Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Le pétrole russe de « l’amitié », encombrant héritage d’une raffinerie allemande

Du pétrole russe abreuve depuis des décennies la raffinerie de Schwedt, un ancien combinat est-allemand qui a survécu à la réunification mais pourrait ne pas se remettre d'un arrêt des importations...

La raffinerie PCK de Schwedt, à l'est de Berlin, le 2 avril 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - John MACDOUGALL)

Du pétrole russe abreuve depuis des décennies la raffinerie de Schwedt, un ancien combinat est-allemand qui a survécu à la réunification mais pourrait ne pas se remettre d’un arrêt des importations de brut puisé dans les gisements sibériens.

Le parc industriel de PCK et la raffinerie de Schwedt, en novembre 2021 en Allemagne (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – John MACDOUGALL)

« La peur du lendemain est très proche de ce qu’elle était après la chute du mur », décrit Buckhard Opitz pour résumer le sentiment des 1.200 salariés de l’entreprise PCK.

Les filiales des géants Gazprom et Rosneft sont des acteurs clés des infrastructures énergétiques de l’Allemagne (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – John MACDOUGALL)

Entré à la raffinerie en 1977, ce sexagénaire n’a pas oublié les turbulences économiques qui ont accompagné la réunification de l’Allemagne en 1990 avec son cortège de sites industriels démantelés et de privatisations douloureuses.

La raffinerie de Schwedt a surnagé, moyennant une sévère restructuration, parce qu' »elle faisait partie des plus modernes, parce que nous avons toujours été au top », affirme M. Opitz, représentant local du syndicat de la chimie et de l’énergie IG BCE.

Depuis l’offensive lancée par Moscou en Ukraine, l’incertitude étreint de nouveau la commune située près de la frontière polonaise.

L’usine a beau se savoir indispensable, puisqu’elle fournit environ 90% du carburant et combustible consommé à Berlin et sa région, y compris le kérosène de l’aéroport, l’argument ne suffit pas à rassurer.

Pour compliquer l’équation, le géant pétrolier russe Rosneft, contrôlé par le Kremlin, est actionnaire majoritaire du site.

– Fin du monde « normal » –

A la permanence locale du parti social-démocrate (SPD), on évite de s’exprimer « car les craintes sont déjà suffisamment grandes ». De nombreuses entreprises locales dépendent de l’activité de la raffinerie.

Même si l’Union Européenne s’est contenté jeudi de décider d’un embargo sur le charbon russe, des sanctions sur le pétrole et le gaz russes viendront « tôt ou tard », a assuré le président du Conseil européen Charles Michel. 

L’Allemagne refuse un embargo immédiat sur l’ensemble des énergies russes, notamment le gaz. Mais Berlin veut s’en libérer progressivement et quasiment stopper ses achats de pétrole russe d’ici la fin de l’année.

Or ce pétrole est la raison d’être de la raffinerie de Schwedt où débouche une branche du plus long oléoduc du monde qui part du sud-est de la Russie. 

Le pipeline « Droujba » a été mis en service dans les années 1960 pour acheminer du brut de l’URSS vers les pays du bloc de l’Est. Il reste une source vitale de brut pour de nombreuses raffineries d’Europe centrale. « Droujba » signifie « amitié » en russe.

Fin 2021, Rosneft avait annoncé son intention d’augmenter de 54 à 92% sa participation dans la raffinerie PCK, en rachetant ses parts à Shell. Le groupe russe est présidé par Igor Setchine, un oligarque proche de Vladimir Poutine visé par les sanctions occidentales.

« Le monde était encore normal à l’époque. Il n’y avait aucune raison de refuser la participation russe, tout comme il y avait des participations allemandes en Russie », assure à l’AFP Alexander von Gersdorff, porte-parole de l’association allemande des industries pétrolières En2x.

Aujourd’hui il en est convaincu : « Sans pétrole en provenance de Russie, la raffinerie de Schwedt devrait être mise hors service. Il n’y aurait plus d’essence ni de diesel pour Berlin, sa région ou la Pologne occidentale ».

– « Irréaliste » –

La gouvernement allemand a reconnu que le cas de Schwedt était complexe. L’option d’une nationalisation temporaire a été évoquée dans les médias. 

C’est la mesure exceptionnelle choisie récemment pour la filiale allemande de Gazprom, dont Berlin a pris le contrôle.

Esquissant un schéma sur un coin de papier, Buckhard Opitz assure que des alternatives au pétrole russe peuvent être trouvées pour la raffinerie, monstre métallique qui se dresse à la sortie de la ville, à une centaine de kilomètres de Berlin.

Un pipeline arrive du port allemand de Rostock, qui pourrait recevoir du brut d’autres parties du monde, dit-il. La Pologne pourraient compléter l’approvisionnement via le port de Gdansk.

« Irréaliste », juge Alexander von Gerstoff, compte-tenu des difficultés logistiques : Rostock ne peut accueillir des tankers suffisamment gros ; la Pologne a besoin de toutes ses capacités pour sa propre diversification. Et les raffineries de l’est de l’Allemagne ont été conçues pour fonctionner avec du brut russe, aux caractéristiques particulières.

« Différents scénarios logistiques et technologiques » sont à l’étude, a indiqué l’entreprise à l’AFP.

« La décision finale sera politique », assure Buckhard Opitz.

smk/ilp/cn 

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques