Couverture du journal du 24/06/2022 Consulter le journal

Wall Street clôture en baisse, le variant Omicron inquiète de nouveau

La Bourse de New York a terminé en baisse lundi, de nouveau préoccupée par la propagation du variant Omicron du coronavirus, un peu nerveuse aussi avant la réunion...

Le parquet du New York Stock Exchange (Crédit photo : © SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a terminé en baisse lundi, de nouveau préoccupée par la propagation du variant Omicron du coronavirus, un peu nerveuse aussi avant la réunion de la Banque centrale américaine (Fed).

Le Dow Jones a perdu 0,89% à 35.650,95 points, l’indice Nasdaq à forte coloration technologique, 1,39% à 15.413,28 points, et l’indice élargi S&P 500, 0,91% à 4.668,97 points.

« Il y a de nouveau un peu d’inquiétude quant au variant Omicron, à mesure que de plus en plus de pays font état de cas », a expliqué Angelo Kourkafas, spécialiste en stratégie d’investissement au sein de la société d’investissement Edward Jones.

Un premier cas de contamination au variant Omicron a été annoncé en Chine lundi par les autorités de la ville de Tianjin, dans le nord-est, tandis que le Premier ministre britannique Boris Johnson a fait état du premier décès au Royaume-Uni lié à cette nouvelle mutation du coronavirus.

« Le S&P était à un record, donc il n’y a pas vraiment de quoi s’inquiéter après la vague de hausses de la semaine dernière », a estimé Angelo Kourkafas.

« On dirait que la perspective de croissance (de l’économie mondiale) a diminué », du fait des possibles conséquences de la résurgence de la pandémie, a décrit Jack Ablin, responsable de l’investissement au sein de la société de gestion Cresset Capital.

Ce changement d’ambiance à Wall Street après une semaine faste s’est transposé aussi sur le marché obligataire. Le taux de référence des emprunts d’Etat américains à dix ans s’est ainsi sensiblement détendu, à 1,41%, contre 1,48% vendredi.

L’absence d’indicateurs macroéconomique et de résultats d’entreprises a contribué à focalisé l’attention des investisseurs sur les derniers développements de la pandémie.

Globalement, il règne « une petite nervosité », selon Angelo Kourkafas, en partie liée à l’attente des réunions en série de banques centrales plus tard dans la semaine, notamment la Réserve fédérale (Fed), mardi et mercredi.

Sans surprise, les valeurs qui avaient largement bénéficié de l’éloignement de la menace Omicron la semaine passée ont été frappées de plein fouet.

Désormais habituées aux montagnes, russes, les croisiéristes ont de nouveau tangué, à l’image de Carnival (-4,88%) ou Norwegian (-4,41%), de même que les compagnies aériennes, comme American Airlines (-4,94%) et United Airlines (-5,24%).

Au-delà, de nombreuses valeurs de croissances, comme le spécialiste des cartes graphiques Nvidia (-6,75%), le fabriquant de semiconducteurs AMD (-3,43%) ou Uber (-2,56%) ont fait grise mine.

Les constructeurs automobiles ont aussi souffert lundi, General Motors cédant 6,45 et Ford 4,76%.

A l’inverse Peloton a rebondi (+7,35%% à 41,34 dollars) après sa mauvaise séance de vendredi. Pris dans une tempête médiatique après la mort d’un personnage clé de la série « Sex and the City » sur un vélo de la marque, le groupe a contre-attaqué en deux temps.

Après la cardiologue membre de son comité scientifique qui a expliqué avec humour, vendredi, que le décès était sans doute davantage lié à l’hygiène de vie de Mr Big, le personnage en question, qu’à l’utilisation d’un vélo d’appartement, Peloton a mis en ligne dimanche un spot avec l’acteur Chris Noth (qui joue Mr Big) ressuscité.

La séance de lundi a aussi été histoire de seuils, Apple (-2,07%) ratant le seuil des 3.000 milliards de dollars (2.883 milliards en clôture), tandis que Tesla (-4,98%) est retombé en-dessous des 1.000 milliards (970).

Pfizer a profité (+4,59% à 55,20 dollars) de l’annonce de l’acquisition, pour 6,7 milliards de dollars, du laboratoire Arena Pharmaceuticals, qui développe plusieurs traitements contre des maladies inflammatoires auto-immunes.

Harley-Davidson a décollé (+4,70% à 38,54 dollars) après avoir indiqué que son activité de motos électriques LiveWire allait être introduite en Bourse via un véhicule déjà coté, cette nouvelle entité ayant une valeur de 1,8 milliard de dollars.

Le constructeur de légende conservera environ 74% des parts au capital de LiveWire.

Nasdaq

tu/nth

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques