Couverture du journal du 01/03/2024 Le magazine de la semaine

Big Padel rebondit sur la tendance

MÉRIGNAC : Le complexe Big Padel, créé par la famille Couvercelle en 2017 au sein du Decathlon Village, profite de l’engouement pour ce sport. À tel point qu’un deuxième club devrait voir le jour à Bergerac. Les dirigeants espèrent développer une franchise Big Padel.

Big Padel

Photo de Oliver Sjöström

Avec un peu plus de 1 600 courts recensés dans l’Hexagone, soit 500 de plus qu’en 2021, le padel est sûrement l’un des sports les plus en vogue de ces dernières années. Et la métropole bordelaise n’échappe pas à cet engouement avec plus d’une dizaine de clubs installés. Louis Couvercelle, directeur du complexe Big Padel à Mérignac, a été témoin du succès grandissant de ce sport opposant deux paires de joueurs sur un court de 20 mètres de long et 10 mètres de large, entouré de vitres et de grilles. « Je me souviens au début, il y avait des périodes creuses, j’avais le temps de taper la balle contre le mur. Aujourd’hui, il n’y a pas un moment où il n’y a personne », illustre le trentenaire.

UN SPORT ADDICTIF

Si ce dérivé du tennis séduit autant, c’est en partie par le côté ludique et convivial de son format. La partie se dispute en deux sets gagnants et dure environ une heure. « Même si c’est la première fois et qu’on ne sait pas jouer à d’autres sports de raquettes, on va avoir la sensation de progresser. Cela permet de passer un bon moment », résume le directeur. Louis Couvercelle a découvert ce sport en Espagne, lorsque ce dernier était encore peu connu en France. L’idée émerge en 2015, et le projet Big Padel devient familial. Il s’associe en 2017 avec son père, son frère, son cousin et son beau-frère. Famille parisienne à l’origine, ils décident de s’installer à Bordeaux en partie à cause des prix du foncier. Le complexe de 9 salariés a d’ailleurs accueilli sa première compétition internationale, le FIP Rise, en mai dernier.

Big Padel

© MAHusson

UNE QUESTION DE FONCIER

« On est arrivé au bon moment à Bordeaux, il y avait encore très peu d’offre », développe le dirigeant. Et si les complexes dédiés à ce sport de raquettes ne cessent de se développer, c’est aussi en raison du modèle économique déjà éprouvé de ces clubs. « Cela peut rapidement être rentable », confirme le trentenaire qui ne souhaite cependant pas communiquer le chiffre d’affaires de l’entreprise. En tenant compte du fait que quatre joueurs sont présents sur un court, et que chacun est facturé aux alentours de dix euros de l’heure, sans compter l’éventuelle location de raquettes et de balles : le seul remplissage des heures pleines peut suffire à rendre le modèle pérenne. Louis Couvercelle nuance tout de même cet idéal économique : « Si je dis que c’est une possibilité, c’est parce que c’est une question de foncier et de charges. Un court de padel nécessite de l’espace et il faut ensuite atténuer ce coût de location. À Bordeaux, le marché commence à être saturé ».

Le marché mondial du padel représenterait entre deux et cinq milliards d’euros

Terrains, équipements, droits TV : selon les estimations, le marché mondial du padel représenterait entre deux et cinq milliards d’euros (1). Pour cause : les compétitions ne cessent de se développer, comme le Greenweez Paris Major qui s’est déroulé à Roland Garros en septembre dernier. Un autre aspect de ce sport sur lequel la famille Couvercelle a parié : « Dès le début, on a développé une école de padel accessible dès six ans, puis une académie plus haut niveau avec de très bons joueurs ». Cette académie est gérée par Jean-Thomas Peyrou, ancien membre de l’équipe de France de padel. Le Big Padel accueille aussi des joueurs mondiaux qui souhaitent s’entraîner lorsqu’ils sont de passage dans la région. L’école de padel, quant à elle, comptait douze inscrits en 2017. Ils sont désormais quarante. « On a de plus en plus de bons joueurs », déclare-t-il.

VERS UNE FRANCHISE BIG PADEL ?

Le complexe bordelais compte à ce jour huit terrains doubles et un simple, couverts, et deux extérieurs. Pour répondre à l’augmentation de la demande, il a été agrandi en 2022. Désormais, les cinq associés voient plus loin : « Nous aimerions développer la franchise Big Padel. Un deuxième club devrait voir le jour à Bergerac, et nous sommes en pourparlers avec d’autres complexes en France », annonce le dirigeant. L’essor de ce sport et de ce genre de complexe est aussi dû à une exposition médiatique. Lionel Messi, Neymar, Teddy Rinner ou encore Tony Parker : ils le pratiquent et ne manquent pas de le partager sur les réseaux sociaux. Louis Couvercelle voit d’ailleurs des joueurs de foot, de rugby ou de golf se lancer dans la pratique de ce sport, à Bordeaux. « On a encore beaucoup d’espoir pour le développement du padel en France, en particulier si on se fie au succès que celui-ci a connu en Espagne », observe Louis Couvercelle.