Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

« On a tout quitté »: pour un Ukrainien arrivé en Moselle, le soulagement après la fuite

Les traits tirés par la fatigue après quatre jours de route depuis Kiev, Volodymyr Yarmolenko peut enfin souffler. Jeudi dernier, il a mis ses deux enfants et quelques affaires dans sa voiture pour fuir la capitale...

Volodymyr Yarmolenko, réfugié ukrainien de 38 ans, pose, hébergé chez un ami, à Dabo (Moselle), le 2 mars 2022. (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Jean-Christophe Verhaegen)

Les traits tirés par la fatigue après quatre jours de route depuis Kiev, Volodymyr Yarmolenko peut enfin souffler. Jeudi dernier, il a mis ses deux enfants et quelques affaires dans sa voiture pour fuir la capitale ukrainienne, visée par les bombes de l’armée russe.

Volodymyr Yarmolenko, réfugié ukrainien de 38 ans, discute avec son ami Grégoire Schnakenbour (D) et le curé Serge Houpert (G), à Dabo (Moselle), le 2 mars 2022. (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Jean-Christophe Verhaegen)

La famille est arrivée à Dabo (Moselle) mardi matin, après une odyssée de 2.000 kilomètres à travers l’Europe. « On a tout quitté », dit-il, assis dans le salon de l’ami qui l’héberge. 

Volodymyr Yarmolenko, réfugié ukrainien de 38 ans, hébergé chez un ami, à Dabo (Moselle), le 2 mars 2022. (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Jean-Christophe Verhaegen)

Parti dans la précipitation, il a laissé derrière lui ses proches, son appartement et ses deux entreprises de traduction et d’enseignement de langues étrangères, alors que Vladimir Poutine lançait l’invasion de son pays. 

Âgé de 38 ans, Volodymyr a réussi à quitter l’Ukraine car, divorcé, il a la garde de son fils de 13 ans et de sa fille de 11 ans, porteuse d’un handicap mental. Habituellement, les hommes de 18 à 60 ans, mobilisables, ont interdiction de quitter le territoire.

Lui s’estime « chanceux » d’avoir pu passer la frontière pour mettre ses enfants « en sécurité » et leur épargner les « horreurs de la guerre ».

Selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés, plus de 874.000 personnes ont déjà fui l’Ukraine vers les pays voisins depuis le début des hostilités.

Pour ne pas effrayer ses enfants, Volodymyr a trouvé un stratagème: leur faire croire qu’ils faisaient un tour d’Europe, « des grandes vacances avec papa », même si cela n’a pas été facile « de dormir plusieurs jours dans la voiture ». 

Il leur a aussi fallu patienter près de 15 heures au poste-frontière en Ukraine avant de passer en Hongrie. « C’était terrible », dit-il, racontant les files de voitures, « les larmes » et les familles obligées de se dire au revoir à la frontière, les hommes devant rebrousser chemin, parfois « à pied ».

– « Solidarité » –

En France, il peut compter sur l’accueil de Grégoire Schnakenbourg, 47 ans, directeur de projet dans l’informatique et ancien expatrié en Ukraine. C’est là-bas qu’ils s’étaient rencontrés. Volodymyr lui a enseigné le russe pendant près d’un an. 

Jeudi dernier, « consterné, dégoûté » par l’invasion russe de son pays de cœur, Grégoire a immédiatement envoyé des messages à ses amis ukrainiens pour leur proposer son toit, s’ils en venaient à quitter leur pays. 

Message reçu par Volodymyr, qui a donc posé ses valises dans le salon des Schnakenbourg. « C’est de la solidarité: on a une grande maison, on se débrouillera », raconte Grégoire, les yeux rivés sur son téléphone. 

Car il ne compte pas s’arrêter là. L’informaticien attend désormais des nouvelles d’une famille ukrainienne, une femme, ses trois enfants et leur chat, qu’il s’apprête à aller chercher en voiture dès samedi matin à Budapest pour les ramener ensuite au Luxembourg: « 1.000 kilomètres aller, 1.000 kilomètres retour ».

Grégoire a même posé plusieurs vendredis d’affilée pour d’autres allers-retours jusqu’à la frontière ukrainienne.

Le curé de la paroisse, Serge Houpert, compte bien aussi « faire appel à la générosité des fidèles ». A Volodymyr, il a déjà proposé un logement.

– « La plus stupide des guerres » –

Les enfants jouent dehors. Leur père ne quitte pas son téléphone du regard, inquiet pour ses proches restés en Ukraine, dont ses parents, qui ont trouvé refuge dans l’ouest du pays. A 59 ans, son père n’a pas franchi la frontière.

La violence de la guerre le rattrape dans un message de l’une de ses anciennes camarades de classe: elle lui annonce la mort de son frère, tué la veille en combattant. « C’est de la folie: pourquoi ? » s’interroge Volodymyr, sous le choc.

« C’est la plus stupide des guerres, entre deux nations qui parlent la même langue, qui partagent la même histoire et qui ont commencé à se battre entre elles », se désole-t-il.

Lui n’imagine pas tirer sur des gens qui pourraient être ses « cousins » ou ses « oncles ». Il espère plutôt venir en aide à ses compatriotes depuis l’étranger, une fois installé en France ou en Allemagne, il ne sait pas encore.

« Ce n’est que le début: combien de temps cela va durer ? Personne ne le sait », note-t-il, fataliste, « une fois que la machine de guerre s’est mise en marche, c’est très difficile de l’arrêter ».  

mby/ha/gvy

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques