Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

Pont-Neuf: rassemblements syndicaux en France contre la mise en examen pour meurtre du policier

Plusieurs rassemblements devant des tribunaux et des commissariats sont prévus lundi en France à l'appel de syndicats de police pour protester contre la mise en examen pour "homicide volontaire" du policier qui a tué deux hommes qui auraient...

Des enquêteurs sur les lieux où deux personnes ont été tuées par la police à Paris sur le Pont Neuf le 25 avril 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Ludovic MARIN)

Plusieurs rassemblements devant des tribunaux et des commissariats sont prévus lundi en France à l’appel de syndicats de police pour protester contre la mise en examen pour « homicide volontaire » du policier qui a tué deux hommes qui auraient forcé un contrôle sur le Pont-Neuf à Paris.

(Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Colin BERTIER)

Au total, des policiers devraient être mobilisées dans une quarantaine de villes, de Lille à Marseille en passant par Bordeaux et Strasbourg, annonce le syndicat de gardiens de la paix Alliance, à l’initiative de l’appel auquel se sont joints le syndicat d’officiers Synergie et l’Unsa-Police.

Une affichette « Coupable d’être flic » lors d’un rassemblement de policiers contre la mise en examen pour meurtre du policier qui a tué deux hommes sur le Pont-Neuf, le 2 mai 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Damien MEYER)

Le plus gros rassemblement devrait se tenir à 12H00 à Paris, sur la place Saint-Michel, située à quelques centaines de mètres de l’ancien Palais de justice et du Pont-Neuf.

Rassemblement de policiers contre la mise en examen pour meurtre du policier qui a tué deux hommes sur le Pont-Neuf, le 2 mai 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – STEPHANE DE SAKUTIN)

C’est à cet endroit, le 24 avril dernier, qu’un policier armé d’un fusil d’assaut a ouvert le feu sur le conducteur d’une voiture et son passager, âgés de 25 et 31 ans, qui auraient tenté de se soustraire à un contrôle. Ils sont décédés sur place et un troisième homme a été blessé.

A l’issue de 48 heures de garde à vue, le gardien de la paix, âgé de 24 ans, a été mis en examen pour « homicide volontaire » concernant le conducteur, « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner » s’agissant du passager avant et pour « violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l’autorité publique » envers le passager arrière. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

Dans la foulée, le syndicat Alliance a publié un tract dénonçant la « décision inadmissible » des juges d’instruction de retenir la qualification criminelle d' »homicide volontaire », passible de 30 ans de prison.

Alliance et Synergie appellent par ailleurs à mettre en place une « présomption de légitime défense » des policiers, une mesure défendue par Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle mais rejetée par le président réélu Emmanuel Macron.

Unité SGP Police, concurrent d’Alliance, a choisi de ne pas « prendre des positions pouvant porter préjudice » au collègue mis en examen, rappelant qu’il est présumé innocent, et a demandé « une juridiction et des magistrats spécialisés aguerris aux difficultés du métier de policier ».

Alors que des élections syndicales se tiennent fin 2022, cette affaire a exacerbé les tensions entre les représentants des gardiens de la paix.

« Tout le monde s’excite. Les syndicats de police veulent récupérer ce dossier, moi je dis qu’il faut garder la raison », a déclaré à l’AFP Laurent-Franck Liénard, l’avocat du policier.

alh/pga/mlb

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques