Couverture du journal du 25/11/2022 Consulter le journal

Sur les bords de Loire, une famille ukrainienne a trouvé refuge dans un camping

"Ici, les enfants dorment bien": réfugiés dans un camping de Touraine, les Ukrainiens Artur et Viktoria tentent de retrouver une vie apaisée avec leurs trois filles. Mais la guerre...

L'Ukrainien Artur (2e g), sa fille Karolina, sa femme Viktoria et son autre fille Karina avec leur interprète dans leur mobile-home du camping de La Ville-aux-Dames, le 31 mars 2022 en Indre-et-Loire (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - GUILLAUME SOUVANT)

« Ici, les enfants dorment bien »: réfugiés dans un camping de Touraine, les Ukrainiens Artur et Viktoria tentent de retrouver une vie apaisée avec leurs trois filles. Mais la guerre les rattrape jusque dans leur mobile-home.

Artur et ses deux plus jeunes filles Karina et Irina, et leur chien Chappy dans le camping de La Ville-aux-Dames, le 7 avril 2022 en Indre-et-Loire (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – GUILLAUME SOUVANT)

Ils sont arrivés mi-mars, serrés dans leur break gris, après un périple de quatre jours depuis Novomoskovsk, dans l’est de l’Ukraine. 

L’Ukrainienne Viktoria (2e d) et ses filles Karolina (3e g) et Irina essaient des baskets données par les habitants de La Ville-aux-Dames, le 31 mars 2022 en Indre-et-Loire (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – GUILLAUME SOUVANT)

Chargés de bidons d’essence et avec Chappy, le turbulent teckel, ils ont quitté la maison construite de leurs mains pour les bords de Loire. 

L’Ukrainien Artur (d) et sa femme Viktoria dans leur mobile-home du camping de La Ville-aux-Dames, le 4 avril 2022 en Indre-et-Loire (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – GUILLAUME SOUVANT)

Accueillis par la Croix-Rouge dans un camping de La Ville-aux-Dames (Indre-et-Loire), tout comme 18 autres familles, ils se posent enfin dans la banlieue boisée de Tours: du vert pour oublier la guerre.

Le repas préparé par l’Ukrainienne Viktoria pour sa famille dans leur mobile-home du campging de La Ville-aux-Dames, le 4 avril 2022 en Indre-et-Loire (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – GUILLAUME SOUVANT)

Dans le centre du « village » éphémère, l’après-midi commence par une séance d’essayage. 

Karolina, la fille aînée d’Artur et Viktoria, à la table familiale, dans leur mobile-home du camping de La Ville-aux-Dames, le 31 mars 2022 en Indre-et-Loire (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse – GUILLAUME SOUVANT)

Parmi les dons, Viktoria (35 ans) et ses deux plus grandes filles trouvent des baskets. « Merci », lance la mère, en français, en roulant le « R ».

Karolina (16 ans) se choisit aussi quelques vêtements. « Merci beaucoup », se hasarde-t-elle, alors que des bénévoles installent une télé dans un coin. Des enfants branchent immédiatement une console et se lancent dans une partie de Mario Kart.

Dans leur mobile-home « Anne de Bretagne », Artur (41 ans) se confie, en russe.

« Le 24 février, on a été réveillés par les missiles. Après, on n’a plus été bombardés pendant deux semaines, puis, ça a recommencé le 11 mars », raconte l’ingénieur en génie civil. « On a compris que ça allait tomber encore plus fort. On a pris la direction de la frontière polonaise. » 

Installé dans le canapé rouge du petit logement surchauffé, le père se félicite: « Les enfants dorment bien ici. Là-bas, tu te couches avec l’idée que tu ne vas peut-être pas te réveiller. »

Karina (11 ans) et Irina (6 ans) entrent et sortent en trombe du mobile-home. 

Les deux soeurs filent retrouver d’autres enfants sur l’aire de jeu du camping réservé à l’accueil des familles ukrainiennes.

« Au début, les filles avaient peur de chaque avion ou même du bruit des camions. Maintenant, c’est mieux », souffle Viktoria. 

« Pour nous aussi », abonde Artur, qui a déjà connu l’exil. Il avait 8 ans quand sa famille a trouvé refuge en Ukraine, quittant l’Arménie après le séisme de 1988.  

– Hymne au balcon –

« On arrive à ne pas penser à la guerre. Il y a des activités, c’est plus facile », rebondit Viktoria, qui se réjouit de commencer bientôt les cours de sport organisés par la Croix-Rouge. 

Mais, la guerre, elle, ne les oublie pas. Artur reçoit un SMS. C’est la mère de Viktoria: Novomoskovsk a été visée par des frappes russes. 

La jeune femme est émue… sa maman refuse de quitter la ville. « Peut-être que si les bombardements continuent, elle partira », espère-t-elle, les larmes aux yeux.

Reste la vie quotidienne à assurer. Grâce à une épicerie solidaire qui se déplace dans le camping, Viktoria a déjà réussi à préparer du bortsch et se lance dans une « salade de l’olivier », un plat festif traditionnel. 

Artur écale les oeufs. « A la maison, quand je ne travaille pas, j’aide à faire à manger. Aujourd’hui, je ne travaille pas », lance le papa avec ironie. 

Karolina rentre du cours de français et épluche les carottes. La jeune fille brune pêchue veut être cheffe, elle continue de suivre quelques cours de cuisine en ligne. 

La guerre semble bien loin de ses préoccupations. A 16 ans, « mais bientôt 17! », elle veut retourner jouer au basket comme en Ukraine.

Elle est impatiente, son premier entraînement avec l’Etoile sportive de La Ville-aux-Dames est prévu le lendemain.

L’ado ne se dépare jamais de son sourire. Sauf quand l’émotion se fait trop forte, comme lors de ce concert caritatif à l’Opéra de Tours. L’artiste ukrainienne Inshaya, réfugiée elle aussi, a chanté la guerre, Karolina et Viktoria ont pleuré. 

En clôture, les artistes ont entonné l’hymne ukrainien. Invitée et installée au balcon du théâtre à l’italienne, la famille s’est alors levée, la main sur le coeur, pour chanter. Le silence revenu, Artur a replongé dans son téléphone. Des nouvelles de sa belle-soeur: Novomoskovsk et son dépôt de carburant ont été bombardés pendant la soirée.

mam/db/dlm

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques