Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

Procès de Saint-Etienne-du-Rouvray: le rescapé « pense » aux assassins « tous les matins »

"Je pense à eux tous les matins", a raconté jeudi le rescapé de 92 ans de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray en évoquant les assassins du père Hamel, lors de sa déposition au procès, avant de formuler le "rêve"...

Guy Coponet, le rescapé de 92 ans de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, à la cour d'assises spéciale de Paris le 17 février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - JULIEN DE ROSA)

« Je pense à eux tous les matins », a raconté jeudi le rescapé de 92 ans de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray en évoquant les assassins du père Hamel, lors de sa déposition au procès, avant de formuler le « rêve » que les commanditaires de l’attaque puissent « demander pardon ».

Assis sur une chaise à la barre de la cour d’assises spéciale de Paris, la voix chargée d’émotion mais assurée, Guy Coponet, grièvement blessé lors de l’attentat, a fait pendant une vingtaine de minutes le récit de « cette matinée » du 26 juillet 2016, avant de répondre aux questions de la cour.

« C’est bien frais » dans sa mémoire, assure-t-il, ajoutant à propos des deux jeunes jihadistes de 19 ans, tués à leur sortie de l’église: « Je pense à eux tous les matins. Quand je me rase, parce que (la zone de son cou où il avait été blessé) est insensible ». 

Tant le président de la cour que les avocats des parties civiles et l’avocate générale ont tenu à saluer la « résistance » et le « courage » de cet homme, qui avait « fait le mort » tout en comprimant sa plaie à la gorge. Selon un médecin légiste venu témoigner mercredi au procès, c’est ce qui lui a « probablement sauvé la vie ». 

« Que j’aie été ce jour-là sauvé, à quelques minutes probablement, je n’y suis pour rien. Il y avait une présence qui a fait probablement que ça s’est passé comme ça », a estimé le vieil homme, qui a ponctué sa déposition de nombreuses références à sa foi et à son « amour » pour l’humanité.

« Le rêve – c’est un rêve – ça serait que ceux qui ont donné des ordres, ceux qui ont formé ceux qui sont venus (attaquer l’église), viennent demander pardon à tous ceux à qui ils ont fait de la peine », a-t-il déclaré.

Quant aux « jeunes qui se laissent embobiner, je les plains, de pas avoir pu résister », a-t-il poursuivi. « Même si on reçoit des ordres, on est quand même responsable de dire +oui+ ou de dire +non+. (…) Il ne faut pas minimiser ».

En l’absence des deux jihadistes décédés et de l’instigateur présumé de l’attentat, Rachid Kassim, probablement mort en Irak, la cour d’assises spéciale juge depuis lundi trois membre de l’entourage des assaillants.

Les trois accusés, Jean-Philippe Jean Louis, Farid Khelil et Yassine Sebaihia, comparaissent pour « association de malfaiteurs terroriste » soupçonnés d’avoir été au courant de la volonté des deux jeunes hommes de commettre une action violente, d’avoir partagé leur idéologie ou d’avoir tenté de rejoindre la Syrie.

abb/lbx/mpm

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques