Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

Cité numérique : opération séduction

BÈGLES. La Cité numérique continue de se réinventer pour attirer les entreprises et le public. Événements, services, nouveaux projets... Benoît Chausi, de l’EPA Euratlantique, et Cédric Vicente, responsable de site Covivio, esquissent l'avenir de ce lieu-totem du numérique néo-aquitain.

numérique

La cité numérique compte 8 500 m2 d'espaces extérieurs arborés, avec notamment une bambouseraie rafraîchissante © Olivier Ouadah

Benoît Chausi, directeur du développement économique de l’EPA Bordeaux Euratlantique © DR

La Cité numérique, écosystème de bureaux dédié aux entreprises innovantes situé à Bègles, a beau revendiquer un taux d’occupation de ses 26 000 m2 de près de 100 %, elle déploie tout un éventail d’arguments pour attirer le public. « L’idée est de faire vivre le lieu. Il s’agit d’un site métropolitain qui a vocation à rayonner », affirme Benoît Chausi, directeur du développement économique de Bordeaux Euratlantique. C’est pourquoi l’EPA organisait le 28 septembre des portes ouvertes, destinées au grand public et aux professionnels, avec animations et visite des lieux. Ancien site de tri postal racheté à La Poste par l’EPA Euratlantique, la Cité numérique a subi 4 années de transformation pour devenir le site-totem du numérique de Nouvelle-Aquitaine. « Disposer de ce lieu a participé à l’obtention du label French Tech pour Bordeaux. Nous voulons aujourd’hui continuer cette histoire, et montrer que la Cité numérique n’est pas qu’un immeuble de bureaux », insiste Benoît Chausi.

LOGIQUE D’ÉCOSYSTÈME

Cédric Vicente, directeur de site Wellio Cité numérique © DR

Entièrement restructurée par l’architecte Alexandre Chemetoff, qui a ouvert cet ancien bâtiment industriel, lui a ajouté un étage et 2 rues intérieures, et fait aménager 8 500 m2 d’espaces extérieurs arborés, la Cité numérique accueille aujourd’hui un millier de personnes, travaillant dans une cinquantaine d’entreprises (SimForHealth, HelloAsso…), grands groupes (One Point, Microsoft Experience Lab, DSI de Sanofi…), acteurs institutionnels (Bordeaux Métropole, la Région Nouvelle-Aquitaine et leurs technopoles), de la formation (Simplon, Cnam…) et start-ups néo-aquitaines. « Cette logique d’écosystème est importante. Il y a ici des entreprises de tous les secteurs, de toutes les tailles, du public et du privé, des acteurs de la formation et des entreprises qui recrutent. Cette proximité fonctionne pour créer du business », assure Cédric Vicente, responsable de site Covivio, foncière propriétaire de 75 % de la Cité numérique.

ATTRACTIVITÉ

« Les recrutements dans le secteur numérique étant complexes actuellement, l’attractivité des entreprises se fait également par le lieu de travail, les services proposés et l’écosystème. À l’heure du télétravail, il faut donner envie de venir au bureau ! », poursuit Cédric Vicente. La Cité numérique revendique ainsi sa connexion directe à la gare Bordeaux-Saint-Jean et au réseau de transport. « Nous travaillons également la continuité urbaine avec les autres quartiers de l’OIN Euratlantique qui sera encore améliorée dans les 3 à 5 ans à venir », affirme Benoît Chausi. Covivio propose également des services complémentaires, et notamment un service de conciergerie, un café-restaurant, des programmes d’animation pour les résidents, des salles de réunions et d’événementiel et différentes entrées, le tout accessible via une application permettant « de proposer une expérience digitale dans le lieu lui-même », assure Cédric Vicente.

Nous avons le projet de construire un immeuble de coliving à l’avant de la Cité, afin de toujours répondre au mieux aux besoins des entreprises »

RÉPONDRE AUX BESOINS

Pour continuer d’attirer les entreprises et leurs salariés, l’EPA Euratlantique et Covivio sont actuellement en phase exploratoire sur l’opportunité de construire un bâtiment supplémentaire de 10 000 m2 sur une emprise de 2 000 m2, située à l’arrière de la Cité. « Nous avons également le projet de construire un immeuble de coliving à l’avant de la Cité, afin de toujours répondre au mieux aux besoins des entreprises », assure Cédric Vicente. En attendant, la Cité numérique accueillera d’ici la fin de l’année l’ensemble des équipes de la technopole Unitec, dont le bâtiment historique Condorcet doit être réhabilité. Et un nouvel espace événementiel de Bordeaux Métropole équipé d’un amphithéâtre rétractable pouvant accueillir jusqu’à 200 personnes.

LA CITÉ NUMÉRIQUE EN BREF

Imaginée dès 2013 par Bordeaux Métropole, avec la mairie de Bègles et la Région Nouvelle-Aquitaine, la Cité numérique prend vie sur les lieux d’un ancien site de tri postal libéré par La Poste dans les années 2000. Porté par l’EPA Euratlantique, qui y a investi plus de 40 millions d’euros, la cité-totem de 26 000 m2 ouvre en mai 2019 après 4 ans de travaux, et une attention particulière portée à la lumière, au son et à la dimension environnementale. Afin de porter cet investissement conséquent, l’EPA Euratlantique a vendu 25 % du lieu à une quinzaine d’entreprises qui y louaient leurs bureaux. Les 75 % restants, soit 18 000 m2, ayant été vendus à la foncière Covivio. Bordeaux Métropole et la Région Nouvelle-Aquitaine s’étaient au préalable engagées à louer environ 2 500 m2 chacune à Covivio, qui accueillent notamment les équipes de French Tech Bordeaux. Covivio, qui propose à la location 15 000 m2 de bureaux, a également installé 3 000 m2 d’espaces de coworking de sa filiale Wellio, avec salles de réunion, espaces communs et bureaux opérés privatifs de 4 à 20 personnes.