Couverture du journal du 27/01/2023 Le magazine de la semaine

« Parfait pour ce job » : Le recrutement inversé

Camille Berteau et Miguel Muñoz, deux Bordelais, ont créé en janvier 2022 la plateforme de recrutement « Parfait pour ce job ». Un support d’emploi inversé où ce sont les entreprises qui recherchent et contactent les candidats. Rencontre avec ces deux entrepreneurs qui bouillonnent d’inspiration.

Parfait pour ce job, Miguel Munoz, Camille Berteau

Parfait pour ce job, Miguel Munoz et Camille Berteau © D. R.

Et si les rôles recruteurs/demandeurs d’emploi étaient inversés ? C’est l’idée qu’ont eu les Bordelais Camille Berteau et Miguel Muñoz en lançant « Parfait pour ce job », il y a bientôt un an. Le principe : une plateforme où ce sont les entreprises qui recherchent des profils et contactent les candidats pour leur proposer un emploi. L’objectif est de permettre aux entreprises ayant des difficultés de recrutement de trouver de nouveaux talents, et aux candidats de découvrir des métiers auxquels ils n’auraient jamais pensé. Ainsi, le postulant s’inscrit sur la plateforme en répondant à un questionnaire : la distance du domicile, les horaires souhaités, s’il est plutôt manuel ou non, s’il aime prendre soin des gens ou bien encore s’il aime l’adrénaline. Les entreprises cochent les qualités nécessaires pour le travail attendu, et une liste de candidats correspondant à leurs attentes leurs sont proposés. « On voulait rendre la plateforme accessible à tous, y compris les personnes qui n’ont pas de facilité à écrire et pour qui rédiger un CV est une barrière », argumentent les jeunes entrepreneurs.

Parfait pour ce job, Miguel Munoz, Camille Berteau

Parfait pour ce job, Miguel Munoz et Camille Berteau © D. R.

43 000 ABONNÉS

L’histoire a d’abord commencé avec une chaîne YouTube : « Maintenant, j’aime le lundi ». Travaillant dans le secteur du web pour Camille, et étant ingénieur informatique pour Miguel, ils se trouvent tous les deux pendant dix ans dans le même espace de coworking. « Il y a cinq ans, on s’est dit en même temps qu’on avait envie de lancer quelque chose qui nous fasse sortir du bureau, un peu plus créatif que nos jobs initiaux », développe la créatrice. L’objectif : réaliser des reportages métiers variés sur des emplois différents. « À terme, on souhaite construire une grande vidéothèque des métiers accessible à toutes les personnes gratuitement, mettre à disposition plein de ressources pour inspirer et informer les gens », justifie l’informaticien. Ainsi, leur chaîne rassemble actuellement 43 000 abonnés. C’est il y a deux ans, lorsque les deux Bordelais se sont spécialisés dans les métiers de tensions, que l’idée de la plate- forme a commencé à naître : « il y a plein de métiers qui sont en tensions parce qu’ils sont méconnus, et on s’est dit « et si on inversait la logique de recrutement ? », déclare Camille Berteau.

La plateforme compte à ce jour 8 500 candidats et 150 entreprises

© D. R. Miguel Munoz et Camille Berteau

Les deux entrepreneurs ont fait le choix de modérer manuellement toutes les annonces des entreprises, afin d’éviter les arnaques. « Lorsqu’un employeur va vouloir poster une annonce, ça passe par nous. On la vérifie et ensuite, on envoie aux candidats », développent-ils. La plateforme compte à ce jour 8 500 candidats, et 150 entreprises. Elle a déjà reçu des annonces du Club Med ou encore de Leroy Merlin. « L’idée, c’est de réussir à atteindre un seuil autour des 50 000 candidats, et là, il y aura une valeur ajoutée à facturer aux entre- prises » : les deux créateurs souhaiteraient par la suite rendre le site payant pour les employeurs.

« On a de la chance parce qu’on a des compétences complémentaires, j’ai tout ce qui est la technique et Camille, c’est plutôt la création du formulaire, la communication et les relations presse », explique Miguel Muñoz. Pour ce projet, ces deux trentenaires se sont débrouillés tout seul : « Pour l’instant, c’est juste du temps, techniquement il n’y a pas eu de gros investissements, mais l’objectif ça va être de trouver un partenaire, un associé, pour nous aider à développer et à pérenniser le projet ». Pour les deux amis, le modèle est validé : il a créé de l’emploi. « Ce que les gens apprécient, c’est de recevoir des annonces dans leurs boîtes mails qui ne sont pas des annonces au tout-venant, ils ont été choisis et c’est hyper valorisant pour les candidats », se réjouissent-ils.