Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Présidentielle: un débat dense et musclé entre Macron et Le Pen

Emmanuel Macron s'est montré combatif mercredi soir face à une Marine Le Pen tenace, lors d'un débat télévisé dense et acerbe, mais courtois dans l'ensemble, où les deux candidats à la présidentielle ont enchaîné les échanges sur la Russie, l'économie ou encore l'Europe, le climat...

Les phrases qui ont marqué les débats de l'entre-deux tours, depuis 1974 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - Cléa PÉCULIER)

Emmanuel Macron s’est montré combatif mercredi soir face à une Marine Le Pen tenace, lors d’un débat télévisé dense et acerbe, mais courtois dans l’ensemble, où les deux candidats à la présidentielle ont enchaîné les échanges sur la Russie, l’économie ou encore l’Europe, le climat et le voile, à quatre jours du second tour.

Marine Le Pen et Emmanuel Macron le 3 mai 2017 avant le débat télévisé d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Eric Feferberg)

Le président sortant a mis son adversaire sur la défensive à plusieurs reprises, l’accusant tôt dans la soirée de « dépendre du pouvoir russe » et « de monsieur Poutine » ou encore en lui lançant lors d’un échange sur l’environnement: « Vous dites n’importe quoi ».

Les cnadidats à la présidentielle Emmanuel Macron (g) et Marine Le Pen lors de leur débat télévisé à Saint-Denis, le 2 avril 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Ludovic MARIN)

Après un débat raté en 2017, où elle était fatiguée et maîtrisait mal ses dossiers, Marine Le Pen est apparue cinq ans après mieux préparée, saluant à la sortie un débat « de bonne tenue » qui s’est déroulé « sereinement, correctement ».

Infographie sur le duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui seront opposés au second tour de l’élection présidentielle française le 24 avril (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Kenan AUGEARD)

Les candidats se sont échangés une rapide poignée de main et un bref sourire à leur arrivée sur le plateau de TF1 et France 2, avant de déclencher aussitôt les hostilités.

Vue d’ensemble du plateau du débat télévisé entre les candidats à la présidentielle Emmanuel Macron et Marine Le Pen, à Saint-Denis, le 20 avril 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Ludovic MARIN)

« Vous avez été, je pense, l’une des premières responsables politiques européennes, dès 2014, à reconnaître le résultat de l’annexion de la Crimée », a dénoncé M. Macron, faisant référence à l’annexion non reconnue par la communauté internationale de la péninsule ukrainienne par Moscou. 

« Vous l’avez fait pourquoi ? (…) Parce que vous dépendez du pouvoir russe et que vous dépendez de M. Poutine », a-t-il ajouté dans une allusion à un prêt de 9 millions d’euros contracté en 2017 par le parti d’extrême droite de Mme Le Pen auprès d’une banque russe. 

« C’est faux et c’est assez malhonnête », a rétorqué sa rivale, en affirmant qu’aucune banque française ne lui avait accordé de prêt à l’époque et qu’elle n’avait « d’autre dépendance que de rembourser son prêt ». « Je suis une femme absolument et totalement libre », a-t-elle martelé.

– L’Europe, « une copropriété » –

Europe, retraites, pouvoir d’achat, environnement, climat, sécurité, voile: les sujets ont défilé, les accusations aussi.

« Votre projet consiste à sortir de l’UE. Vous mentez sur la marchandise. L’Europe est une copropriété, on ne peut pas décider seul de ripoliner la façade », a accusé par exemple Emmanuel Macron.

Mme Le Pen venait de dire qu’elle souhaitait « rester dans l’Union européenne », mais « profondément la modifier pour faire émerger une +alliance européenne des nations+ ».

Sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français selon les sondages, les deux adversaires se sont accrochés sur leurs propositions respectives d’incitations à augmenter les salaires et primes, chacun accusant l’autre de faire croire que les hausses seront « automatiques ».

« Vous n’allez pas faire les salaires Mme Le Pen ». « Tout comme vous n’allez pas faire les primes M. Macron », se sont répondu les deux candidats, qui se faisaient face pour la première fois à la télévision depuis leur duel télévisé en 2017.

La cheffe de file du Rassemblement national a défendu sa proposition de geler « les cotisations patronales » en cas d’augmentation de « 10% les salaires jusqu’à 3 fois le Smic ».

« C’est pas Gérard Majax ce soir madame Le Pen », « vous n’expliquez jamais comment vous financez vos projets, vous n’êtes pas honnête avec les gens », a attaqué le président-candidat.

Les deux candidats se sont aussi opposés sur les méthodes pour protéger le pouvoir d’achat, notamment sur l’energie, Emmanuel Macron défendant le « bouclier » déjà mis en place et son projet de « chèque alimentaire », Marine Le Pen prônant une baisse de TVA.

– « Climatohypocrite » –

« Vous êtes très bon en économie, d’ailleurs les entreprises vous adorent. Il y a 85 milliards de déficit de la balance commerciale. Ca c’est un chiffre, on ne peut pas le pipeauter, (…) qui est un record absolu », a déclaré Mme Le Pen attaquant le bilan d’Emmanuel Macron.

« Vous nous expliquez avoir fait beaucoup d’efforts pour les plus modestes, moi je ce que je vois c’est qu’il y a 400.000 pauvres supplémentaires sous votre quinquennat, nous sommes dans un pays où il y a 9,8 millions de pauvres », a-t-elle lancé.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont aussi opposés sur l’âge de départ à la retraite, que le chef de l’Etat souhaite porter progressivement à 64 ou 65 ans tandis que la candidate du RN veut rester « entre 60 et 62 ans ».

Les deux adversaires ont par ailleurs étalé leurs divergences sur l’écologie, Mme Le Pen accusant M. Macron d’être « climatohypocrite » tandis qu’elle était traitée de « climatosceptique ».

Au cours d’un échange plus musclé, Marine Le Pen a ironisé sur le fait que son adversaire voulait mettre des éoliennes en mer « partout, sur toutes les côtes, sauf en face du Touquet », la station balnéaire du Pas-de-Calais où le couple Macron possède une résidence secondaire. « Madame Le Pen… », « Vous rigolez ? », a réagi Emmanuel Macron d’un air outragé.

Sur la sécurité, Mme Le Pen a parlé d' »une vraie barbarie », notamment en raison de « l’immigration anarchique et massive », ce à quoi Emmanuel Macron a répliqué que les Français ne voulaient pas « des postures ».

Le ton est monté lors d’un échange sur le voile que Mme Le Pen souhaite « interdire dans l’espace public ». Ce serait « une trahison de l’esprit français et de ce qu’est la République », a rétorqué M. Macron.

Les lieutenants des deux candidats ont défendu leurs champions pendant le débat, l’insoumis Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour, y voyant un « gâchis ».

Jordan Bardella a estimé que Marine Le Pen avait été « digne », et Louis Alliot dénoncé sur Twitter le « mépris » d’Emmanuel Macron. Du côté du candidat-président, Gabriel Attal a souligné qu’Emmanuel Macron avait montré « les contradictions » de sa rivale notamment sur la Russie.

bur-lb/ib/ybl

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques