Couverture du journal du 15/10/2021 Consulter le journal

[ Bordeaux ] Monsieur T-shirt, mode positive

Grâce à ses messages humoristiques apposés sur des vêtements en coton bio et recyclés, livrés en 24 heures, Monsieur T-shirt termine cette année difficile avec le sourire et un chiffre d’affaires en hausse de 30 %. L’un de ses 3 associés-fondateurs, Vincent Péré, nous livre les secrets de la marque et ses projets à venir.

Monsieur Tshirt © DR

L’année qui s’achève n’a été facile pour personne. Mais chez Monsieur T-shirt, on continue de sourire et de vouloir « faire sourire la France entière », en particulier pour la période des Fêtes. Avec des messages humoristiques floqués sur des t-shirts en coton bio ou en bouteilles de plastique recyclées, ou des broderies et dessins entièrement personnalisés et réalisés à la demande. Mais aussi pour la première fois avec une publicité diffusée à la télévision, qui l’assure : « on peut encore sauver 2020 avec Monsieur T-shirt ». Pas moins. Fondé en 2013 par Vincent Péré (responsable Produits), son frère Arnaud Péré (business developer) et leur ami Simon Cagna (chef des opérations), tous les trois originaires de Bordeaux, Monsieur T-shirt a tout misé dès le départ sur ses messages humoristiques, « une expérience client agréable et le goût du fait-maison », indique Vincent Péré, PDG de Monsieur T-shirt, qui appartient à ses 3 associés à parts égales, ainsi qu’à un fond d’investissement minoritaire.

Monsieur Tshirt Arnaud Péré, Vincent Péré, Simon Cagna

Vincent Péré, Arnaud Péré et Simon Cagna, les 3 associés-fondateurs de Monsieur T-shirt © DR

FAIT-MAISON

« Nous avons toujours cherché à tout faire nous-mêmes. On a donc commencé à travailler sur nos propres créations, puis on a acheté nos propres machines pour imprimer. Et jusqu’à l’informatique : nous avons créé notre propre système d’information », détaille le dirigeant. Les messages sont ainsi imaginés en interne par une équipe de création qui va d’abord définir des thématiques, puis élaborer les messages et le design. Les t-shirts, destinés à toute la famille (hommes, femmes, enfants), sont ensuite imprimés ou brodés dans l’atelier de 1 000 m2, situé à Lormont, où travaille jusqu’à une quarantaine de personnes « capables d’expédier 4 000 à 5 000 pièces par jour », assure Vincent Péré. Avec un avantage certain : « on ne produit que ce qu’on vend. C’est tout le business de la mode qui est ainsi inversé : nous n’avons pas besoin de passer les commandes 6 mois à l’avance, de prévoir les quantités exactes qu’on va vendre et de devoir solder les invendus ».

DÉMARCHE ÉCORESPONSABLE

Une vraie démarche écoresponsable qui « même si elle n’est pas notre argument de vente principal », tient à préciser Vincent Péré, s’affirme également dans les sources d’approvisionnement de Monsieur T-shirt. « Depuis le départ, nous utilisons exclusivement du coton bio acheté à un grossiste belge qui fait confectionner les produits en Asie », explique-t-il. « Et depuis 3 ans, tous les nouveaux produits que nous lançons (boxers, slips, culottes, chaussettes…) sont fabriqués dans nos usines au Portugal. » C’est le cas de la nouvelle gamme de t-shirts Filgood, lancée en septembre, dont les fibres de polyester proviennent de bouteilles de plastique recyclées en Espagne. Ou de la nouvelle gamme Monsieur T-shirt Sport, qui propose des t-shirts de running aux messages gentiment moqueurs, ou encore de la gamme Homewear, imaginée pendant le confinement.

Dans nos messages, on se nourrit des références à la culture populaire française

4 BOUTIQUES EN FRANCE

Côté distribution, les produits Monsieur T-shirts sont vendus dans les 4 boutiques physiques de la marque à Bordeaux, Toulouse, Rennes et Montpellier. « Ce n’est certes pas l’année du commerce physique, mais ces boutiques apportent beaucoup à la notoriété de Monsieur T-shirt », soutient Vincent Péré.

L’entreprise travaille également pour des revendeurs qui lui achètent ses collections, en marque blanche pour la grande distribution, et pour des entreprises qui veulent des produits personnalisés. Mais la majorité de son chiffre d’affaires, qui devrait atteindre 7,5 millions d’euros en 2020, Monsieur T-shirt la réalise sur internet, et c’est ce qui lui permet d’être rentable depuis le début. « La vente en ligne, c’est plus que jamais notre cœur de métier », admet le PDG, qui soigne particulièrement ce canal. « Nous sommes capables de livrer en 24 heures. Et nous ajoutons toujours des petites surprises dans les colis : bonbons, cadeau, message… Des attentions qui rendent l’expérience réjouissante, pour celui qui offre et celui qui reçoit », affirme-t-il.

ULTRA-PERSONNALISATION

Pour cette fin d’année, Monsieur T-shirt mise sur ses classiques aux messages affectueux, tels que « Mère(veilleuse) » ou « Père(fect) ». Mais surtout sur son produit phare : le t-shirt ultra-personnalisé que l’on peut visualiser en 3D, avec une famille dont on peut créer tous les personnages, avec leurs caractéristiques physiques (couleur de cheveux, du teint, taille…), leurs animaux de compagnie, et les prénoms de chacun.

En 2021, Monsieur T-shirt a l’ambition d’internationaliser son catalogue. « Dans nos messages, on se nourrit des références à la culture populaire française. Pour transposer cela dans d’autres pays, nous allons devoir travailler en profondeur les thématiques et les messages. C’est pourquoi nous allons essayer de recruter des binationaux qui maîtrisent la culture populaire et l’humour espagnol, italien, allemand, anglais… », confie Vincent Péré. Après la France, c’est le monde que Monsieur T-shirt a bien l’intention de faire sourire !

Monsieur Tshirt © DR

 

AUX ORIGINES, UNE CABINE D’ESSAYAGE VIRTUELLE

Lorsqu’ils ont créé Monsieur T-shirt en 2013, les 3 associés n’en  étaient pas à leur coup d’essai. « Nous avions créé ensemble en 2012 une première société, FlipMyLook, une sorte de cabine d’essayage virtuelle sur mobile », confie Vincent Péré. Le succès d’estime et la couverture médiatique sont importants, mais le succès commercial, lui, n’est pas au rendez-vous. « La seule chose qui se vendait vraiment dans cette application, c’était des t-shirts graphiques pour homme », se souvient-il. C’est ainsi que les trois compères décident de lancer Monsieur T-shirt. D’abord marketplace réunissant les marques de t-shirts les plus tendances du moment, elle devient ensuite la marque de créations originales actuelle.

LES PREMIERS MASQUES SUR LE MARCHÉ

Comme pour la plupart des entreprises, le premier confinement a été un choc pour Monsieur T-shirt. Du moins au début. « La première quinzaine, c’est le vertige, nous étions en arrêt quasi-total. Puis dès début avril, on a senti que le commerce en ligne reprenait rapidement des forces », se souvient Vincent Péré. Après avoir adapté l’atelier aux règles sanitaires, l’entreprise a l’idée de fabriquer des masques en coton bio personnalisables avec ses t-shirts invendus. « Personne ou presque ne fabriquait de masques à ce moment-là, alors qu’ils devenaient obligatoires. Ça a été le feu ! À tel point qu’on a dû limiter les ventes », reconnaît le dirigeant. Et l’engouement a perduré, « les gens ont véritablement changé leurs habitudes de consommation et déporté leurs achats sur internet », assure-t-il. Résultat : malgré la baisse d’activité dans les boutiques et en B2B, Monsieur T-shirt terminera l’année 2020 avec un chiffre d’affaires en hausse de 30 %, à 7,5 millions d’euros.