Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Woodrise : épicentre mondial de la construction bois

BORDEAUX. Pour sa 4e édition, le congrès international de la construction bois moyenne et grande hauteur Woodrise était de retour à Bordeaux, où il a été créé en 2017. L’occasion pour la filière de faire le point sur les challenges qu’elle doit relever, détaillés par Patrick Molinié du FCBA, initiateur et coorganisateur du congrès.

Woodrise

Le stand des organisateurs du congrès réalisé par les élèves du lycée professionnel de Langon © FCBA

Il n’existait pas de lieu de rencontre internationale entre les acteurs de la construction bois et les acteurs scientifiques et techniques », rappelle Patrick Molinié, coordinateur du congrès Woodrise. C’est pourquoi ce responsable développement et construction au centre technique industriel des filières forêt, cellulose, bois-construction et ameublement, FCBA, qui dispose d’un centre au Bouscat, a créé, en partenariat avec ses homologues canadiens de FPInnovations, et japonais du JIBH et du Building Research Institute (BRI), un congrès inter- national sur la construction bois moyenne et grande hauteur.

Patrick Molinié, coordinateur du congrès et membre du FCBA © FCBA

Né à Bordeaux, « un territoire fort en termes de forêt et attirant du point de vue international », avec le soutien des institutions locales, la première édition a eu lieu dans la capitale girondine en 2017. Sa réussite a donné lieu à une 2e édition à Québec en 2019 et une 3e à Kyoto en 2021. Woodrise était de retour dans la capitale girondine pour sa 4e édition, du 17 au 20 octobre. « Ce congrès charnière a confirmé son intérêt, avec 200 exposants, une quarantaine de pays présents et près de 3 000 visiteurs. La 5e édition a donc été confirmée à Vancouver, en 2025 », annonce Patrick Molinié.

LA JEUNESSE À L’HONNEUR

Et alors que la filière de la construction bois « gagne en crédibilité et en visibilité », le congrès a souhaité mettre à l’honneur « les futurs acteurs de la construction bois », à travers l’organisation de 3 projets pédagogiques dont les réalisations ont été présentées le 17 octobre. « Attirer les jeunes est en effet un gros enjeu du secteur, c’est pourquoi nous intégrons le numérique ou encore l’intelligence artificielle au cœur des outils et de la conception des projets », remarque Patrick Molinié.

Deux compétitions ont été organisées avec des étudiants du monde entier : le Concours sismique international, remporté par une équipe d’ingénieurs japonais, et le workshop Architecture Villa.ge, présidé par l’architecte japonais Shigeru Ban, invité de Woodrise, qui a mis à l’honneur des maquettes en bois, dont le projet vainqueur sera transposé en pavillon et exposé à la Villa Médicis de Rome, notamment. Le FCBA a également proposé aux élèves du lycée professionnel de Langon de concevoir et réaliser un stand réutilisable dédié aux co-organisateurs du congrès. Une réalisation en bois local présentée au centre de l’espace d’accueil du congrès, offerte au lycée, où elle sera utilisée comme un espace forum pour les étudiants.

Le réemploi du bois dans la construction fait partie des enjeux forts de la filière

Dessin de la tour Silva, parmi les plus hautes tours en bois d’Europe © DR

CRÉER DES LEADERS

« Le réemploi du bois dans la construction fait en effet partie des enjeux forts de la filière », remarque Patrick Molinié. « Relever le challenge de créer des leaders de la construction bois en France, alors que depuis 40 ans la construction repose sur le tout-béton, est un autre enjeu de la filière, qui suppose de redonner de la capacité industrielle dans les territoires. Autre défi : comment faire en sorte que la construction bois utilise plus de bois feuillu, très présent en France, que de résineux, le tout dans le cadre de solutions de constructions mixtes. Le plus gros challenge sera de réussir la mutation intellectuelle des architectes, des formateurs. Une acculturation à la construction bois doit être faite », estime-t-il. Autant de thèmes au cœur des 8 workshops techniques internationaux proposés par Woodrise, et des conférences et séances plénières, qui ont également abordé pour la première fois le sujet de la finance verte au service de la construction bois ou encore les politiques publiques autour de la construction bas carbone.

EPA EURATLANTIQUE, LA CONSTRUCTION BOIS AU CŒUR

Considérant la construction bois comme « une réponse efficace au défi climatique et environnemental », l’EPA Bordeaux-Euratlantique soutient l’organisation de Woodrise depuis sa première édition, en 2017. Elle organisait cette année à l’occasion du congrès un « tour urbain » afin de présenter les projets bois en cours de construction ou livrés au sein de l’OIN. Plusieurs bâtiments de moyenne et grande hauteur ont ainsi été présentés, dont Perspective (2017), plus haut bâtiment tertiaire français lors de son inauguration ; la Tour Hypérion (2021), alors plus haute tour résidentielle en structure bois de France (50 mètres de haut et 17 étages) ; et la Tour Silva (livraison prévue fin 2024), qui figure parmi les plus hautes tours en bois d’Europe. « Woodrise est essentiel pour partager les expériences, faire avancer les stratégies et voir, concrètement, ce que la construction bois produit dans la conception de la ville », remarque dans un communiqué Valérie Lasek, directrice générale de l’EPA Bordeaux Euratlantique.

ENGAGEMENT DES INSTITUTIONS

Bordeaux Métropole a d’ailleurs présenté lors du congrès un projet de pôle d’écoconstruction bois d’Artigues-près-Bordeaux, dans le cadre de l’Opération d’intérêt métropolitain (OIM) Arc Rive Droite, prévoyant une plateforme technologique matériaux. « Un site innovant qui mettra l’accent sur l’industrie, l’artisanat et la formation, avec un engagement particulier envers la construction durable », précise Bordeaux Métropole dans un communiqué. Woodrise a également été l’occasion pour Fibois Nouvelle- Aquitaine et Landes de Gascogne d’entériner le pacte Bois-biosourcés. Et pour l’État et les acteurs de la filière de signer l’ambitieux contrat stratégique de la filière bois, en présence du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Marc Fesneau. Avec 4 priorités : la transition écologique ; la réindustrialisation, la souveraineté et la compétitivité ; l’innovation et la digitalisation ; et enfin le développement des compétences et de l’attractivité.

NEUF ENTREPRISES NÉO-AQUITAINES PRÉSENTES À WOODRISE

Partenaire historique et financeur du congrès Woodrise, la Région Nouvelle-Aquitaine disposait d’un stand où ont été accueillies 7 entreprises du territoire. Neoclin, Alliance Forêt Bois et Prodigeo Assurances représentaient la Gironde ; Cosylva, la Creuse ; Scierie Bernier, les Deux-Sèvres ; Lesbats et Thebault, les Landes. Deux entreprises d’envergure y tenaient également des stands individuels : le spécialiste girondin du lamellé-collé Lamecol, et l’entreprise landaise Gascogne. « Le Conseil régional a pour objectif de conforter le développement de la filière Forêt-Bois-Papier (…) en accompagnant les acteurs économiques de l’ensemble de la filière, mais aussi les centres de recherche et les organismes de développement et de transfert [en faveur] du développement de l’innovation en matière de construction bois », précise la Région dans un communiqué.