Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

Lancement de la tour Triangle, un des projets-phares parisiens

Le géant des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield (URW) a annoncé jeudi le lancement de la construction d'un de ses projets-phares, la controversée Tour Triangle à Paris...

Une maquette en modèle réduit de la future Tour Triangle, dessinée par l'agence Herzog & de Meuron, présentée au Pavillon de l'Arsenal en novembre 2014, à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - JOEL SAGET)

Le géant des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield (URW) a annoncé jeudi le lancement de la construction d’un de ses projets-phares, la controversée Tour Triangle à Paris, malgré une dette toujours lourde.

Une maquette de Paris et de l’emplacement de la future Tour Triangle, dessinée par l’agence Herzog & de Meuron, présentée au Pavillon de l’Arsenal en novembre 2014, à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Joël SAGET)

La Tour Triangle, projet pharaonique chiffré à 660 millions d’euros, commence à sortir de terre dans le XVe arrondissement. Des silos de plusieurs mètres de haut y ont fait leur apparition sur le site des travaux.

Une fois terminé, ce gratte-ciel de 180 mètres et 42 étages, dont la livraison est prévue au premier semestre 2026, doit devenir le troisième immeuble le plus haut de Paris, derrière les tours Eiffel et Montparnasse.

« Ça participe de la philosophie de développement du groupe, qui est un opérateur des grandes villes », s’est félicité auprès de l’AFP le président d’URW, Jean-Marie Tritant. « Cette tour fait une couture urbaine entre Issy-les-Moulineaux et Paris, elle participe à l’évolution de la ville de demain ».

Le projet, lancé en 2008, a été validé en 2015 sous la mandature d’Anne Hidalgo malgré la vive opposition de ses alliés écologistes et d’élus de droite dont Philippe Goujon, le maire (LR) du XVe.

« Le quartier va être sinistré pendant plusieurs années », s’est-il indigné auprès de l’AFP, dénonçant déjà un « ballet ininterrompu de camions qui vont délivrer du béton, quatre grues géantes… »

Le parquet de Paris a ouvert en juin une enquête préliminaire pour « favoritisme » autour de la concession sur laquelle doit être bâtie la tour.

Prévue essentiellement pour des bureaux, qui occuperont les trois quarts de ses 91.000 mètres carrés de surface, elle abritera également un hôtel de 130 chambres, une crèche et des commerces, mais est conçue comme « réversible », c’est-à-dire facilement transformable en logements.

– Redresser la barre –

Signe de sa fragilité financière, le groupe a réduit à 30% sa participation au chantier en lançant une coentreprise avec l’assureur Axa pour réduire ses coûts.

En 2021, la foncière, propriétaire du Forum des Halles à Paris ou du centre commercial de la Part-Dieu à Lyon, a vu ses résultats s’éroder encore, largement à cause des restrictions anti-Covid en Europe pendant le premier semestre.

Son chiffre d’affaires s’est établi à 1,72 milliard d’euros, soit moins qu’en 2020 (-3,7%, -1,6% à périmètre constant), tandis que son résultat net récurrent, indicateur de référence pour les foncières, a rétréci à 1,01 milliard (-4,9%).

Mais le groupe a redressé la barre, avec un taux de vacance qui a nettement reculé au second semestre (à 7%, -1,3 point en un an), grâce aux réouvertures permises par la campagne de vaccination.

« C’est quand même une entreprise qui a subi un énorme +stress test+ en 2020 et 2021. On a fermé à plusieurs reprises les centres commerciaux, l’activité événementielle, et là, on voit une reprise », note Florent Laroche-Joubert, analyste chez Oddo BHF.

L’activité événementielle du groupe, qui possède plusieurs parcs d’expositions dont celui de Villepinte (Seine-Saint-Denis), s’est relevée avec 32 millions d’euros de chiffre d’affaires, contre 6 en 2020.

– Bye bye USA ? –

Mais le groupe est toujours corseté par une dette de 22,6 milliards d’euros (contre 24,2 milliards fin 2020), produit de l’absorption en 2018 du groupe Westfield et de son large portefeuille aux Etats-Unis, jamais totalement digérée.

Il n’engage ainsi plus de nouveaux investissements seul, et a promis de céder pour 4 milliards d’actifs en Europe d’ici à la fin de l’année.

Il en est pour l’heure à 2,5 milliards, la dernière cession en date étant une part de 45% dans le centre commercial Carré Sénart, en région parisienne, reprise par les filiales assurances de la Société Générale et BNP Paribas.

« La deuxième partie de cet effort, c’est la réduction drastique de notre exposition au marché américain », explique à l’AFP Jean-Marie Tritant, qui avait pris la tête d’URW après une fronde d’actionnaires menée par Xavier Niel, premier actionnaire du groupe, et Léon Bressler, l’ancien patron, opposés à l’acquisition de Westfield.

« On aura engagé dans le courant de l’année 2022 la sortie de tout ou partie des Etats-Unis », a assuré Jean-Marie Tritant lors d’une conférence téléphonique.

A la Bourse de Paris, vers 09h40, le titre URW prenait 5,79% à 70,48 euros dans un marché en légère hausse de 0,13%.

av/pa/sp           

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques