Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

Présidentielle: les candidats de gauche donnent de la voix et ciblent Macron

Plusieurs candidats de la gauche, qui peine à mobiliser à moins de trois mois de la présidentielle, ont rejoint jeudi les rangs des manifestants en France pour la hausse des salaires, accusant...

Christiane Taubira, candidate à l'élection présidentielle française, en meeting à Bordeaux le 27 janvier 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - ROMAIN PERROCHEAU)

Plusieurs candidats de la gauche, qui peine à mobiliser à moins de trois mois de la présidentielle, ont rejoint jeudi les rangs des manifestants en France pour la hausse des salaires, accusant Emmanuel Macron de favoriser les plus riches.

Yannick Jadot, candidat écologiste (EELV) à l’élection présidentielle française, lors de la manifestation pour défendre le pouvoir d’achat, le 27 janvier 2022 à Paris (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Thomas SAMSON)

A Bordeaux, Christiane Taubira, favorite de la Primaire populaire, une consultation citoyenne à gauche lancée de jeudi à dimanche, a tenu dans la soirée sa première réunion publique, devant environ 600 personnes, pour la plupart très jeunes et chantant « Y’a du soleil et Taubira, darla dirla dada ».

Elle a dressé un inventaire « du quinquennat d’Emmanuel Macron, « désastreux et dévastateur ». S’il « n’a pas toujours été négatif », « il nous blessa dans des choses essentielles », a-t-elle affirmé, détaillant une « liste des grands échecs »: logement, éducation, climat ou santé.

Dans le même temps, Jean-Luc Mélenchon affrontait Eric Zemmour dans l’émission « Face à Baba » de Cyril Hanouna sur C8. « Vous cherchez un électorat de substitution car vous et la gauche avez perdu le peuple français », a affirmé Eric Zemmour à propos des musulmans.

Ce à quoi l’Insoumis a répondu: « Vous voulez diviser le peuple français, je veux l’unifier. Les Français ne voudront jamais que des gens comme vous aient le pouvoir », « aigres, reclus, enfermés ».

Alors que le pouvoir d’achat, priorité numéro un des Français selon les enquêtes d’opinion, est plus que jamais au centre de la campagne électorale, les représentants de la gauche ont fait entendre leur voix dans le cortège parisien de la manifestation à l’appel des syndicats.

Dénonçant à l’instar du leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui reste le mieux placé à gauche selon les sondages à 9-10% environ, « une classe parasite qui vit sur le dos du pays », les représentants de la gauche ont appelé à une large augmentation des salaires en écho aux manifestants selon qui « tout augmente, sauf les salaires ».

« Pendant que tout le monde endurait cette crise, d’autres ont continué à faire des profits, encore et encore, et mieux qu’avant », a lancé M. Mélenchon, ajoutant: « Ils se sont gavés comme jamais ».

« Les statistiques parlent d’elles-mêmes : les plus riches se sont enrichis, les plus pauvres se sont appauvris », a renchéri l’écologiste Yannick Jadot en référence au quinquennat Macron, tandis que le communiste Fabien Roussel disait vouloir « incarner une gauche populaire, proche du peuple, qui aime bien manger et qui aimerait bien mieux manger ».

Le candidat d’EELV a publié jeudi son programme qu’il présentera samedi à Lyon, axé sur les énergies renouvelables, un « ISF climatique » et l’isolation thermique, ainsi qu’un SMIC à 1.500 euros nets en 2027 et l’ouverture de négociations salariales par branche.

– Pouvoir d’achat –

Après les questions identitaires à l’automne, puis la gestion de la crise du Covid, le pouvoir d’achat revient ainsi en force dans la campagne électorale.

Et pour cause: une majorité d’électeurs (59%) estiment qu’il s’agit là de leur principale priorité devant la protection sociale (51%), la sécurité (44%), l’immigration (37%) et l’environnement (34%), selon le baromètre OpinionWay publié jeudi.

Pour les candidats de gauche, l’enjeu est capital. Mais leur camp, handicapé par ses divisions, a du mal à se faire entendre sur ce thème porteur à 73 jours du premier tour et face au président sortant, favori des sondages mais qui ne s’est toujours pas déclaré.

Signe toutefois que l’heure approche, la majorité présidentielle a mis en ligne jeudi le site de campagne d’Emmanuel Macron, « Avec vous », même s’il ne mentionne nulle part la République en marche ou M. Macron.

A droite, qui s’est également emparée de la thématique du pouvoir d’achat, Valérie Pécresse retravaille les modalités de sa proposition visant à augmenter de 10% les salaires nets du privé allant jusqu’à 2,2 Smic.

Cette augmentation de « 10%, hors inflation, sur le quinquennat » est ma « mesure phare », a affirmé jeudi la candidate des Républicains (LR), en disant vouloir « commencer dès juillet avec une hausse de 3% ». 

Pendant ce temps, sur internet, près d’un demi-million d’inscrits à la Primaire populaire ont commencé à voter jeudi – déjà 100.000 à 18H00 – pour choisir leur champion à la présidentielle, parmi sept candidats de gauche dont plusieurs refusent d’avance de reconnaître le résultat de cette consultation inédite.

A l’heure actuelle, les sondeurs donnent derrière Emmanuel Macron (autour de 24-25%) la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen, et celles des Républicains, Valérie Pécresse, dans un mouchoir de poche entre 16 et 18%, suivi de loin par Eric Zemmour.

bur-lb-bap/ib/nzg

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques