Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Procès Lelandais: la peine des mariés qui ont « fait entrer le loup dans la bergerie »

"Un loup dans la bergerie": appelés à témoigner mardi au procès de Nordahl Lelandais, un couple d'anciens amis de l'accusé s'est dit bouleversé et en colère de l'avoir invité à leur mariage, où il a...

Un portrait de Maëlys à l'entrée de la cour d'assises de l'Isère, à Grenoble, le 1er février 2022 (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK)

« Un loup dans la bergerie »: appelés à témoigner mardi au procès de Nordahl Lelandais, un couple d’anciens amis de l’accusé s’est dit bouleversé et en colère de l’avoir invité à leur mariage, où il a croisé la route de la petite Maëlys.

Croquis d’audience réalisé le 7 février 2022 montrant Nordahl Lelandais devant la cour d’assises de l’Isère, à Grenoble (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Benoit PEYRUCQ)

Appelés l’un après l’autre à la barre en ce septième jour de procès à Grenoble, les deux époux, lui militaire, elle cadre d’administration, ont exprimé leur peine et leurs regrets d’avoir ouvert leur porte à Nordahl Lelandais en ce soir d’août 2017, alors qu’ils l’avaient à l’époque perdu de vue et qu’il ne figurait pas sur la liste des invités.

(Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – Hassan AYADI)

C’est lors de ce mariage que Maëlys De Araujo, âgée de huit ans, avait brutalement disparu de la fête vers 3H00 du matin. Rapidement soupçonné et incarcéré, l’ancien maître-chien dans l’armée mettra des mois à admettre qu’il l’a tuée, selon lui « involontairement », et à conduire les enquêteurs à l’endroit où il avait abandonné son corps, dans un site de montagne isolé.

A l’époque et bien qu’il ne le fréquente plus depuis un certain temps, le marié explique qu’il avait « une certaine confiance » en Lelandais, qu’il connaissait depuis une vingtaine d’années. Si bien qu’après un coup de fil de ce dernier, il en arrive « naturellement » à l’inviter au vin d’honneur.

Mais le mariage vire au « cauchemar » lorsque l’enfant disparaît de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin (Isère) où se déroule la soirée, raconte-t-il ensuite. « Je n’y crois pas pendant un quart d’heure-20 minutes. Et puis, on commence à s’affoler ». 

Le marié dit alors détecter un certain nombre de « voyants d’alarme » relatifs au comportement de Nordahl Lelandais, revenu au mariage après le dîner: il s’est notamment éclipsé avant l’arrivée des gendarmes sans proposer de participer aux recherches avec ses chiens. 

Cette impression se renforce encore face à la froideur de l’accusé et aussi lorsqu’on lui rapporte que Nordahl Lelandais a été vu le lendemain en train de nettoyer sa voiture. « J’ai dit +il faut absolument appeler l’enquêteur+ », raconte-t-il. 

« On n’imaginait pas une seule seconde toute la noirceur de l’accusé », notera de son côté son épouse. Pour elle, il ne fait pas de doute que l’accusé « est dangereux et ne doit pas revenir dans la société ».

 – « Arrêtez vos âneries » –

La cour a ensuite auditionné une série d’autres témoins pour tenter d’établir la chronologie précise de ce qui s’est joué pendant la nuit entre la fillette et l’ancien maître-chien de 38 ans. Tous ont ensuite été méticuleusement contre-interrogés par l’avocat de la défense Me Alain Jakubowicz. 

Ces échanges ont parfois été tendus comme lorsque l’avocat apostrophe l’un des amis du marié, estimant qu’il a livré plusieurs versions contradictoires des faits. « Quand dites-vous la vérité ? », lui lance-t-il. « Arrêtez vos âneries. J’ai tué personne, j’ai violé personne, vous me respectez », réplique l’homme, énervé.

Invité à s’expliquer à son tour, Nordahl Lelandais se borne pour sa part à répéter que la fillette a réclamé au cours de la nuit de voir ses chiens et qu’elle était accompagnée à ce moment d’un « petit garçon blond » dont la trace n’a pas pu être retrouvée par les enquêteurs.

Pour le père de Maëlys Joachim De Araujo, « si (l’accusé) reste dans le déni c’est qu’il a encore des choses à cacher quelque part ».

« Je doute fort qu’il se décide à avouer tout ce qu’il a fait. Je le sens un peu perdu dans toutes ses réponses », a-t-il déclaré à l’issue de l’audience.

« Il lui reste un peu plus d’une semaine, on va dire deux semaines pour libérer sa conscience », a-t-il ajouté.

Nordahl Lelandais est également jugé pour des agressions sexuelles à l’encontre de deux de ses petites-cousines, âgées de 4 et 6 ans, qu’il a reconnues, admettant même lundi pour la première fois avoir ressenti des penchants « pédophiles ». Il nie en revanche catégoriquement tout viol ou agression sexuelle à l’encontre de Maëlys. 

Déjà condamné à Chambéry en mai 2021 à 20 ans de réclusion pour le meurtre du jeune soldat Arthur Noyer, l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de Maëlys.

Le verdict est attendu autour du 18 février. 

ahe-mb/ag/pb

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques