Couverture du journal du 23/09/2022 Consulter le journal

Nouvelle semaine de perte pour Wall Street, préoccupée par les taux

La Bourse de New York a accusé vendredi une nouvelle semaine dans le rouge, terminant sur une sévère perte, inquiète de l'attitude agressive de la Fed vis-à-vis...

La façade du New York Stock Exchange (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - ANGELA WEISS)

La Bourse de New York a accusé vendredi une nouvelle semaine dans le rouge, terminant sur une sévère perte, inquiète de l’attitude agressive de la Fed vis-à-vis de l’inflation qui pourrait ralentir l’économie.

Selon des résultats définitifs, l’indice Dow Jones a cédé 2,82% à 33.811,40 points, inscrivant sa plus mauvaise séance du mois. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 2,55% à 12.839,29 points et le S&P 500 a lâché 2,77% à 4.271,80 points.

Les cours ont continué de réagir aux propos plus bellicistes de Jerome Powell, président de la Banque centrale américaine (Fed), face à l’inflation. Le banquier central a dit jeudi qu’une hausse des taux directeurs d’un demi-point de pourcentage « était sur la table » pour la prochaine réunion monétaire de début mai.

« Mauvaise journée aujourd’hui ! », a résumé Peter Cardillo de Spartan Capital. « De toute évidence, les marchés appréhendent que les taux grimpent encore après ce qu’a dit Jerome Powell : la descente s’est amorcée jeudi et a accéléré vendredi », soulignait l’analyste.

Vendredi signait la quatrième semaine négative de suite pour l’indice des valeurs vedettes et la troisième d’affilée pour le Nasdaq et le S&P 500. Les trente valeurs du Dow Jones étaient toutes dans le rouge.

Art Hogan de National Securities discernait « une forte anxiété quant à l’agressivité de la Fed ». « Le marché est effrayé par la rapidité avec laquelle le rendement obligataire à 10 ans a augmenté », ajoutait M. Hogan.

Les taux sur les bons du Trésor à 10 ans se maintenaient à 2,89%, après avoir frôlé la barre des 3% dans la nuit (2,96%).

Jamie Cox, de Harris Financial Group, allait plus loin : « les marchés ont un gros sentiment de malaise face à la probabilité croissante d’une erreur de politique de la part de la Réserve fédérale ».

– Folie –

« Lorsqu’un responsable de la Fed suggère une hausse de 50 points de base, les marchés commencent immédiatement à essayer d’anticiper des hausses de 75 points de base », traduisait l’analyste. « C’est vraiment de la folie. La plupart des investisseurs feraient bien d’ignorer ces anticipations (…) en attendant de voir ce qui se passe réellement avec les taux ».

Certains restaient optimistes pour la semaine suivante alors qu’une salve impressionnante de résultats d’entreprises est au programme avec Microsoft, Apple et Google (Alphabet) notamment.

« Le marché va se focaliser à nouveau sur les résultats et peut-être vont-ils renverser le sentiment négatif provoqué par l’agressivité de la Fed », a suggéré Peter Cardillo.

Les onze secteurs du S&P ont conclu en baisse, avec les matériaux en premier lieu (-3,73%) suivi des services de santé, de communications et des banques. Le secteur énergétique a lâché plus de 2,40% dans le sillage d’un repli des prix du brut, plombés par les confinements en Chine liés au Covid-19.

Les grands noms de la tech, valeur de croissance par excellence qui sont très sensibles aux taux d’intérêt, ont fait grise mine comme Apple (-2,78%), Facebook (Meta, -2,11%) ou Google (-4,26%). Netflix, terriblement malmenée cette semaine après un déclin de ses abonnés, a encore lâché 1,24% à 215,52 dollars.

American Express a cédé 2,75% à 180,64 dollars malgré des résultats meilleurs que prévu au premier trimestre 2022, profitant de la hausse des dépenses pour les voyages et les loisirs grâce à la reprise de l’activité dans de nombreux pays.

La marque d’habillement Gap a plongé de presque 18% à 11,72 dollars alors que ses prévisions de résultats trimestriels ont été abaissées et que la directrice de sa filiale Old Navy a annoncé son départ.

Snap, maison mère du réseau social Snapchat, est monté de 1,16% à 20,76 dollars. Si les ventes publicitaires du réseau social ont chuté au premier trimestre, à cause de la guerre en Ukraine qui a découragé les dépenses des investisseurs, selon le groupe, le nombre d’usagers du service, très populaire chez les jeunes, a grimpé de 18% à 332 millions.

Twitter s’est redressé de 3,93% à 48,93 dollars après une semaine riche en nouveaux épisodes autour des velléités d’Elon Musk de racheter le réseau social. Le patron de Tesla semble déterminé à mettre la main sur le réseau de microblogs tandis que le conseil d’administration de Twitter a adopté une « pilule empoisonnée » pour l’en dissuader.

Rare trajectoire solidement positive, l’action du groupe américain de produits d’hygiène Kimberly-Clark a bondi de 8,13% à 138,51 dollars après avoir annoncé un bon résultat trimestriel doublé de prévisions en hausse pour les ventes de l’année.

Nasdaq

vmt/bt

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques