Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

La Polynésie élit trois députés indépendantistes, la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna votent pour des macronistes

La Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna, qui avaient largement voté pour Emmanuel Macron lors de la présidentielle, ont élu dimanche trois députés macronistes tandis que les électeurs Polynésiens ont élu trois candidats indépendantistes soutenus par la Nupes, dont le plus jeune député de...

2e tour des élections législatives à Fort-de-France en Martinique le 18 juin 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - STEPHANE DE SAKUTIN)

La Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna, qui avaient largement voté pour Emmanuel Macron lors de la présidentielle, ont élu dimanche trois députés macronistes tandis que les électeurs Polynésiens ont élu trois candidats indépendantistes soutenus par la Nupes, dont le plus jeune député de la Ve République, lors du second tour des législatives.

2e tour des élections législatives à Fort-de-France en Martinique le 18 juin 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – STEPHANE DE SAKUTIN)

– Polynésie –

2e tour des élections législatives à Fort-de-France en Martinique le 18 juin 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – STEPHANE DE SAKUTIN)

Dans les trois circonscriptions de cette collectivité ultra-marine, un duel opposait un autonomiste, soutenu par le président du gouvernement local Edouard Fritch et par Ensemble!, à un indépendantiste soutenu par la Nupes.

Dans la première, Nicole Bouteau, largement en tête au premier tour, est battue (49,12%) par un jeune indépendantiste de 21 ans, Tematai Le Gayic (50,88%), qui devient le plus jeune élu de l’histoire de la Ve République à l’Assemblée nationale, battant le record tenu par Marion Maréchal, élue députée à 22 ans en 2012.

Dans la deuxième circonscription, Steve Chailloux (58,89%), un jeune professeur de tahitien indépendantiste l’emporte face à Tepuaraurii Teriitahi (41,11%), la présidente de groupe de son parti autonomiste à l’Assemblée de la Polynésie française.

La victoire du député sortant Moetai Brotherson (61,32%) était plus attendue dans la troisième circonscription: il bat Tuterai Tumahai (38,68%) un autonomiste novice en politique qui avait surpris en exprimant à plusieurs reprises au cours de la campagne son adhésion aux idées de son adversaire.

Les étiquettes politiques nationales influencent peu les électeurs polynésiens qui se positionnent surtout en fonction des consignes des partis locaux. Le parti indépendantiste doit aussi sa victoire à un front des oppositions contre la majorité locale.

C’est la première fois que ce parti parvient à faire élire plus d’un député, et la première fois qu’il remporte une élection sans alliance. A un an des Territoriales, les élections les plus importantes en Polynésie française, c’est aussi un avertissement au parti majoritaire et au gouvernement d’Edouard Fritch, mis en difficulté par la crise économique consécutive à l’épidémie de Covid.

– Nouvelle-Calédonie –

Philippe Dunoyer et Nicolas Metzdorf, tous deux membres d’une coalition loyaliste récemment créée et rattachée au parti présidentiel, ont remporté leur duel face aux candidats indépendantistes du FLNKS.

M. Dunoyer, 54 ans, est réélu haut la main avec 66,40% des voix dans la première circonscription qui recouvre Nouméa et l’archipel des Loyauté. Il a bénéficié du report des voix LR, qui avait appelé à le soutenir entre les deux tours, et d’un rebond de la participation.

Dans la seconde circonscription, Nicolas Metzdorf, 34 ans, bat nettement l’indépendantiste Gérard Reignier alors que les deux candidats étaient au coude à coude à l’issue du premier tour.

M. Metzdorf, maire de La Foa, disposait d’un réservoir de voix important, compte tenu de la consigne de LR en sa faveur. Il succède à Philippe Gomès qui ne se représentait pas.

Depuis 1986, les indépendantistes n’ont jamais réussi à gagner une élection législative et dénoncent un découpage entré en vigueur cette année-là.

– Wallis-et-Futuna –

Le duel entre les deux candidats se revendiquant de la majorité présidentielle, sans avoir été officiellement investis, a été extrêmement serré.

Mikaele Seo, en lice avec le soutien de la majorité au pouvoir à l’assemblée territoriale, n’a en effet engrangé que 16 voix de plus que son adversaire Etuato Mulikihaamea, issu de la société civile. Agé de 51 ans, M. Seo est membre de l’assemblée territoriale depuis 2017. L’élection au palais Bourbon de cet agent d’entretien dans un collège de Wallis pourrait toutefois faire l’objet d’un recours du perdant, compte tenu du très faible écart de voix.

ml-cw/etr/rhl

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques