Couverture du journal du 25/11/2022 Consulter le journal

L’argent liquide de moins en moins utilisé, mais toujours prisé en temps de crise

Le retour des billets sous le matelas: la guerre en Ukraine a réveillé le besoin de détenir des espèces dans plusieurs pays d'Europe, à contre-courant d'une tendance de long terme...

La guerre en Ukraine a réveillé le besoin de détenir des espèces dans plusieurs pays d'Europe, à contre-courant d'une tendance de long terme de baisse de l'utilisation de l'argent liquide (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - SAMUEL KUBANI)

Le retour des billets sous le matelas: la guerre en Ukraine a réveillé le besoin de détenir des espèces dans plusieurs pays d’Europe, à contre-courant d’une tendance de long terme de baisse de l’utilisation de l’argent liquide.

Une femme retire de l’argent à un distributeur de billets à Winchester, au Royaume-Uni, le 31 mars 2021 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – ADRIAN DENNIS)

Dans les pays du Nord et de l’Est de l’Europe, relativement proches de l’Ukraine, l’association européenne du transport et du convoyage de valeurs (Esta) a ainsi remarqué au début de la guerre des retraits plus importants de billets. 

Le remplissage des distributeurs a augmenté de 25 à 30% en Slovaquie et de 15 à 20% en République tchèque au cours des deux premières semaines de guerre, signale-t-elle dans une note du 8 mars.

Plus étonnant: cette augmentation est aussi visible en Finlande (+20%) et en Suède (+30%), alors que ces pays font partie des pays européens qui utilisent le moins d’espèces. 

« Dans cette période de guerre, on entend beaucoup parler de cyberattaques qui pourraient arrêter les communications et donc empêcher les virements. Les retraits d’argent sont une forme de prévention face à ces choses qui pourraient se produire si le conflit prend de l’ampleur », explique à l’AFP Michel Tresch, président de la société de transports de fonds Loomis France.

« Cela peut paraître anachronique, mais il y a beaucoup de gens aujourd’hui qui, par crainte de l’avenir, font le choix d’avoir des billets plutôt que de tout mettre dans un livret A », ajoute Christophe Baud Berthier, directeur des activités fiduciaires de la Banque de France.

Ce phénomène dit de thésaurisation s’accentue à chaque nouvelle crise, comme lors de la crise financière de 2008 ou pendant la pandémie en 2020. La demande d’espèces s’accroît aussi lors d’événements climatiques extrêmes, comme les inondations.

Dans les pays où les retraits ont augmenté depuis l’invasion de l’Ukraine, les billets retirés sont bien conservés pour faire des réserves: l’Esta souligne qu’il n’y a pas de hausse « significative » du nombre de transactions en liquide.

– Monnaie stable –

La Banque centrale européenne (BCE) fait ainsi un constat paradoxal: ces dernières années, la demande de billets n’a jamais été aussi importante… alors que l’utilisation de la monnaie baisse. 

Selon elle, l’utilisation des espèces a baissé de 6 points entre 2016 et 2019 et représentait alors environ 48% des transactions en valeur, tandis que les paiements par applications, par carte bancaire et en sans contact gagnaient du terrain. 

En France, la Monnaie de Paris, qui fabrique les pièces, a aussi vu baisser de 50% en dix ans les commandes de l’État.

Avec le Covid-19, la crainte que les pièces et billets soient vecteurs du virus a encore accéléré ce phénomène et « l’offre de paiement sans contact s’est multipliée dans les commerces, y compris pour des montants très petits », commente M. Baud Berthier.

Selon un sondage mené en juillet 2020 par la BCE, 40% des Européens assuraient moins payer en espèces depuis le début de la pandémie.

Malgré cette baisse de l’utilisation des espèces, la BCE explique que la demande de billets augmente à cause des réserves de billets qui sont faites par les Européens. De nombreux billets sont aussi conservés par des individus et des institutions en dehors de l’Europe, car l’euro est considéré comme une monnaie stable et donc une réserve de valeur en cas de problème. 

Pour l’heure, la frénésie des retraits ne semble en tout cas pas avoir atteint la France. « Les banques françaises n’ont pas constaté d’augmentation significative des retraits ni de comportement particulier concernant les retraits d’espèces », a assuré la Fédération bancaire française à l’AFP.

Même si la demande venait à augmenter, M. Baud Berthier assure que les stocks de billets de la Banque de France permettraient « sans aucune difficulté de faire face à un pic ».

cdc/bp/ak/LyS

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques