Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Le nouveau visage de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac

La présentation de la nouvelle jetée internationale par Simon Dreschel a permis au nouveau directeur de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac de faire le point sur sa stratégie.

Simon Dreschel, directeur de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac

Simon Dreschel, directeur de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac © Nathalie Vallez

Nouveau directeur. Nouveau bâtiment. Nouvelle ère pour l’aéroport de Bordeaux Mérignac ? Simon Dreschel, le nouveau président du Directoire, qui a succédé à Pascal Personne, a inauguré le 7 octobre dernier la nouvelle jetée internationale, en présence de Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux Gironde et actionnaire de la structure. « Ce bâtiment répond à une double attente, » a précisé Simon Dreschel, « améliorer notre qualité de service et répondre aux attentes des compagnies aériennes. » Premier bâtiment de l’aéroport certifié HQE, il présente de nombreuses qualités, qu’elles soient de l’ordre du confort et du service ou environnementales. « C’est un projet à la fois fondateur et complet », a-t-il remarqué, « avec des aires de stationnement, un cheminement travaillé pour fluidifier les flux de pré-boarding. Il présente un véritable confort thermique et acoustique. C’est une vitrine pour les territoires, qui donne une image valorisante de la métropole. » L’infrastructure polyvalente a surtout vocation à recevoir les passagers en transit international. Les 4 salles d’attente de la nouvelle jetée ont reçu la certification HQE (Haute Qualité Environnementale) qui se retrouve dans la pose de led adaptables, la qualité de l’air, la performance acoustique et le traitement des eaux de pluie, mais aussi dans la gestion du chantier et des déchets. Certifié ISO 14020, l’aéroport vise à réduire ses émissions de gaz à effet de serre dans l’objectif d’un bilan carbone neutre d’ici 2030. En pleine mutation, le parvis de l’aéroport sera de plus en plus vert, desservi par des pistes cyclables et le tramway, prévu pour le 1er trimestre 2023.

Le nombre de passagers devrait atteindre les 3 millions d’ici la fin de l’année

UN « FRÉMISSEMENT » ESTIVAL

L’aéroport de Bordeaux est dans la tendance des projections aéroportuaires au niveau national et devrait retrouver une activité normale d’ici 3 à 4 ans. Son activité estivale a été relativement bonne par rapport aux prévisions initiales : 300 000 passagers pour le mois d’août (au lieu de 200 000 prévus) mais en recul de 40 % par rapport au mois de référence d’août 2019.

« Les passagers ont quand même répondu présent », nuance Simon Dreschel, « et devraient atteindre les 3 millions d’ici la fin de l’année », ajoutant qu’il souhaite par ailleurs développer l’aviation d’affaires. Le directeur de l’aéroport a également présenté les axes forts de son cahier des charges : la transition écologique, la qualité de service et l’ouverture des territoires. Relevant au passage sa touche personnelle : « l’énergie et l’envie ». Si certains investissements ont été gelés (sur le terminal billi par exemple), l’équipe s’est concentrée sur ses priorités : l’emploi globalement préservé et l’accueil aux aéronefs qui souhaitent se poser sur l’aéroport dans de bonnes conditions. « On s’adapte au jour le jour », a relevé Simon Dreschel qui a précisé qu’avec la crise Covid, la manière de travailler a changé : « Avant on travaillait saison par saison, maintenant c’est au mois par mois. »