Couverture du journal du 25/11/2022 Consulter le journal

Nicolas Zepeda perd pied, mais n’avoue pas l’assassinat de Narumi Kurosaki

"Je n’ai pas tué Narumi ! Moi aussi je veux savoir !": dans un cri mêlé de sanglots, Nicolas Zepeda a persisté dans sa version jeudi, lors d'un ultime interrogatoire sous haute tension devant la cour d'assises du Doubs où il comparaît...

Croquis d'audience montrant le Chilien Nicolas Zepeda devant la cour d'assises du Doubs, le 29 mars 2022 à Besançon (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Benoit Peyrucq)

« Je n’ai pas tué Narumi ! Moi aussi je veux savoir ! »: dans un cri mêlé de sanglots, Nicolas Zepeda a persisté dans sa version jeudi, lors d’un ultime interrogatoire sous haute tension devant la cour d’assises du Doubs où il comparaît pour l’assassinat de son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki.

Les parents de Nicolas Zepeda, Humberto (d) et Ana Luz Zepeda, arrivent à la cour d’assises du Doubs au premier jour du procès de leur fils, le 29 mars 2022 à Besançon (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – SEBASTIEN BOZON)

La dernière main tendue est venue de sa propre avocate, Me Jacqueline Laffont. « Est-ce que vous êtes en mesure d’aider à retrouver ce corps aujourd’hui ? », lui a-t-elle dit doucement en le regardant dans les yeux.

Le Chilien Nicolas Zepeda, dans la salle d’audience du tribunal de Besançon, le 29 mars 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – PATRICK HERTZOG)

« Je ne sais pas où elle est, je n’ai pas tué Narumi, moi aussi je veux savoir », lui répond Nicolas Zepeda. Une phrase tellement répétée pendant les quatre heures de l’interrogatoire récapitulatif, qu’il finira par crier en larmes en tapant du poing.

Le Chilien Nicolas Zepeda, avec ses avocates dans la salle d’audience du tribunal de Besançon, le 29 mars 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – PATRICK HERTZOG)

« Est-ce qu’on peut imaginer qu’une dispute aurait mal tourné ? », suggère Me Laffont à son client déstabilisé. « Est-ce que vous avez envie de dire quelque chose là, une dernière fois ? ».

« Il y a beaucoup de choses qu’on peut me reprocher, je ne suis pas une personne parfaite, mais je n’ai pas tué Narumi », persiste-t-il.

Le Chilien de 31 ans, qui affichait un flegme quasiment sans faille depuis le début de son procès à Besançon, le 29 mars, a fini par craquer, agité de pleurs, de cris et de tremblements, dès le début de l’après-midi, poussé dans ses retranchements par Me Sylvie Galley, l’avocate de la famille de l’étudiante japonaise disparue en décembre 2016 à Besançon.

« Dans vos rêves, M. Zepeda, vous la voyez morte ou vivante Narumi ? », le questionne l’avocate. 

« Je la vois heureuse », répond-il en fondant en larmes.

Pour tenter de briser la résistance de l’accusé dans un échange particulièrement intense, Me Galley a fait projeter des photos de Narumi, en a appelé à son amour filial ou à sa foi catholique. En vain.

« Il est dans l’incapacité d’admettre quoi que ce soit, même les choses les plus banales. C’est lui qui détient les clés et il ne les donnera pas », a regretté Me Galley à la suspension d’audience.

– « Quelle nuit ? » –

Dans les premiers instants de cet interrogatoire, Nicolas Zepeda s’était pourtant montré inébranlable.

« Il est établi que vous avez passé la nuit du 4 au 5 décembre 2016 avec Narumi, qu’après ça, plus personne ne l’a revue vivante, contrairement à vous qu’on a revu », l’apostrophe d’emblée le président de la cour d’assises du Doubs, Matthieu Husson.

« Voulez-vous nous dire ce qu’il s’est passé ? », le presse-t-il encore.

« Vous faites référence à quelle nuit ? », réplique l’accusé, déclenchant des soupirs dans le prétoire. 

La date précisée, il lâche finalement: « J’ai déjà répondu à cette question, cette nuit-là je dormais ».

Depuis le début de son procès, Nicolas Zepeda répond volontiers aux questions par d’autres questions, reprend les interprètes chargés de la traduction simultanée de l’espagnol au français et enchaîne les explications vagues.

Selon l’accusation, le Chilien s’est rendu à Besançon pour retrouver Narumi Kurosaki, qui l’avait quitté quelques semaines plus tôt. Il l’espionne puis la rencontre et passe avec elle la nuit du 4 au 5 décembre 2016 dans sa chambre étudiante. Des « cris stridents de femme » sont entendus cette nuit-là.

Toujours selon l’accusation, Nicolas Zepeda a tué Narumi, s’est débarrassé de son corps dans une forêt du Jura, puis a envoyé des messages aux proches de l’étudiante de 21 ans via ses comptes sur les réseaux sociaux pour retarder le lancement des recherches, le temps de rentrer au Chili.

– « Vous craignez votre papa ? » –

Présents depuis le début du procès sur le premier banc du public, les parents de Nicolas Zepeda, venus du Chili, se sont invités jeudi dans le débat.

« Est-ce que vous craignez votre papa, M. Zepeda ? », lui demande le président de la cour. Le jeune homme avait indiqué avoir informé sa mère de son voyage en Europe ce mois de décembre 2016, mais l’avoir caché à son père car « il se serait fâché ».

« Que pensez-vous de sa réaction si vous faites quelque chose de mal ? », insiste-t-il, relayant une impression que la présence du père joue un rôle dans l’opiniâtreté du fils.

Là encore, l’accusé se contente d’une réponse des plus vagues…

Les plaidoiries des avocats et les réquisitions doivent débuter lundi avant le verdict attendu mardi.

maj-as/bdx/cbn

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques