Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Présidentielle J-4: duel télévisé à distance pour Macron et Le Pen

Les favoris de la présidentielle Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés à distance mercredi soir sur TF1 au moment où, selon les sondages, l'écart entre les deux se réduit comme peau de chagrin...

Emmanuel Macron répond aux questions des journalistes Léa Salamé (g) et Nicolas Demorand (c) sous un écran de télévision montrant Marine Le Pen (en haut), dans un studio de France Inter le 4 avril 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Ludovic MARIN)

Les favoris de la présidentielle Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés à distance mercredi soir sur TF1 au moment où, selon les sondages, l’écart entre les deux se réduit comme peau de chagrin, chacun insistant sur le pouvoir d’achat des Français.

Emmanuel Macron à Spézet, dans le Finistère, le 5 avril 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Ludovic MARIN)

Ce duel décalé intervient en toute fin d’une campagne inédite, ballotée entre pandémie du Covid et guerre en Ukraine, à quatre jours d’un scrutin indécis et qui pourrait être marqué par une forte abstention, approchant ou dépassant le record de 2002 (28,4%).

Le président sortant puis sa rivale d’extrême droite sont intervenus l’un après l’autre dans le cadre de l’émission du 20H00 de TF1, « Dix minutes pour convaincre ».

Interrogés pour savoir quelle serait leur première mesure s’ils étaient élus le 24 avril, chacun a évoqué le maintien du pouvoir d’achat mis à mal par la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie notamment, ainsi que l’inflation.

Pour M. Macron, il s’agira de « maintenir un bouclier pour le prix du gaz et de l’électricité », et d’indexer les pensions de retraite sur l’inflation « dès cet l’été ».

De son côté, Marine Le Pen a indiqué que sa première mesure si elle accédait à l’Elysée serait « de baisser la TVA de 20 à 5,5% sur l’ensemble de l’énergie » et de créer « un panier de produits de première nécessité » avec une TVA à 0%.

Au même moment, sur France 2, l’outsider Jean-Luc Mélenchon, en troisième place dans les sondages, a dit vouloir, s’il est élu, réquisitionner les stocks français de céréales, dont la production est menacée.

– Rappel de l’ambassadeur –

Interrogé sur le conflit en Ukraine, le président sortant, qui attaque désormais systématiquement l’extrême droite, a qualifié d' »infondées » et « scandaleuses » les critiques du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki sur ses entretiens téléphoniques avec Vladimir Poutine.

« Ces propos sont à la fois infondés et scandaleux, mais ils ne m’étonnent pas » car M. Morawiecki, soutenu par « un parti d’extrême droite », « s’immisce dans la campagne politique française » après avoir « plusieurs fois reçu madame (Marine) Le Pen », qu’il « soutient », a déclaré le président-candidat.

La candidate RN a pour sa part réclamé le rappel de l’ambassadeur de France en Russie en signe de fermeté vis-à-vis de Moscou, suspecté d’avoir commis des massacres en Ukraine.

Mme Le Pen est en hausse régulière dans les intentions de vote, atteignant pour la première fois 23,5% contre 27% pour Emmanuel Macron, selon un sondage Ifop publié mercredi.

Un autre sondage Ipsos, également publié mercredi, place Marine Le Pen à 22% contre 27% pour le président sortant.

Ce « resserrement sondagier préoccupe », commente un proche du président-candidat. « On a trop fermé les yeux sur Marine Le Pen. Est-ce que c’est trop tard ? Peut-être, mais je ne le crois pas. L’électrochoc est utile ».

M. Macron s’érige en rempart contre l’extrême droite, et plus particulièrement de Mme Le Pen. Il a reçu mercredi le soutien de l’ex-ministre de centre-droit Jean-Louis Borloo, ainsi que celui des Gracques.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il caresse l’espoir de s’immiscer dans ce duel annoncé comme il l’a montré mardi lors d’un meeting à Lille relayé dans onze villes grâce à des hologrammes.

Pas si simple, rétorque la socialiste Anne Hidalgo qui a mis en garde mercredi lors d’un déplacement à Cachan, en banlieue parisienne, contre un vote utile qui serait « imposé » aux Français.

– « Larmes de crocodile » –

Ils le réclamaient avec insistance. Plusieurs candidats se sont félicités de ce que le parquet national financier (PNF) ait ouvert le 31 mars une enquête préliminaire pour blanchiment aggravé de fraude fiscale après avoir pris connaissance du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil privés dont l’Américain McKinsey sur les politiques publiques.

« Il était temps », a réagi en évoquant un « scandale » la candidate LR Valérie Pécresse, lors d’une au service pénitentiaire d’insertion et de probation de Nanterre. « Enfin », ont salué sur Twitter les candidats Eric Zemmour (Reconquête!), Fabien Roussel (PCF) ou Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) 

« Mais pourquoi n’y en-a-t-il toujours pas sur les éventuels conflits d’intérêt entre E. Macron et les cabinets de conseil ? Et sur son patrimoine ? », a ajouté ce dernier qui tenait un meeting à Paris.

Les candidats visent une ultime journée de meetings ou déplacements jeudi et vendredi, jetant leurs dernières forces dans la bataille. Ils ont jusqu’à vendredi minuit pour faire campagne, avant le scrutin de dimanche. 

« Je regrette tellement qu’il n’y ait pas de débat entre nous (…) », a déploré le communiste Fabien Roussel, sur France 2, « parce que dimanche soir on va tous être là à verser des larmes de crocodiles parce que un Français sur 3 risque de ne pas aller voter ».

bur-lb/ib/swi

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques