Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

Les VTC manifestent à travers la France pour défendre leurs courses

Quelques centaines de chauffeurs VTC ont manifesté lundi à Paris, Lyon, Bordeaux et Nantes pour demander plus de protection alors que la hausse du prix de l'essence grève leurs revenus, à l'appel de l'intersyndicale nationale VTC...

Manifestation de chauffeurs de VTC le 28 mars 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - GEOFFROY VAN DER HASSELT)

Quelques centaines de chauffeurs VTC ont manifesté lundi à Paris, Lyon, Bordeaux et Nantes pour demander plus de protection alors que la hausse du prix de l’essence grève leurs revenus, à l’appel de l’intersyndicale nationale VTC (INV), ont constaté des journalistes de l’AFP.

Brahim Ben Ali, représentant de l’intersyndicale VTC (INV), le 28 mars 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Geoffroy VAN DER HASSELT)

« On veut un tarif minimum, horaire et kilométrique, négocié entre le gouvernement et les indépendants », a souligné Brahim Ben Ali, de l’INV. « On a vu énormément de chauffeurs s’enfuir de cette profession qui nous promettait d’être nos propres patrons ».

(Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Aurore MESENGE)

« Même si l’Etat nous aide sur le prix du carburant, les plateformes vont baisser les prix pour attirer les clients », a-t-il dénoncé sur la place de la Nation à Paris.

Certains chauffeurs décrivaient des revenus divisés par deux depuis le début de la pandémie, avec des pleins de gasoil à 120 euros trois fois par semaine. Uber, leader du marché, est au centre des attaques pour les fortes commissions qu’il prélève. 

A Bordeaux, la manifestation a rassemblé 80 voitures. A Nantes, une quinzaine de VTC ont organisé une opération escargot sur la rocade, selon la police. L’opération a duré moins d’une heure et provoqué 3km de ralentissements selon Bison Futé.

L’INV promet d’accélérer le mouvement début avril avec des opérations escargot, notamment à Rungis. M. Ben Ali a aussi appelé les candidats à l’élection présidentielle à se positionner sur cette question des plateformes.

À Lyon, place Bellecour, un cortège d’une trentaine de voitures s’est formé dans une cacophonie de klaxons et de cris de chauffeurs scandant « VTC en colère! ».

Les manifestants ont accroché sur leurs voitures des affichettes où était écrit: « La mort au bout de la route » ou encore « respect du statut d’indépendant ».

« On essaye de survivre, parce que les charges s’accumulent et on roule à perte », lance Ahmed, chauffeur depuis 2015. « Avant, je payais mon plein 65 euros, aujourd’hui il est à 120 euros », déplore cet homme de 44 ans.

« Le métier se dégrade, les plateformes sont des voyous, le carburant augmente… », lâche à côté Jean-Cédric, 50 ans, porte-parole de l’Intersyndicale nationale VTC (INV). « On ne peut pas tenir, c’est catastrophique », alerte ce chauffeur VTC lyonnais depuis plus de sept ans, qui assure subir une perte de 30% de son salaire.

Pour Zakaria H., « la guerre en Ukraine est une excuse ». Ce conducteur de 41 ans, qui travaille dans ce secteur depuis 2019, estime que « les problèmes étaient là bien avant », notamment « à cause du non-respect du statut de chauffeur VTC » qui « est censé nous protéger ».

A l’approche des élections professionnelles du secteur, le syndicat Union-Indépendants (CFDT) a également organisé une action: plus de 1.500 VTC ont cessé toute activité durant 2 heures lundi matin, engendrant une surmajoration des prix dans certaines villes, notamment à Paris, selon son représentant Fabien Tosolini. Le syndicat revendique notamment le remboursement immédiat de la taxe sur l’essence (TICPE).

tsz-anr-mb/ico/or

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques