas tolérable », reconnaît la secrétaire au Trésor Janet Yellen tout en louant la politique de Joe Biden. La ministre se tourne désormais vers la banque centrale pour ralentir l’inflation. 

« Je suis préoccupée par l’inflation » et « il n’est certainement pas tolérable (qu’elle) reste aux niveaux actuels », a déclaré la ministre de l’Economie et des Finances, lors d’un entretien avec l’AFP.

Poussée par un ensemble de facteurs liés à la pandémie, l’inflation a atteint, aux Etats-Unis, 7,5% sur un an en janvier, son rythme le plus rapide en près de 40 ans, selon l’indice CPI du département du Travail.

Voitures, viande, essence, fioul domestique, meubles, mais aussi hôtels et évènements sportifs, ont, depuis un an, vu leurs prix flamber.

Il s’agit « à l’évidence (d’)une grande préoccupation pour les Américains, et il faut vraiment y remédier », a souligné Janet Yellen.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons au sein de l’administration (Biden) pour résorber les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement qui font grimper les prix », a-t-elle ajouté.

D’autant plus que la crise entre la Russie et l’Ukraine pourrait avoir des « conséquences mondiales », a-t-elle souligné, mettant en avant « l’impact potentiel sur les marchés de l’énergie, compte-tenu du rôle important de la Russie en tant que fournisseur de pétrole pour le marché mondial, et de gaz naturel pour l’Europe ».

– « Confiance » –

La ministre a également défendu la politique économique de Joe Biden, accusée, par l’opposition républicaine d’avoir alimenté la flambée des prix aux Etats-Unis.

Dans le collimateur des républicains, les 1.900 milliards de dollars de l’American Rescue Plan, le plan d’aides d’urgence comprenant la distribution de généreux chèques à des millions de ménages que le président avait fait adopter dès son arrivée à la Maison Blanche, en mars 2021.

Mais pour Janet Yellen, cela a surtout permis d’éviter des dommages économiques bien plus importants et une reprise rapide. Elle souligne que les Etats-Unis ont aujourd’hui « un marché du travail très solide, un taux de chômage très bas ». A 4% en janvier, il s’approche des 3,5%, un quasi plein emploi.

« Il faut avoir conscience que nous avons empêché les expulsions, nous avons réduit la pauvreté des enfants (…), nous avons diminué l’insécurité alimentaire », a-t-elle poursuivi.

« Nous avons mis en place un ensemble de mesures de soutien qui nous permettent de faire encore face à la pandémie et de ramener notre économie à la normale. Mais oui, l’inflation est une préoccupation », a-t-elle concédé.

– « Confiance » –

Les yeux sont désormais rivés sur la banque centrale, la Fed, qui « a également un rôle important à jouer », selon Mme Yellen.

Elle a renouvelé sa « confiance » dans l’institution monétaire « pour déployer ses outils de manière appropriée ». C’est-à-dire lutter contre l’inflation, sans pour autant ralentir la reprise économique et la croissance de l’emploi.

La Fed se prépare à relever ses taux directeurs dès le mois prochain, à un rythme qui pourrait être bien plus rapide que ce qui était attendu. Elle les avait abaissés à quasiment 0 il y a deux ans, pour encourager les ménages à consommer et les entreprises à investir, stimulant ainsi l’économie.

« Si la pandémie recule et que nous mettons en place des politiques appropriées, je m’attends à ce que l’inflation ralentisse », a estimé la ministre de l’Economie et des Finances de Joe Biden.

Il faudra, quoi qu’il en soit attendre plusieurs mois au moins avant que la hausse des taux n’ait un impact, selon la plupart des économistes.

La ministre reste convaincue que le gouvernement doit continuer à soutenir la reprise économique et a de nouveau plaidé en faveur du gigantesque plan d’investissements dans les infrastructures et de dépenses sociales voulues par Joe Biden, Build Back Better, actuellement paralysé au Congrès.

« La pandémie n’est pas terminée (…) et les États (américains) et gouvernements locaux, ainsi que le gouvernement fédéral, doivent encore continuer à réagir et le feront au cours des années à venir », a-t-elle promis.

jul-hs/Dt/dax

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques