Couverture du journal du 25/11/2022 Consulter le journal

Musique: Axel Bauer, résistance, Radio Londres et racines

"Si la chanson pose la question, c'est déjà gagné": Axel Bauer interroge le sens du mot "résistance", souvent galvaudé, en convoquant le souvenir de son père, une des voix de...

Le chanteur et musicien Axel Bauer, le 28 avril 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - JOEL SAGET)

« Si la chanson pose la question, c’est déjà gagné »: Axel Bauer interroge le sens du mot « résistance », souvent galvaudé, en convoquant le souvenir de son père, une des voix de Radio Londres, dans son nouvel album. 

Le chanteur et musicien Axel Bauer, le 28 avril 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – JOEL SAGET)

Dans la famille Bauer, les plus jeunes connaissent Jim, fils d’Axel, qui s’est fait un prénom dans le tremplin musical télévisé The Voice. Les familiers des années 1980/90 repèrent Axel depuis les tubes « Cargo », et son clip signé Jean-Baptiste Mondino, ou « Eteins la lumière ». 

Franck Bauer, dernier speaker survivant de Radio Londres, et père d’Axel Bauer, le 17 juin 2009 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – PATRICK KOVARIK)

Et les curieux des arcanes de la Résistance savent qui était Franck, père d’Axel, dernier speaker survivant de Radio Londres avant sa disparition à 99 ans en 2018. 

C’est lui qui inspire le nom de l’album, « Radio Londres », qui sort vendredi, ainsi que deux titres, « Ici Londres » et « Le jour s’enfuit ».

On entend d’ailleurs la voix de Franck Bauer au début et à la fin d' »Ici Londres », enregistrée par son fils. « Il était venu un jour à la maison, on discutait de sa période de speaker de Radio Londres dans sa vingtaine, il me racontait les bombardements, la résistance, il avait alors 93 ans », relate Axel Bauer à l’AFP.

Le chanteur en parle au parolier Boris Bergman (qui travailla avec Alain Bashung), qui confectionne le texte de ce morceau ouvrant ce disque réussi sur une trame acoustique, avant plusieurs éclairs électriques sur d’autres titres.

– Père « aux mille vies » –

« On pensait avec Bergman qu’il fallait s’interroger sur le mot +résistance+, au vu de tous les écarts », poursuit-il, faisant référence aux outrances dans les débats politiques actuels. 

« On entend qu’on est en +dictature+, mais dans une dictature on se fait torturer pour des paroles, ici on peut insulter le président sans craindre pour sa vie », insiste Axel Bauer. 

« Ici Londres » braque aussi les projecteurs sur Franck Bauer, personnage « aux mille vies » esquissées dans une autobiographie, « 40 à Londres, l’espion qui venait du jazz ». 

Batteur et pianiste de jazz, cette figure méconnue de la France Libre était également partie aux Etats-Unis pour y espionner les relais du régime de Vichy le jour et fréquenter les clubs de musique la nuit.

« Il a décidé de quitter les clubs de jazz et le confort de la société de consommation américaine pour revenir dans une Europe en guerre, en bateau, avec une chance sur deux d’être coulé par un U-boot (sous-marin allemand) sur le chemin de l’Angleterre, c’est ce qu’on appelle avoir le sens du devoir », déroule son fils.

Après la Libération, Franck Bauer travailla comme reporter de guerre aux Nouvelles du matin, puis à l’AFP, et entra au ministère de la Culture. 

– Tumeur maligne –

Il fut également secrétaire général de la Comédie-Française, fondateur du premier cabinet de relations publiques en France, professeur à la Sorbonne ou encore commissaire de l’Exposition universelle de 1967 à Montréal.

Les parents du jeune Axel participent à sa construction musicale. Sa mère achète sa première guitare. Et son père lui offre un disque des Who et un billet pour leur concert. A 13 ans, accompagné par ce père au costume et chapeau élégants qui dénote dans le public hirsute, Axel Bauer se souvient du choc.

« Il y avait un côté apocalyptique chez les Who, les grands moulinets (du guitariste) Pete Townshend, Keith Moon (le batteur) aux yeux exorbités, Roger Daltrey (le chanteur) qui fait tourbillonner son micro avant de hurler +We don’t get fooled again+, je n’étais pas complétement préparé (rires) ».

« Radio Londres » aborde aussi le thème de la résistance face à l’ennemi intérieur, une tumeur maligne combattue par le chanteur sexagénaire, évoquée avec une jolie distance dans « C’est malin », écrite par ses soins.

Le guitariste y traite « de la perte de ce sentiment d’invincibilité » et de cette façon d' »envisager alors sa vie à la lumière de ce compte à rebours commencé ». « Si on vivait tout à l’aune de cet éclairage, le monde serait différent, on dirait moins de saloperies, on ferait moins de conneries ». 

pgr/may/pb

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques