Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Meurtre mystérieux d’une postière de l’Ain: ouverture du procès devant les assises

Le procès du principal suspect du meurtre sanglant d'une postière de l'Ain en 2008 a débuté lundi devant les assises de l'Ain à Bourg-en-Bresse, avec pour objectif de lever les nombreuses zones...

L'agence postale de Montréal-la-Cluse, dans l'Ain, le 9 décembre 2014, où une postière a été tuée six ans plus tôt (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - PHILIPPE DESMAZES)

Le procès du principal suspect du meurtre sanglant d’une postière de l’Ain en 2008 a débuté lundi devant les assises de l’Ain à Bourg-en-Bresse, avec pour objectif de lever les nombreuses zones d’ombre qui planent encore sur cette affaire.

La rue où habitait Gérald Thomassin, près de l’agence postale de Montréal-la-Cluse, dans l’Ain le 9 décembre 2014 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – PHILIPPE DESMAZES)

Les faits remontent au 19 décembre 2008. Le corps de Catherine Burgod, 41 ans, lardé de 28 coups de couteau, est découvert dans l’agence postale de Montréal-la-Cluse (Ain), où elle travaille comme guichetière. La quadragénaire, mère de deux enfants, était enceinte de cinq mois.

Selon l’accusation, le mobile de ce meurtre sans témoin serait crapuleux, pour un butin avoisinant les 2.600 euros. 

Ce crime aussi brutal que mystérieux captive grand public et médias, en particulier lorsque les soupçons des enquêteurs se portent sur Gérald Thomassin, un ancien espoir du cinéma français vivant dans la marginalité. Il résidait alors non loin de la petite poste de ce village du Haut-Bugey.

Après constatation d’une série de comportements et propos troublants, voire incriminants, l’acteur est mis en examen et écroué en 2013. 

Mais quatre ans plus tard, le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) signale une correspondance entre l’ADN prélevé sur un sac trouvé à proximité du corps de la victime et celui de Mamadou Diallo.

Cet ambulancier, lycéen au moment des faits, effectuait en décembre 2008 un stage en entreprise à Nurieux, à 5 kilomètres de Montréal-la-Cluse.

Le nouveau suspect numéro un a reconnu s’être rendu le matin du meurtre dans l’agence postale, mais il affirme avoir découvert le corps de la quadragénaire et pris la fuite dans la panique après s’être emparé d’une liasse de billets. 

Décrit unanimement comme non violent – son casier judiciaire  mentionne uniquement un excès de vitesse – cet homme de 32 ans aujourd’hui continue de nier être l’auteur du crime.

Son avocate Sylvie Noachovitch souligne, elle, que l’ADN de son client n’a pas été retrouvé sur le corps de la défunte ni sur le coffre-fort retrouvé ouvert.

L’ancien ambulancier comparaît seul, un non-lieu ayant été prononcé en 2020 concernant la possible implication de Gérald Thomassin et d’un complice présumé un temps mis en examen.

La trace de l’acteur s’est perdue en 2019 après un contrôle SNCF dans un train reliant Rochefort à Nantes. Une information judiciaire pour « enlèvement et séquestration » a été ouverte en octobre 2019, mais il reste depuis introuvable. 

Le verdict est prévu le 4 avril.

ag/rl/cbn

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques