Couverture du journal du 25/11/2022 Consulter le journal

La France lance l’éolien en mer Méditerranée

La France, qui veut accélérer dans l’éolien en mer, a annoncé lundi les tout premiers appels d’offre en Méditerranée, où deux parcs offshore flottants devraient...

Une éolienne au large Pornichet, près de Nantes, photographiée le 14 janvier 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Christophe ARCHAMBAULT)

La France, qui veut accélérer dans l’éolien en mer, a annoncé lundi les tout premiers appels d’offre en Méditerranée, où deux parcs offshore flottants devraient voir le jour d’ici à 2030.

Les gigantesques fondations en béton des éoliennes du futur parc de Fécamp, en cours de construction au Havre, en Seine-Maritime, le 11 février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Sameer Al-DOUMY)

Ces deux sites permettront d’alimenter en électricité un million de personnes, a dit le Premier ministre Jean Castex, depuis Port-la-Nouvelle (Aude), qui accueillera l’un des parcs, à 22 km au large.

Production totale enGWh, en 2011 et en 2020, d’électricité par le biais de l’éolien et du solaire, par intercommunalité de France métropolitaine (hors Corse), selon les données d’Enedis (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Kenan AUGEARD)

L’autre parc sera implanté à 22 km au large de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), « sous réserve des résultats des dernières études environnementales », a précisé M. Castex.

Chaque ensemble sera attribué dès 2023 à des développeurs, et comprendra une vingtaine d’éoliennes, pour une capacité de production de 250 mégawatts (MW) chacun. Ils pourront dans un second temps être étendus à 750 MW.

Cette annonce arrive un mois après le discours d’Emmanuel Macron sur l’énergie, qui proposait de passer à 50 parcs marins (40 gigawatts de capacités installées) d’ici à 2050.

Malgré ses 2.800 km de côtes en métropole, la France est très en retard dans l’éolien en mer par rapport au Royaume-Uni, la Scandinavie ou même l’Allemagne.

Le pays avait pourtant décidé de se lancer dès 2009, attribuant quatre premiers parcs. Mais, de procédures administratives en recours, aucun ne s’est encore matérialisé.

Aujourd’hui, sept projets sont dans les tuyaux, à des degrés divers d’avancement, en Atlantique ou en mer du Nord. Le tout premier, face à Saint-Nazaire, doit être mis en service d’ici à la fin 2022, 10 ans après son attribution au consortium EDF-Enbridge, et plus de 30 ans après l’ouverture d’un premier parc au Danemark.

Pour tenir l’objectif des 50 parcs, le gouvernement a aussi annoncé lundi l’attribution de 2 GW de projets chaque année à partir de 2024, comme le demandait le secteur.

Un engagement qui devra encore être inscrit dans la loi de programmation énergétique attendue mi-2023, note-t-on chez France Energie Eolienne (FEE), l’association professionnelle.

Les représentants de la filière éolienne ont signé lundi un « pacte » avec la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, les industriels s’engageant sur les retombées locales et l’emploi (5.000 aujourd’hui, 20.000 d’ici à 2035).

– Deuxième source d’électricité en France ? –

Pour le secrétaire général de FEE, Michel Gioria, place désormais à « une planification fine », qui permettra d’organiser les moyens des services de l’Etat, le cadencement des appels à projets… « Ce qu’on apprend des pays étrangers est que sans cela, on n’y arrive pas », a-t-il dit à l’AFP après les annonces.

Pour Jean Castex, in fine, l’éolien offshore deviendrait ainsi « la deuxième source d’électricité en France après le nucléaire », générant « 20% de la consommation d’électricité en France ».

La France voit aussi dans le flottant une opportunité industrielle.

La technologie flottante est encore balbutiante et chère mais les observateurs y voient l’avenir du secteur. Elle n’a encore jamais été utilisée pour un parc commercial en France, mais un premier appel d’offre a déjà été lancé en 2021 pour un parc en Bretagne.

Le flottant constitue une « très grande force » car il « peut être installé loin des côtes, lorsque les fonds sont profonds », comme en Méditerranée, a fait valoir le Premier ministre lundi.

M. Castex a souhaité que la France devienne « une nation clé » pour cette technique, en structurant toute une filière pour construire les « flotteurs ». Deux appels à manifestation d’intérêt seront ainsi lancés en mars auprès des ports et industriels.

Du côté des régions méditerranéennes concernées, la présidente d’Occitanie Carole Delga s’est félicitée de l’annonce, se réjouissant que sa région fasse « figure d’exemple en France ».

Port-La-Nouvelle en particulier accueille déjà depuis quelques années sociétés et infrastructures préparant l’installation de fermes éoliennes flottantes pilotes, attendues d’ici à 2024.

Au cours du débat public organisé en 2021 sur l’éolien en Méditerranée, l’État, le gestionnaire du réseau électrique RTE, les régions et une partie importante de la filière industrielle avaient défendu le calendrier souhaité par le gouvernement.

En revanche, défenseurs de l’environnement, pêcheurs, scientifiques et des élus locaux s’étaient prononcés pour un report, devant les incertitudes pesant sur ce milieu méditerranéen riche et fragile.

jmt-cho/pn/mpm

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques