Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

Bordeaux : Ashler & Manson, le courtier innovant

Créé en 2003 à Bordeaux, le courtier en crédit immobilier Ashler & Manson innove en permanence pour faire face aux aléas du secteur et séduire une clientèle qui rajeunit. Son fondateur et PDG Aymerick Pénicaut revient sur les étapes qui ont fait son succès et détaille les projets d’un groupe foisonnant.

AYMERICK PÉNICAUT, Ashler & Manson, courtier, Bordeaux

AYMERICK PÉNICAUT, Ashler & Manson © Atelier Gallien - Echos Judiciaires Girondins

Digitalisation et diversification. Voilà les maîtres mots du courtier en crédit immobilier Ashler & Manson, qui n’a cessé de se réinventer depuis sa création par Aymerick Pénicaut en 2003. Car si le rôle de courtier s’est fortement développé depuis, passant de 5 % des crédits immobiliers signés en France à 60 % en 2020, le métier a énormément évolué. Il ne se résume plus à celui de « chasseur de taux et d’assurance emprunteur », affirme le fondateur, la dimension de conseil étant devenue fondamentale.

MAILLAGE TERRITORIAL

C’est la raison pour laquelle Ashler & Manson, dont le siège se trouve à Bordeaux, possède sur le territoire une quarantaine de points de présence, répartis entre ses propres agences et les licences de marque « By Ashler & Manson ». Et ce notamment grâce au rachat en 2020 du bordelais AD Courtage, « qui nous a permis d’asseoir notre position en Gironde », précise Aymerick Pénicaut, à celui du courtier breton RapidoPrêt, en 2021, ou encore à la signature d’une licence de marques avec le plus gros courtier de Limoges, dont le PDG est originaire, ainsi qu’avec Cap Crédit à Lyon. « Ce maillage territorial est important pour nous, car on croit à la présence physique des conseillers sur le terrain. » Que ce soit auprès des clients, mais aussi pour « bien connaître les banquiers, et ainsi être un véritable facilitateur de l’accession à la propriété », insiste le dirigeant.

SEUL COURTIER ET L’UNE DES RARES FINTECH COTÉS EN BOURSE

« Seul courtier côté et l’une des rares fintech », se targue Aymerick Pénicaut, Ashler & Manson a pris la décision en 2015 d’entrer en Bourse sur Euronext. « Cela nous impose d’être carré, transparent, cela colle avec l’image que l’on veut se donner et avec ce que l’on demande à nos clients », estime le courtier, qui constitue leurs dossiers de demande de crédit.

Cette cotation a également permis à l’entreprise d’accélérer son développement et de prendre « un important virage digital », avec l’ouverture en 2016 du site d’annonces immobilières gratuites Sitigeo ; et le lancement en 2018 du service PREACOR : une grille de score basée sur une intelligence artificielle donnant aux utilisateurs leur pourcentage de chances d’obtenir un prêt. Le courtier bordelais a également mis à la disposition de la centaine de courtiers indépendants membres de son réseau un cloud sécurisé, une marketplace et un ensemble d’outils digitaux, impliquant notamment le respect de la conformité et son évolution, comme la règle d’endettement maximum de 33 %, inscrite dans la loi depuis 2019 et contraignante depuis 2022, ou encore de la formation.

Nous voulons garder une longueur d’avance sur les technologies que l’on met au service de nos clients. Nous sommes plus que jamais une fintech

AYMERICK PÉNICAUT, Ashler & Manson, courtier, Bordeaux

© Shutterstock

PRISE DE PARTICIPATION DANS LA FINTECH ONE

Côté clients, Ashler & Manson a créé une plateforme digitalisant tout le process de souscription de crédit. Et le 5 avril 2022, le courtier a annoncé sa prise de participation minoritaire (20 %) dans la fintech ONE. Ensemble, ils ont conçu un projet pour aller encore plus loin dans l’automatisation du dossier de demande de prêt. Il suffit désormais aux clients de se connecter avec un identifiant et un mot de passe déjà existant, parmi 250 connecteurs possibles (impôts, EDF, banque…), et les données utiles sont automatiquement extraites, puis le dossier est constitué et priorisé auprès des banques. Le tout étant sécurisé par la blockchain. « Nous gardons ainsi une longueur d’avance sur les technologies que l’on met au service de nos clients. Ce partenariat nous permet de nous affirmer plus que jamais comme une fintech », conclut Aymerick Pénicaut, qui confie avoir déjà d’autres projets avec ONE.

MANSON PROPERTIES : IMMOBILIER DE PRESTIGE

Derrière ce type de service, il y a aussi l’idée pour Ashler & Manson de prolonger la relation avec ses clients en travaillant sur leurs données, notamment bancaires, de leur proposer du coaching et du conseil sur leurs besoins d’épargne, de crédit, de défiscalisation, sur la gestion de leur budget… « Notre clientèle rajeunit et elle est sensible à ces services », considère le dirigeant, qui veut positionner son entreprise comme « un tiers financier de confiance, un point de convergence entre toutes les données financières des clients ». Le courtier a également eu l’idée de se lancer dans l’immobilier neuf, autour d’un expert métier qui travaille avec une soixantaine de promoteurs en France. Dans l’immobilier de prestige, avec la création de l’agence immobilière Manson Properties, qui s’adresse à une clientèle très haut de gamme sur Bordeaux et le bassin d’Arcachon, notamment. Mais aussi dans le Conseil en gestion de patrimoine, avec l’embauche d’un conseiller en 2020, « qui aide nos clients à investir dans la pierre via des Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ou dans des assurances vie », détaille Aymerick Pénicaut. « Nous voulons travailler sur toute la verticale du patrimoine des Français, les accompagner pour être artisan de leur constitution de patrimoine avec une thématique centrale forte : l’immobilier », résume-t-il.

Nous voulons devenir un tiers financier de confiance pour nos clients, un point de convergence entre toutes leurs données financières

GAGNER EN VISIBILITÉ À PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

Mais le premier objectif de cette diversification pour le courtier, rémunéré en frais de courtage par ses clients, et cela uniquement lorsque le crédit est signé, est surtout de faire baisser sa dépendance aux commissions bancaires, qui ont été divisées par deux environ depuis 2019. En 2021, l’ensemble des nouvelles activités d’Ashler & Manson a ainsi représenté 14 % de son chiffre d’affaires de 4,5 millions d’euros, avec une part des commissions bancaires réduites à 35 %, contre 60 % en 2019 et un objectif de 25 % en 2022. Cumulé avec celui des licences de marque, le chiffre d’affaires du groupe a atteint au total 7,5 millions d’euros pour 900 millions d’euros de crédits négociés en 2021, sur un marché qui pèse 200 milliards en France. Le groupe, qui surfe « sur la belle reprise du marché immobilier après la crise sanitaire » et vise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en 2022, a encore de nombreux projets cette année pour poursuivre sa croissance organique.

« Nous souhaitons nous développer à Paris et en Île-de-France pour gagner en visibilité », annonce Aymerick Pénicaut. Ashler & Manson doit également inaugurer à Lyon son « Café des Proprios », un lieu ouvert à tous, « dédié notamment à l’événementiel autour de l’attrait de la jeune génération pour l’immobilier et les revenus qu’il peut générer », confie le PDG. Qui a fait de ce courtier indépendant un groupe foisonnant, en phase avec son époque.

Objectif : un chiffre d’affaires de 10 millions en 2022, malgré la baisse des commissions bancaires

AYMERICK PÉNICAUT, Ashler & Manson, courtier, Bordeaux

© Shutterstock

ASHLER & MANSON EN 10 DATES

2003 : Création par Aymerick Pénicaut à Bordeaux

2007 : Ouverture de la première succursale à Nantes

2011 : Ouverture d’une agence à Toulouse

2015 : Cotation d’Ashler & Manson en Bourse sur Euronext, Début du virage digital CA de 650 000 euros, 15 collaborateurs

2016 : Ouverture d’une agence à Rennes Lancement du site d’annonces immobilières Sitigeo

2018 : Lancement du service PREACOR d’évaluation de chances d’obtention de prêt

2019 : Ouverture d’une agence à Lyon

2020 : Rachat d’AD Courtage (Bordeaux), Lancement de l’activité de conseil en gestion de patrimoine (CGP)

2021 : Rachat du courtier RapidoPrêt Lancement de Manson Properties, CA total de 7,3 millions d’euros (sur 900 millions d’euros de crédits négociés)

2022 : Prise de participation (20 %) dans la fintech ONE, Le groupe compte 150 collaborateurs (dont 50 salariés) Objectif CA : 10 millions d’euros

 

LES COURTIERS : INDÉPENDANTS ET EN RÉSEAU

Ashler & Manson compte environ 150 collaborateurs en France, dont une centaine de courtiers indépendants. « Le statut de MIOBSP (Mandataire d’intermédiaire en opération de banque et services de paiement, NDLR) plaît beaucoup car il permet aux gens d’être autonomes », analyse Aymerick Pénicaut, PDG d’Ashler & Manson. Néanmoins, faire partie d’un réseau ou d’un groupement est devenu nécessaire depuis 2019 et l’alourdissement des conditions de partenariats et de convention avec les banques, qui « visait une meilleure concentration du marché du courtage ». D’où l’intérêt de se fédérer autour d’un groupe tel qu’Ashler & Manson pour les courtiers : « ils peuvent continuer leur activité tout en restant capitalistiquement indépendants. Ils sont intégrés à notre volume d’affaires et ont accès à nos outils », insiste le dirigeant. Et sur un marché où les leaders ne pèsent chacun que 3 % (Meilleurtaux et Cafpi), « il reste encore pas mal de rassemblements à faire », observe-t-il.